Bleach Highway
Bleach Highway

Forum fermé
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Mar 10 Nov - 1:57

La 4ème division est connu pour ces shinigamis très peu enclin au combat mais en plus de cela, ce sont des shinigamis qui ne font pas la fête ils sont sérieux et semblent vouloir le rester. Ce n'est pas le cas de Susanoo, certes il n'aime pas la violence mais faire la fête est dans ces habitudes. C'est donc à cause de cela qu'il emmena certain de ces compère de la 4ème faire une petite soirée dans un bar. Bonne soirée pas de gueule de bois le matin car l'alcool n'avait pas coulé à flot mais tout le monde c'était bien amusé.

Les membre de la division des soins étaient déjà repartit, Susanoo avait légèrement trainé au bar, et il était donc seul dans les rues sombre pour retourner dans ces quartiers. La nuits était fraiche sans pour autant être trop froide, une nuit agréable. Notre shinigami marchait d'un pas légèr lentement sans trop de bruit, il avait, comme certain le disent "Une démarche de chat". C'est donc comme cela qu'il marchait, espèrant ne pas recontrer de shinigami de la 11ème, car même si il se faisait un peu maltraité par les autres shinigamis c'était ceux de la division de Kenpachi les plus lourd de plus leur capitaine ne faisait vraiment rien pour arrangé cela. Mais bon il c'était habitué à cela depuis le temps.

C'est au détour d'un virage qu'il tomba sur quatres shinigami, apparement ils étaient nouveaux. L'un d'eux dit :

Hé toi. T'es un shinigami de la 4ème non ?
Oui en effet pourquoi donc ?
Bha tu voit on est nouveaux on est des shinigami de la 2ème et ont nous a dit que les mec dans ta division sont tous des mollassons idiot alors on voulait vérifié.

Les quatres hommes encérclèrent notre pauvre Susanoo et la suite arriva rapidement. Susanoo ce prit des coup de poing, de pieds ect... Le plus étrange c'est qu'il ne répondait pas, il encaissa le tout sans bronché. Il entendait des "tient", "prend toi sa" ou encore "enfoiré de riche". Apparement ces agrésseurs avaient deviné qu'il appartenait à la noblesse, surement a cause du linge de luxe qui servait à Susanoo pour son Zampakutoh. Enfin bref très vite il se retrouva à genoux devant ces adversaire, la joue et l'arcade gauche enflé l'empéchant de voir corréctement avec cet oeil. Mais il ne répondait pas et ne tentait même pas de ce défendre. Pourtant il est le 3ème siége remplacent de la 4ème il pouvait aisaiment mettre a terre ces ennemies sans trops se foulé. Mais il ne le faisait pas. Dans tout les cas la correction allait vraiment loin peut être trop et la seul signification c'est que comme il sont nouveaux ils ne doivent pas bien connaitre leur capitaine. Enfin bref Susanoo était maintenant à terre, sans broucher n'y même prononcé quoi que se soit.


Dernière édition par Susanoo Moeï le Dim 10 Jan - 16:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Sam 14 Nov - 2:01

Gwargh...

Cela, c'est le bruit que fit l'un des agresseurs de Susanoo lorsqu'il fut soudainement projeté dans les airs sans raison apparente, disparaissant en un instant à la vue de ses collègues. A sa place, se trouvait ni plus ni moins que la personne de Soi Fon, capitaine de la 2ème division des armées de la cour. Egale à elle même, d'une froideur et d'une insensibilité caractéristique ancrée sur ses traits, elle fixait les autres énergumènes entourant le 3ème siège de la 4ème division. Et ces derniers purent alors sentir que derrière sa froideur habituelle se trouvait en plus une colère noire. Qui signait peu ou prou leur arrêt de mort, en quelque sorte, et même des inconscients comme eux s'en rendirent compte. Ils n'eurent qu'un seul et maigre instant pour se rendre compte de leur erreur, mais pas assez pour commencer à le regretter.

En effet, les secondes suivantes, la jeune femme se propulsa droit sur les shinigamis suivants. Le premier reçu un direct du coude en plein dans l'estomac, alors que Soi Fon le dépassait avant même qu'il ait compris ce qui lui était arrivé, pour assener un coup de pied latéral dans la tête du suivant. Encore dans les airs, elle tourbillonna alors sur elle-même et ficha ainsi une frappe retournée de la jambe en travers de la gorge du dernier. La capitaine atterrit ainsi sveltement au sol sans un bruit ni un remous, alors que ses cibles s'effondraient tous lamentablement dans les limbes de l'inconscience. Restant alors debout dans le vide de la ruelle, elle se mit à parler comme si elle s'adressait à un interlocuteur imaginaire en face d'elle, sans élever la voix, son regard même clos comme lors d'un recueillement. Aucune pitié ni indulgence ne se ressentait
dans ses propos.

Enfermez ces crétins et statuez rapidement de leur sort, à la hauteur de leur indignité, qu'ils cessent de me dégouter ainsi par leur simple vue.

Immédiatement, comme surgis de nulle part, des hommes tout vêtus de noir, à la façon de ninjas de l'ancien temps,apparurent aux cotés des corps des shinigamis abattus. Sans un bruit ni un commentaire, dans un silence d'efficacité, ils hissèrent les corps avant de disparaitre avec l'instant d'après. Sans avoir le moindre du monde réagit à leur apparition, comme si tout cela n'était somme toute que tout à fait ordinaire, Soi Fon avait elle commencée à s'avancer en direction du dernier homme valide dans la ruelle. S'arrêtant juste devant lui, sans pour autant amorcer le moindre geste pour lui venir en aide malgré ses blessures, elle le fixa de haut sans broncher avant de reprendre la parole, cette fois s'adressant au shinigami de la quatrieme division d'un ton interogateur, bien que toujours ferme et froid.

Pourquoi vous êtes-vous intentionnellement laissé frapper de la sorte?

On sentait qu'avec elle, la réponse n'était en rien une option, si l'on tenait à son intégrité physique tout du moins. Quand bien mieux les autres ne faisaient pas partis de sa division, Soi Fon n'en attendait pas moins d'eux rigueur et conscience de leur part. Hors, là, le comportement de cet homme lui échappait totalement, elle essayait donc naturellement de percer à jour cette attitude étrange, ne serai-ce que par conscience professionnelle d'être au courant de tout ce qui se pouvait au sujet des shinigamis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Jeu 19 Nov - 1:50

(hrp : désoler je n'avait pas vue ta réponse.)

Susanoo alors encore à terre et une arcade patiellement gonflé ne put réellement voir ce qu'il ce passait. Il n'avait entendu que quelque petits cris de douuleurs de ces adversaires, ou plutôt de ces bourreaux. En tout cas il ne la sentait plus lui, la douleur, signe que les nouveaux shinigamis avaient trouvé un adversaire à leur taille, et c'était le cas. Malheureusement la personne cachait bien sa présence et son reiatsu si bien qu'il ne put deviné l'identité de son sauveur. Puis plus rien, plus de petits cris, plus de corps tombant par terre, si Susanoo n'avait pas fait d'érreur tout les adversaire étaient défait.

La voix qui réssona juste après provoqua un tilt dans son cerveau, il était sur de l'avoir déjà entendu. Susanoo ce mit assis t'en bien que mal et regarda de son oeil valide la provenance de la voix. Sèche et stric, et passédant néanmoins un certain charme (enfin pour lui), son sauveur n'était autre que le capitaine de la 2ème division, Soi Fon. Impréssionant il ne se doutait pas qu'une telle personne pourrait le prendre en pitié. Mais après mures réfléxions ce n'était sûrement pas le cas, elle devait avoir honte de ces hommes ni plus ni moins.

Des hommes en noirs, tel des ninja emportèrent les corps des shinigamis qui l'avait agréssé, apparement ils allaient passé un sale quart d'heure, Susanoo ne pouvait s'empêcher de les plaindres, il ne voulait pas qu'ils soient punis pour cela, corrigé la violence par la violence n'était pas dans ces habitudes, mais il n'avait pas à décidé. Puis la Capitaine vint vers lui, et sans une once de pitié ou de compassion elle demanda juste pourquoi il ne c'était pas défendu. Susanoo était d'un naturel joyeux et très peu sérieux sauf en présence de certaines personne, comme les capitaines. Il ce mit donc à genoux la tête contre le sol, comme quelqu'un qui s'excuse.

Je suis désoler Capitaine Fon, vous n'aviez pas à venir en personne. Je ne me suis pas défendu parce que....je ne veut pas salir la réputation de ma division et celle de mon capitaine en versant le sang de quelques idiots. A ce propos, ils sont nouveaux j'espère que vous ne serez pas trop sévère. Maintenant si vous permetez je dois me soigner.

Il se remit en position assise, sortit une belle boite en bois bien ouvragé, qu'il posa par terre. Il fit glisser le haut de son kimono, qui resta bloqué par sa ceinture heureusement. Puis il ouvrit la boite, et il en sortit deux petites aiguilles. Celles-ci étaient pointus d'un côté et de l'autre on pouvait voir une sorte de petit bout cylindrique légèrement plus épais que l'aiguille. Il s'en planta une dans le dos, près de l'omoplate, et l'autre quelques centimètre plus à droite que la nuque. A chaque aiguille planté une pouvait voir un peu de reiatsu sortir des doigts de Susanoo pour entrer dans l'aiguille puis dans la peau. Une fois les deux aiguilles planté il posa ces main sur ces genoux et attendit. Après quelques secondes on pouvait voir disparaitre quelques bleus sur son torse et son arcade ce désenflait. Dans quelques minute il serait de nouveau sur pied.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Lun 23 Nov - 20:19

[vu le temps que je met à répondre, t'en fait pas pour ça! ^^]


La réponse de la capitaine de la seconde division ne se fit guère attendre. Soi Fon n'était pas du genre à atermoyer, surtout dans les rapports humains, d'où une certaine rudesse et franchise de sa part, associé par certains à de la froideur. Mais après tout, pourquoi prendre la peine d'être aimable et bienveillant, qu'est-ce que cela apportait de plus à l'efficacité du moment? Etant ainsi une chose inutile, la jeune femme s'abstenait donc d'y avoir cours. Et puis cet homme ne semblait pas de toute façon en avoir besoin, au contraire d'un peu de fermeté. Les propos de la capitaine furent donc prononcés sans tact ni attention, simple énoncé de sa pensée et rien d'inutile en plus.

Je ne me suis pas déplacée exprès pour vous, je ne faisais que passer par ici au même instant. Néanmoins, nouveau ou non, toute personne entrant à mon service sait à quoi il s'attend et ce dont il doit être digne. Enfreindre cela d'une telle manière ne mérite pas d'excuses, les idiots incapables n'ont pas de place au sein des armées de la cour, et particulièrement dans mes rangs. Par contre, votre attention à ne pas apporter opprobre sur votre division vous honore.

Soi Fon resta alors tout simplement là debout le shinigami molesté qui commença à entreprendre des soins sur sa personne. Tout d'abord, elle n'avait de toute manière rien d'autres à faire pour l'instant, toutes ses tâches dues à sa fonction ayant étés exécutées depuis déjà un moment. Ne lui restait donc plus comme à son habitude à veiller à ce que ses hommes réalisent convenablement les leurs par exemple. Et ces trois matamores, même si ils étaient des incapables qui ne risquaient plus de porter la honte sur sa division avant longtemps, étaient néanmoins ses hommes à elle, elle était donc quelque part responsable de la déconvenue de ce shinigami, s'assurer à ce qu'il n'ait subi rien de vraiment grave était donc de son devoir. Le fait qu'il se soit à demi-dénudé devant lui ne la gênait en rien, en quoi après tout un détail aussi insignifiant devait l'atteindre? Elle n'était en rien intéressée par lui après tout, comme avec toutes les autres personnes hormis une seule, il pouvait donc être dans n'importe quelle tenue face à elle du moment qu'elle reste un tant soit peu digne.

En attendant, cela permit à la jeune femme d'observer un fait assez peu banal, à savoir la méthode de soin choisie par l'officier. En effet, Soi Fon n'avait jamais eut l'occasion d'assister à un tel traitement à base d'aiguilles. Apparemment, cela ressemblait à cette pratique que l'on nommait acuponcture, mais assortie à une utilisation du reïatsu. Et le résultat était des plus étonnant vu qu'il était en train, grâce à cela, de guérir ses blessures. Certes, celles-ci étaient légères, mais il s'agissait néanmoins d'une pratique intéressante pour quelqu'un n'y ayant jamais eut à faire. En quoi ces aiguilles pouvaient bien aider des soins procurés à l'aide de reïatsu? C'est cette curiosité, cette volonté d'en apprendre un maximum sur son environnement afin de pouvoir le maitriser au mieux, qui la poussa à prendre à nouveau la parole. Elle resta par contre tout aussi immobile, debout devant le blessé sans la moindre gêne.


Comment donc fonctionne cette méthode de soin que vous appliquez là?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Mar 24 Nov - 1:24

Susanoo ne sentait plus la douleur à présent. La première aiguille qu'il c'était enfoncé annulait la douleurs physique de l'ensemble du corps. La deuxième aiguille elle servait, a réparer l'ensemble des blessures légère qu'il avait recu. Et comme toutes ces blessures étaient légère cela le soignait entièrement. Normalement il y à un points pour chaque zones du corps, mais le point qu'il avait utiliser reliait l'ensemble des zones mais ne permettait pas un soins éfficace et utile pour les blessures graves. Le silence était de plomb mais il permettait à Susanoo de réflechir un peu.

La capitaine de la deuxième division était digne à elle même, calme, froide, éfficace, c'était sûrement l'une des meilleures capitaine de la soul soceity car elle était assez exigentes pour que ces hommes sachent comment travailler. Mais heureusement quant même que tout les capitaines n'étaient pas comme elle, sinon le seretei ne serait plus du tout drole ^^. Susanoo fut assez étonné de la question du capitaine, en même temps c'était normal, il était le seul à utilisé cette technique, sa famille lui avait enseigné, ils étaient des experts dans cet art.

C'est assez simple Fon-Taisho. Les aiguilles que je plante dans mon corps, son planté dans des points spécifique, ces points son très important pour la bonne utilisation du reiatsu, aussi, en introduisant mon energie curative dans ces aiguilles, elles libère cette énergie pour la distribué aux membres bléssé, normalement un point correspond à un membre ne particulier, et la plupart des points se situe dans le dos. Avec ces aiguilles je peut soigner, relaxer, faire disparaitre la douleurs, et quelques autres choses encore.

Susanoo ne savait pas si la capitaine avait compris, c'était assez dur en fait. Le corps spirituel d'un shinigami, dévelloper du reiatsu, ce reiastu passe partout dans le corps mais en plantant des aiguilles à certain points Susanoo, peut diffusé son energie curative pour soigner certain membre. Susanoo avait mis du temps avant de bien comprendre et de bien utilisé cette technique. Son visage était maintenant redevenu normal, et ces blessures était guerris. Il retira ces deux aiguilles et les rangea dans son boitier. Il se releva et remis son kimono bien comme il le fallait.

Cette technique est dans ma famille depuis des années et nous somme les seuls à l'utilisé, pour ma part je suis le seul, à l'utilisé en t'en que shinigami.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Dim 29 Nov - 21:59

Soi Fon écoutait attentivement les explications de l'officier de la quatrième division. Après tout, rien ne pressait, elle n'avait plus de taches à effectuer pour la soirée, et ce jusqu'à demain. Et puis toute innovation parmi les shinigamis était à surveiller, quelles qu'elles soient. Après tout, le danger pouvait venir de partout au sein de leurs propres rangs, la trahison d'Aizen l'avait suffisamment démontrée. De ce fait, toute innovation ou capacité particulière pouvait l'intéresser. Car même si cela ne contenait aucun risque pour la Soul Society, cela pouvait aussi être tourné de façon à être d'une aide précieuse.

Cette méthode de soin par exemple qu'avait cet homme....Quelles pouvaient être ses applications pratiques, aussi bien dans le domaine curatif que tout autre? Pour cela, Soi FOn devait en apprendre plus sur les tenants et les aboutissants de cette méthode raison pour laquelle elle resta auprès du shinigami au lieu d'aller voir ailleurs. Elle recueillit donc ses propos sans en omettre un seul, les décortiquant ensuite un par un pour mieux les analyser. Oui, selon comment cet officier répondrait à ses questions, il y avait peut être moyen d'y trouver une méthode qui en découlerait assez intéressante. Le fait que cela appartienne uniquement à la famille de cet homme et qu'il n'accepterait peut être pas de partager l'utilisation ne lui vint pas à l'idée. Au nom de la Soul Society, toute considération individuelle devait s'effacer.

C'est donc sans broncher que Soi Fon posa les questions suivantes au shinigami face à elle, à présent apparemment complètement remis de sa mésaventure. Sa rigidité militaire et son air des plus sérieux, malgré le calme de la situation, ne l'avaient à aucun moment quittés. Le fait que son vis-à-vis soit à présent correctement vêtu ne semblait avoir strictement rien changé à l'affaire.


Mais pourquoi est-ce plus efficace d'envoyer le reiatsu depuis un endroit différent du corps plutôt que directement sur l'endroit à soigner?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Dim 29 Nov - 22:39

Cette capitaine avait vraiment un très bon esprits et de très bonnes question. Susanoo avait un petit sourire aux lèvres, il n'avait jamais expliqué sa technique à quelqu'un avant, pour la simple et bonne raison que personne ne lui avait jamais demandé. Cette techniques était dans sa familles depuis un certain temps déjà et ces parents lui avait forméllement interdit de l'apprendre à quelqu'un qui ne serrait pas de sa famille. Même sa futur femme ne pourrait pas l'utilisé. Pour le moment personne n'a jamais demandé à la connaitre préférant les soins classique à l'accuponcture et c'est assez logique en réalité, tout le monde à un peu peur de la différence.

Enfin bon, toujours est il que la capitaine restait fidèle à elle même, dur et peu enclin à la rigolade, Susanoo la respectait certes, mais il avait parfois un peu de mal à la comprendre et surtout, il se demandait quel genre de vie elle pouvait bien mener ? Bien entendu ce n'était pas le genre de question à lui posé sous peine de risqué d'avoir le nez fracturé en moins de deux, ou pire encore. Susanoo se contenta de faire un petit sourire à la capitaine quant elle lui posa une question puis il répondu de sa voix clair et quelque peu enfantine :

Ho mais, cette technique ne guérit pas mieux. La plus grosse différence entre un kido de soin et l'accuponcture par reiatsu, c'est que contrairement au kido ma technique permet de soigner une bléssure sans que le medecin ne soit à coté du patient tout le temps. Une fois les aiguilles planté je peut m'occupé d'un autre patient. De plus si le kido "force" les bléssures à ce refermer l'accuponture "aide" notre propre métabolisme à ce guérire. Le résultat peut sembler le même mais je trouve cette technique plus naturel, et elle mets autant de temps et de reiatsu qu'un kido de soin. Mais c'est ma mère qui m'a apprit cela. Mon père lui était spécialisé dans l'accuponcture offensive, qu'il à enseigné à mon frère ainé, mais sa c'est encore autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Mer 9 Déc - 1:17

Nul sourire ne venait par contre se former sur le visage de la jeune femme, qui restait aussi imperturbable que jusqu'à lors. Ce n'est pas que les propos du jeune homme ne l'intéressaient pas ou ne provoquaient pas de réaction sur elle, juste qu'elle intériorisait tout cela sans même y penser. En tant que membre des forces spéciales, devant agir notamment contre les dangers internes à la Soul Society, ne rien laisser paraitre de ses émotions était le b.a.ba. Ce réflexe avait par contre tendance à ne pas quitter la présente capitaine, même dans les situations de détente en dehors du travail. Mais après tout, avec tout les shinigamis désignés comme de potentiels dangers, y avait il véritablement de moment hors du travail, pour elle? Surtout depuis la trahison d'Aizen, qui avait montré que même les capitaines pouvaient être suspects.

Mais pour l'heure, rien de cela, Soi Fon n'avait pas décelé d'intentions de sédition de la part du dénommé Susanoo, pour l'instant du moins. Si elle prêtait maintenant une encore plus grande attention à ses propos, c'était juste parce qu'il venait de lui révéler une information des plus intéressante. Ainsi, comme elle le soupçonnait, il y avait bel et bien une forme offensive à cet art curatif original. Quand on étudiait un tant soit peu longtemps les arts du combat, on remarquait en effet que bon nombre de méthodes pacifiques ou bénéfiques se transformaient aussi en redoutables moyen de combattre. Mais il restait encore à voir si la totalité de ses hypothèses étaient avérées avant de penser plus loin. Et puis parallèlement à cela, elle aimait bien comprendre les choses et les saisir au moins dans leur globalité, et ce n'était pas encore le cas pour tout dans cette affaire de soin. Ainsi la capitaine de la seconde division reprit ses interrogations avec calme et efficacité, néanmoins sans pour autant de sévérité ou contrainte dans son ton.


Comment alors cela se fait pour te demander autant de reiatsu qu'un soin ordinaire alors que tu n'insuffle le reiatsu qu'un bref instant alors qu'un soi demande une exercions continue de reiatsu curatif pour soigner?

Et en quoi exactement consiste cette acuponcture offensive que tu as évoque?


Comme si les réponses lui étaient naturellement dues, Soi Fon attendit ensuite ensuite tranquillement que l'officier de la quatrième division reprenne la parole. Sa posture s'obstinait à ne pas bouger, ne serai-ce que pour se changer un peu ou se détendre, semblant au contraire pouvoir rester ainsi indéfiniment sans le moindre problème.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Mer 9 Déc - 18:34

Susanoo fit des yeux rond comme quelqu'un qui trouvait quelque chose bizarre, ce n'était pas la question de la capitaine qui était étrange, mais belle et bien qu'elle n'ai rien remarqué. Peut être n'avait elle pas fait attention mais il était certain que si. Ce n'est pas le genre de personne à ne pas faire attention, toujours aux aguets, et ressentant chaque chose c'est comme cela qui la voyait en fait. Il eu un petit rire doux et dit finalement :

Je pensait que vous auriez remarquer. Je suis un expert dans le kido et la manipulation de reiatsu. Il ouvrit sa main droite et une boule de reiatsu apparut. Disons que sa, c'est l'énergie qu'il faut pour un soin. Autant de reiatsu ne passerait jamais dans les aiguilles en une seule fois, alors voila ce que je fait. La boule rétrecit en devenant encore plus bleu et sans perdre la moindre parcelles de la puissance de départ. C'est ce que j'appelle du reiatsu concentrer, c'est grâce à cela que j'utilise autant d'énergie sans perdre du temps, c'est assez simple en fait.

La seconde question de la capitaine le ravit beaucoup moins, d'ailleurs son visage changea, son sourire disparut et ces yeux semblait plus sérieux comme si cette question lui avait enlever toute envie de rire. Il n'aimait pas parler de cette technique qui n'était pour lui qu'une abomination. Susanoo la connaissait bien il ne savait pas l'utilisé, ou pas correctement pour pouvoir prétendre bien la connaitre comme c'est le cas pour l'accupontcure médicale. Il resta, un moment à ne rien dire la tête baissé, ces cheveux cachant ces yeux et une petite partit de son visage.

Ha ca..... Puis il releva la tête il avait retrouvé son visage de la normal, avec son beau sourire et ces yeux plein d'étoile. Je ne peut pas vous en parler. Dit il d'une voix enjoué et malicieuse. Parse que c'est un secret, et que comme je n'ai pas été entrainé pour cette technique je n'en connais rien.

Bien entendu il mentait, mais le pire c'est qu'il mentait mal, et à la mauvaise personne, à la capitaine de la 2ème division entrainé pour reconnaitre les mensonges, en vérité il ésperait qu'elle ne dirait rien, mais il ne savait pas il elle allait prendre sa comme un genre de terrorisme, elle en était capable, il resta donc devant en souriant sa main gauche frottant l'arrière de sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Dim 20 Déc - 19:10

Même le fait d'être apparemment en délit de manque de compréhension ne dérida pas Soi Fon. D'abord parce qu'elle n'avait jamais elle même étudié la pratique curative du reiatsu, et donc qu'il était normal que ce domaine échappe à son compréhension. Néanmoins, elle pouvait aussi comprendre par simple logique et déduction certaines choses, et elle n'avait justement pas encore menée celles ci jusqu'à leur terme, il était donc trop tôt pour voir ce qu'il en était véritablement, il lui manquait encore des renseignements pour cela. D'ailleurs, faisant comme si son vis-à-vis n'avait jamais subitement changé d'air tout en esquivant sa dernière question, la capitaine de la seconde division reprit, imperturbable, la suite de ses premiers propos et les confronta à ceux de Susanoo. Ah, si, changement majeur, son menton venait de s'appuyer au creux de sa main, au coude fléchi reposant contre son flanc, lui donnant ainsi malgré son visage impassible un air songeur.

Si cela était si facile, des personnes comme le capitaine Unohana ou d'autres soigneraient ainsi les blessures en instant en concentrant de la sorte leur reiatsu, non? Si vous pouvez concentrer d'entrée tout le reiatsu nécessaire pour soigner, pourquoi ne pas l'envoyer directement dans le corps à la place de le faire transiter dans les aiguilles?

La jeune femme semblait à cet instant ne s'intéresser qu'a ce qu'elle venait d'évoquer, toute son attention tournée vers cela. Cela aurait été bien mal la connaitre. Durant l'échange précèdent, et même maintenant, Soi Fon ne perdait pas une miette des expressions et réactions du shinigami de la quatrième division. Sa réticence à évoquer l'autre aspect de sa technique se voyait de toute façon comme le nez au milieu de la figure, et une telle retenue ne pouvait vouloir dire qu'il en savait bien plus que ce qu'il prétendait. Hors, elle était bien décidée à en apprendre au maximum sur tout cela, que ce shinigami le veuille ou non. Cet héritage avait après tout un trop large potentiel pour être oublié dans un coin, sans surveillance, car rien qu'a cet instant, Soi Fon devinait quantité d'utilisations potentiellement, problématiques ou non. Cela pouvait être aussi des plus utile une fois utilisé par la Soul Society, mais cela serait dans un second temps, si possible seulement.

Pour l'heure, la jeune femme fixait Susanoo sans la moindre trace d'émotion, d'intérêt comme de menace, et se contenta de lui exposer par ses propos de simples faits, mais toujours avec une parfaite neutralité. On ne pouvait sentir les problemes sous-jacents à ces paroles que si l'on connaissait un tant soi peu la capitaine , ce qui malheureusement pour son interlocuteur ne semblait pas être le cas. Le retour à ce sujet se fit sans la moindre transition, comme si il était la suite logique de ses propos précédents.


Croyez vous qu'il y ait vraiment quelconque chose qui soit secrète aux yeux des forces spéciales? Vous ne pouvez pas après tout en ignorer autant au sujet d'une technique qui n'est que le pendant de la votre et que votre propre frère et père maitrisaient. De plus, cela éviterait que j'ai à déranger toute votre famille pour un simple renseignement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Lun 21 Déc - 20:54

La pensée qui traversa l'esprit de Susanoo en ce moment même c'était que cette femme était vraiment incroyable toujours la petite question qui tue, il fallait bien reconnaitre qu'il n'avait jamais parlé aussi longtemps de cette technique à quelqu'un. Il était assez heureux en réalité de pouvoir l'expliquer, surtout à une personne comme elle, il capitaine il aimait vraiment cela.

C'est simple avez vous deja vue une personne utiliser le reiatsu concentré pour soigner une blessure ? La réponse est non pour la simple et bonne raison que ce genre de reiatsu même curatif est extrémement dangereux et très peu stable, il risquerait de provoquer plus de dégats que de réparé. C'est pour cela que mes aiguilles ont été concue, mettre une grande dose de reiatsu la tenir et la diffuser doucement sans accout.

La capitaine lui dit que rien n'était ou ne devait être secret pour les forces spéciales; et qu'elle savait que Susanoo connaissait au moins un peu cette techniques, elle ajouta qu'elle ne voulait pas aller déranger toute sa famille pour un simple renseignement. Susanoo sourit une nouvelle fois, il était sur qu'elle voulait en savoir plus et c'était de sa faute il lui en avait inconsciament parlé. Mais ce n'est pas lui qui lui expliquerait, sa famille encore moins. Il dit d'une voix douce et calme.

Si vous voulea en savoir plus vous devrez aller détranger ma famille. Je ne vous en parlerait pas et eux non plus. Si cette technique est secrete ce n'est pas pour rien. Parfois il vaut mieux ne pas savoir surtout si on est heureux comme cela.

Une menace ? Non, quoi que enfin elle le prendrait comme elle voudrait le fait est que personne de sa famille n'en parlera, et personne d'autre ne connait bien cette technique. Cette manière d'utiliser les aiguilles et trop dangereuse pour être apprise ou raconté à quelqu'un qui n'est pas de la famille. De plus Susanoo la trouvait abjecte et n'en parlerait pas quoi qu'il arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Dim 27 Déc - 22:23

Imperturbable, Soi Fon semblait continuer à traiter à part chacun des sujets de cette conversation sans problème, comme si ils n'avaient rien à voir l'un avec l'autre. Avec un calme et un sens de l'analyse aux aguets, elle semblait s'intéresser tout autant aux deux sujets et en semblait guère disposée à abandonner l'un d'eux. N'importe qui d'un tant soi peu diplomate aurait abandonné le second sujet pour ménager son interlocuteur et ainsi traiter plus facilement du premier sujet, quitte à revenir sur le second ensuite. La capitaine de la deuxième division n'avait elle que faire de telles considérations futiles. Elle, capable de tout compartimenter aisément, ne voyait pas de raisons pour lesquelles les autres n'y parviendraient pas eux aussi, après tout. C'est donc comme si elle n'avait pas entendue les derniers propos de Susanoo qu'elle se mit à lui répondre, comme avec un temps de retard. Son ton était à présent intrigué, en pleine réflexion sur ce que venait de lui exposer son vis-à-vis.

Mais à créer ainsi du reiatsu curatif concentré, vous vous épuiser bien plus que quelqu'un œuvrant avec la méthode de soin habituelle, ou non? Et comment une aiguille peut ainsi retenir le reiatsu, et plus encore, le laisser ensuite filtrer lentement?

Oui, elle ne comprenait pas encore tout le fonctionnement du système, et cela suffisait pour la faire aller de l'avant dans ses questions. Tant qu'elle n'avait pas e dernier mot d'une histoire, Soi Fon ne lâchait pas le morceau, déterminée à bien tout comprendre en détail et ne se contentant pas d"une vague connaissance du fait. Le vague et l'imprécis n'avaient pas leur place dans les renseignements après tout. Mais une fois de plus, la jeune femme écarta toutes ces préoccupations quand elle se tourna vers l'autre sujet en suspend entre lui et l'autre shinigami.

Étrangement, son regard ne se durcit pas de colère ou de ressentiment. Au contraire, il resta d'une parfaite neutralité, fixant l'officier de la troisième division avec autant de sentiment d'une chaise ou une souris. Quand elle prit la parole, on aurait pu aiguiser des rasoirs sur le fil de son ton, et son détachement apparent en faisait que rajouter à la menace que sous entendait tout ce petit bout de femme. Un de ceux capable de tout abattre dans l'instant sans plus marquer le fait que d'un clignement d'œil. La menace dépassait la simple volonté exprimait, elle émergeait de toute la personne du commandant des forces spéciales de la Soul Society avec une habitude rodée. Quand elle s'exprima, ce fut comme si elle tentait de montrer un fait pourtant simple à un esprit quelque peu réfractaire, avec une certaine patience agacée.


Tout le monde finit à un moment par parler, quoi qu'il en soit. Un secret de la sorte est de plus une absurdité, car personne n'est là pour protéger ceux protégeant le secret, surtout d'eux même. Rien que des éventualités que je peus juste imaginer de ce que vous avez dit, je vois quantité de dangers qui peuvent émaner de cela si votre famille, ou bien ne serai-ce qu'un seul d'entre vous, finit par l'utiliser pour son seul compte.
Je vous vois deja d'ici clamer la fidélité de votre famille et de tout ses membres, mais pouvez vous être sur de ce fait à jamais? Pouvez vous garantir l'intégrité des générations à venir? Sans parler que l'on connait souvent bien moins que l'on ne le pense ses propres proches.

Et encore, cela n'est qu'une piste, je ne vous parle même pas des autres, dont notamment le nombre de vies que pourrait sauver ce secret si il était plus rependu et pratiqué. A quoi rime le fait d'avoir un tel pouvoir si ce n'est pour qu'il ne serve pas? Et puis croyez vous que les forces spéciales n'ont pas eut à contenir le poids de secrets bien plus terribles tout au long de son existence?


Soi Fon avait beaucoup parler, mais presque sans s'en rendre compte, exposant juste tranquillement une part de son point de vue. C'était après tout préférable à l'autre méthode, les gens étant étrangement peu coopératifs face aux actions d'autorité. Evidement, le capitaine n'hésiterait pas un instant à appliquer cela si c'était nécessaire, mais si elle pouvait tant qu'a faire éviter de trop troubler la paix précaire du Sereitei, c'était déjà ça de prit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Lun 28 Déc - 21:01

Susanoo ne comprenait plus grand chose a la conversation. Apparement Soi fon pouvait parler des deux sujets sans problème et de plus en les séparant. Susanoo lui ne pouvait pas, et de toute facon n'en voyait pas l'interêt. Autant parlé de ces deux choses en même temps. C'est ce qu'allait faire Susanoo il ne pouvait pas faire autrement. Sourire en parlant de sa technique et regarder sérieusement Soi fon pour répondre au sujet des techniques qu'il devait révélé n'allait pas bien ensemble. C'est donc avec un sourire moins expressif que d'habitude qu'il répondit.

Utilisé le reiatsu de cette manière est extrêmement dangereux pour le guérrisseur, j'ai moi même frolé la mort en l'utilisant. Car en effet même si on n'utilise le même taux de reiatsu cela fatigue plus. Ces aiguilles on été frabriqué il y à des centaines d'année, c'est le mecanismes qui permet d'absorber autant de reiatsu de le stocké et de le laisser diffusé. Je ne sais pas trop comment cela marche.

Il marqua une petite pose. C'est vrai qu'il ne connaissait pas bien pour ne pas dire pas du tout le mécanisme de ses aiguilles. Il ne pourrait pas dire comment, mais c'était un fait qu'elles pouvait faire cela. De plus il n'existe que 12 aiguilles comme cela. Susanoo en a 6 et son frère Rokuro en a 6 lui aussi.

J'ai mes principes et raisons. Je ne vous parlerait pas Soi Fon taisho. Désoler mais vous allez devoir vous contenter de cela.

Il détourna la tête pour ne pas regarder le capitaine de la deuxième division comme si il avait peur ou honte, c'était un peu des deux mais il ne devait pas se plaindre il avait provoqué lui même cette situation. Il lui avait parlé de cette techniques et maintenant il devait faire face. C'était son devoir en t'en que fils cadet de la famille Moeï
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Dim 10 Jan - 6:09

Je vois.

Cette fois, le propos semblait s'adresser aux deux conversations à la fois, comme une conclusion suffisante pour chacune d'entre elle. En effet, il n'y avait apparemment plus rien à tirer de cette discution, le capitiane de la seconde division ne voyait donc pas de raisons de continuer plus en avant. C'en était même à se demander pourquoi elle avait été si soigneuse et courtoise, pour ce que cela avait donné. Comme quoi les bonnes vielles méthodes étaient toujours les meilleures, moins de pertes de temps et plus de résultats au final. A présent, elle
ne devrait plus se préoccuper seulement de cet individu, mais de toute sa famille au complet, et ce dés le début de l'enquête qu'elle allait mener. Cela risquait de ralentir les choses, mais elle n'avait guère le choix à présent. Ce qui ne la ferait pas pur autant abandonner cette piste que ce shinigami venait de lui révéler à ses dépens. Décidément, on ne saurait jamais quand ou comment viendrait le prochain indice de travail à mener pour les forces spéciales, d'où la confirmation en ce jour de son attention de tout les instants.

Affichant toujours la même expression neutre et sérieuse, Soi Fon disparu alors subitement dans un shunpo, pour réapparaitre sur le toit d'un bâtiment surplombant les environs. De là, elle se retourna une dernière fois vers l'officier de la quatrième division en contrebas, comme pour fixer une dernière fois son image dans sa tête. Ses lèvres laissèrent s'échapper par la même occasion ces quelques mots en un dernier souffle, peu importe visiblement que le jeune homme entende ou non.

Il n'y a pas de raisons ou de principes qui puissent être autres que ceux de la Soul Society.

Puis, sans cette fois se retourner, comme si elle ne faisait plus cas de son existence, le capitaine disparu définitivement en un ultime shunpo, partant déjà pour une nouvelle destination et une nouvelle tache à régler. L'affaire de la technique ancestrale de la famille Moeï restait toujours dans un coin de son esprit, attendant le moment où elle pourrait prendre les mesures nécessaires qui s'imposaient. Qui n'allait d'ailleurs guère tarder, normalement.


[Bon, fin du rp de mon coté, je te laisse boucler avec ton poste. Je posterais le début du suivant dès que possible, si les partiels me fichent la paix]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   Dim 10 Jan - 16:42

Susanoo regardait la capitaine. Même si l'expréssion de son visage ne semblait rien refléter donc on pourrait penser que le fait que Susanoo ne lui ai finalement rien apprit ne devait pas la toucher mais cela ne semblait pas être le cas en réalité. Refuser de parler de quelque chose à cette femme éveilla ces soupsons, elle ce disait sûrement qu'il avait quelque chose à cacher. Donc maintenant ce n'était qu'une question de temps avant qu'elle ne commence à mettre son nez partout et surtout la ou il ne fallait pas. Susanoo soupira mais toujours en gardant le sourire puis la capitaine fit un shunpo pour se retrouver sur un toit, elle tourna la tête et parla, presque dans un murmure mais que Susanoo comprit quant même.

Ce qu'elle lui avait dit fit un genre de tilt dans sa tête. Cette femme était une patriote, mais un peu plus que cela c'est cela qui faisait le plus peur chez elle, elle semblait convaincu que la soul society était le pouvoir absolu, ou quelque chose comme cela. Il fallait dire qu'elle lui faisait peur, elle était trop tournée vers la soul society, mais pourquoi ? Pourquoi autant ? Susanoo ne savait pas et en même temps il se demandait comme serait elle sans la soul society ? Que ferait elle si cela n'existait pas ? La capitaine allait aller parler à sa famille pour savoir de quoi il retournait, maintennt et par sa faute, tout allait plus vite il devrait se faire un peu plus discrèt et surtout il faudrait qu'il retourne chez lui avant la capitaine. Quant Soi fon partit le visage de Susanooredevint sérieux presque comme celui d'un tueur, il donna un violent coup de poing dans le mur se retourna et partit les main dans les poches.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Rue du Seretei] Un moment assez pénible (FINI)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» moment éphémère
» le meilleur réalisateur en ce moment pour vous?
» Quel est ta Chanson du moment?
» Playlist du moment
» un moment "fort" dans saint seiya !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Highway :: PREMIERE SAISON-
Sauter vers: