Bleach Highway
Bleach Highway

Forum fermé
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Salle du trône.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Salle du trône.   Ven 2 Jan - 13:09

Aizen se trouvait dans la salle du trône. Ce dernier était sur une sorte de d’étages réservé à plus de trois mètres du sol. Un large escalier de marbre permettant d’y monter. Il était assis sur son siège. Les jambes croisées. Sa tête reposant dans sa main, son bras en appui sur un des côtés du trône de Las Noches. La vaste salle du trône avait un plafond assez titanesque et était elle même d’une large taille. Ce Château était là depuis de nombreuses années dans le Hueco Mundo, avant l’arrivé d’Aizen il avait été la résidence des Adjuchas qui dirigeaient le Hueco Mundo. Chose étrange puisque les plus puissant Hollow étaient les Vasto Lorde. Ceci dit, ces derniers étaient très individualistes et ne cherchaient que la tranquillité. C’est pourquoi Aizen avait d’ailleurs eut du mal à en trouver certains, et surtout à les convaincre de faire partie de ses troupes. Dompter la puissance des Vasto Lorde était difficile, même pour un Shinigami de la puissance d’Aizen. Cette fameuse puissance qui lui avait permis de s’échapper de la Soul Society en vainquant cette misérable crevette de la 10ème division: Toshiro Hitsugaya ainsi que le lourdaud Komamura. Cette évasion avait failli mal tourné lorsque Yoruichi et Soi Fong l’avait immobilisé. Par chance les Gillian, fidèle zombie à ses ordres l’avaient sauvé du jugement pour haute trahison. Il avait pu rejoindre Las Noches et former son Espada. Depuis, le maître des Arrancar s’efforçait de trouver la clé de l’Ouken afin d’aller tuer le Roi. Il fallait pour ce faire sacrifier la ville...Mais la surveillance de la Soul Society sur cet endroit rendait une attaque impossible en l’Etat, il ne pouvait y avoir que quelque escarmouche entre les deux camps en attendant que l’un prenne l’ascendant sur l’autre. Aizen devait provoquer le combat afin de faire un choque psychologique vu les différences de puissance entre un Shinigami moyen et un membre de son Espada. Or, pour préparer ce combat, il fallait un éclaireur quelqu’un de discret, qui obéissait aux ordres et surtout que l’on pouvait se permettre de perdre. Quelqu’un qui pourrait transmettre des renseignements rapidement. Donc pas un membre de l’Espada. Arroniero était indispensable pour les stratégies futures même si il était le meilleur éclaireur. Ulquiorra aurait pu remplir ce rôle mais son gigantesque reiatsu le faisait repérer assez vite. Non pas que le Quarto ne pouvait pas se cacher, mais les capitaine, même si ils recevaient dans leurs rangs des vraies mauviettes comme la crevette de la 10ème division avait tout de même des pointures tel que Shunsui ainsi que Ukitake. Sans compter les deux exilés, Yoruichi et Urahara qui gardaient un oeil permanent sur l’objectif d’Aizen. Il n’avait pas trop le choix... Il allait devoir lancer une attaque en force en se passant des renseignements. Après tout, cette attaque n,e devait être qu’une simple diversion. Le véritable objectif d’Aizen était tout autre. Il souhaitait frapper le Seireitei en son coeur. Profitant des attaques sur Karakura town pour détourner les principales forces de cet endroit afin de l’attaquer. En effet, le vieux Yama-ji n’avait pour l’instant que la possibilité de parer au plus pressé, si Karakura subissait des attaques répétée il devrait concentrer ses forces...C’était son plus grand point faible, il croyait la Soul Society inattaquable de l’extérieur...Les Ryokas n’avaient donc servi à rien? La lenteur de la bureaucratie avait été tout de même réduite par...La mort de la chambre 46. Peut être aurait il mieux fait de ne pas les tuer après tout? Plus ils s’enlisaient, mieux c’était.
Il fallait en plus penser aux préparatifs de l’attaque. Le nombre de Hollow disponibles étaient suffisants, mais une armée sans tête était comme un taureau sans corne. Et le nombre d’arrancar disponible n’était pas mirobolant. Il y avait Ulquiorra évidemment... Ceci dit, il ne pouvait se rendre à Karakura seul. Il n’avait aucune Fraccion... C’était ennuyeux...Puis Aizen se souvint d’une Arrancar, Anju...Il ne la croisait pas souvent...Peut être était-ce une bonne occasion de tester ce qu’elle valait sur le terrain face à des Shinigami? Un des gardes exequias qui se trouvait dans la salle s’approcha lorsque Aizen lui fit un signe.


-Faites préparer une escouade de Gillian pour attaquer Karakura. L’heure est venue pour nous de bouger. A force de ne rien faire, nous allons finir par prendre racine. De plus je m’en voudrais de faire attendre notre ami Yamamoto quant à nos objectifs. Amenez moi également l’arrancar Anju Hoshiyo dans les plus bref délais. Et si Ulquiorra est disponible faites le venir également.



L’exequias, disparu très rapidemment. Ils étaient efficaces, ces arrancar d’élite chargé de faire les nettoyeurs. Seul Aizen pouvait leur donner des ordres. Il formaient une sorte d’armée d’élite de défense composé de commando d’arrancar assez bien entraîné. Certes ils n’avaient rien à voir avec la puissance des Espada mais ils valaient pour certain au moins les Tres Ciffras. Il se leva de son trône, son Zanpakuto à la ceinture et descendit les escaliers pour accueillir l’arrancar. Si les espada avaient l’habitude de la salle du trône et de son immensité, ce n’était pas le cas de la plus part des arrancars. Aizen était une sorte de Dieu et de Père pour eux. Il les avait rendu plus complet grâce au Hogyoku et leur avait donné une organisation efficace dont il était le pillier. Il savait qu’il les impressionait, et il en jouait. Ils étaient tous terrifié par lui. Térrifié et surtout fasciné par ce Shinigami qui les dirigeaient d’une main de fer dans un gant de velour. C’était sans doute son côté paternel qui ressortait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle du trône.   Dim 4 Jan - 0:02


    Se balader. Qu'est-ce que ce mot voulait réellement dire ? Se promener dans un endroit ensoleillé avec un paysage fantastique ? Peut être. Elle n'en savait trop rien. Alors, pour elle, ce qu'elle était en train de faire, était une simple marche à la recherche de quelque chose à faire. Anju espérait que l'un de ses compatriotes ait une soudaine envie de la tuer (juste comme ça hein...), pour ainsi mettre un peu de piment dans son semblant de vie. Alors que ses prunelles grisâtres détaillés le sol de pierre, à la recherche de quelque chose. L'arrancar était vide, son esprit était vide de toutes pensées, elle ne ressentait rien, une véritable loque animait par des fils invisibles qui la forçait à avancer, à marcher... Dans ces immenses couloirs de pierre, elle ne croisait aucun être susceptible d'avoir un accès de fureur incontrôlé. Ainsi, elle allait parcourir les couloirs, détailler la roche, songer au néant qui l'habité. L'âme déchu errait ça et là, quand soudain, des pas l'alertèrent. Des pas pressés, ou impatients. Anju, le regard toujours accrochait au sol s'arrêta brusquement dans sa "balade", lorsqu'un exequias lui bondit dessus. Enfin, c'était le terme qu'employer la jeune personne qui recula d'un pas en le voyant arriver. D'après son regard qui venait de se poser avec intérêt sur elle, il le cherchait. Pour une raison qui, bien évidemment, lui échapper. Pour le moment. Anju cligna ses petits yeux neutres, alors qu'elle détaillait l'être qui venait de lui faire face. Son accoutrement donnait déjà à la demoiselle arrancar quelques informations : d'après ce qu'il portait, c'était un garde.
    Ne se sentant nullement inférieur à cet âme-ci, elle le fixa dans les yeux sans scrupules. Très vite, l'information arriva à son ouïe, frappant son tympan. Elle crut qu'une hache venait de s'abattre sur sa tête. Le grand chef, Aizen-Sama là convoquait ? Elle qui avait été très discrète, et même très sérieuse dans tout ce qu'elle entreprenait. Elle n'avait jamais nuis à personne, et avait scrupuleusement suivit les règles qu'on lui imposait. Anju faisait partis des nombreux arrancars qui obéissait aux moindres ordres de leur créateur. Chose tout à fait normal. Mais, il y avait toujours quelques rebelles qui ne connaissaient guère le sens du mot respect. Et malgré le peu de sentiments qui animait la brune, elle avait horreur qu'on contredise les ordres de son bien aimé Aizen-Sama. Car, elle le vénérait plus que tout.

    Anju pencha légèrement la tête vers l'avant, en écoutant chaque propos de son interlocuteur. Détachant chaque mot, mémorisant chacun d'eux. L'arrancar plissa les yeux, puis ces derniers se tournèrent brusquement vers le sol, ses dents crissèrent tendit qu'elle commençait à se poser des milliers de questions. Un mission pour elle ? Peut être bien. Cela allait être la première. Et, elle sentait sans même connaître le fond de la mission, qu'elle allait plus s'amuser. S'amuser ? D'où venait donc ce mot ? De son esprit tourmenter ? Elle ne s'était JAMAIS amusée. Alors, ce n'était guère maintenant que cela allait changer. Anju, par pure politesse, même si elle ne connaissait ce mot que pour son maître, pencha la tête en avant, s'inclinant devant cette chose inférieur qui lui faisait face. Puis le suivit lentement, de petites foulées lentes suffisaient à suivre l'exequias.

    En quelques minutes à peine, elle se trouvait dans la... gargantuesque salle du trône. Elle eut du mal à conserver son air neutre... Cette salle l'avait toujours rendu nerveuse. Et, lorsque ses prunelles aperçurent le trône, elle les baissa aussitôt. Comme à chaque fois qu'elle rencontrait un supérieur. Mais Aizen-Sama n'était pas n'importe qui. Il était quelqu'un de très important à qui la demoiselle vouée un énorme respect. Parce qu'il lui avait permis de devenir forte, et, d'être quelque chose. Même si elle était traitée comme une arme, elle s'en fichait, tant que quelqu'un pouvait la considéré d'un regard. Pouvait la voir. Elle était satisfaite. Ce mot raisonnait dans son esprit tel un tintement de cloche. Anju posa sa main sur sa poitrine, s'avançant vers son maître, puis elle posa un genou à terre. D'une voix complètement impartiale, elle rétorqua :

    " Vous m'avez fait appeler Aizen-Sama... ? Je vous écoute. "

    La brunette restait silencieuse, la tête penchée, le genou à terre. Parfaitement soumise, et l'oreille bien tendu. Elle était dans la salle du trône, et son maître, son créateur, son dieu, se tenait en face d'elle. Que lui avait-il réserver ? Elle n'en savait rien. Mais, elle frémissait à l'idée de savoir. Frémir. Quel étrange verbe. Ce mot aussi raisonnait étrangement à son oreille.
    Le sol de pierre était la scène principale qui se dessinait devant les prunelles grises de l'arrancar qui restaient toujours aussi silencieuse. Le silence devenait lourd. Mais, elle patientait. Elle avait toujours appris à être patiente. Malgré que sa soif était parfois plus forte que ce qu'elle voulait. Parfois, les êtres étaient fort en apparence, mais faible à l'intérieur... Anju était ça ? Ce genre d'âme ? Non. Hors de question.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle du trône.   Dim 4 Jan - 1:25

L’arrancar qu’Aizen avait convoqué arriva peut après accompagné de l’exequias. La jeune femme qui lui était amené était plus belle dans son style. Une brune avec un visage très pâle...Elle semblait fragile, frêle, chétive comme presque toute les arrancar féminines excepté Hallibel. Son masque de Hollow couvrait une partie de son visage, environs un quart ou un peu moins. Seul un oeil avait une forme “humaine” clairement visible. La couleur argenté de ce dernier semblait luire un peu dans l’atmosphère sombre de la grande salle de Las Noches. Elle était de taille moyenne, une taille fine et des formes féminines agréables à l’oeil d’un homme. Son visage impassible trahissait une certaine anxiété. En effet c’était la première fois que cette arrancar se retrouvait devant celui qui les avait élevé à ce rang. Seul à seul, en face à face. Aizen qui n’avait jamais remarqué ce pion auparavant semblait s’y intéresser. Il fallait noter que le maître du Hueco Mundo changeait de “préféré” comme de chemise. Un peu comme Louis XIV avait ses maîtresses, il avait ses préféré parmi les arrancars. Il y avait cependant les “invariables” c’est à dire ceux que Aizen avait toujours dans ses petits papiers. Parmi eux, ses deux lieutenants, Gin ainsi que Tousen et le quatro Espada. Ulquiorra qui était dans l’Espada son préféré. Les autres pouvaient changer à tout instant du jour et de la nuit. Et actuellement, il s’intéressait à Anju. Peut être que cela serait durable, peut être que cela ne le serait pas. En fait, il était attiré par les personnes soumises à sa volonté et faisant preuve d’une impassibilité à toute épreuve. En cela cette arrancar ressemblait beaucoup à Ulquiorra. Un bon point pour elle.
Lorsqu’elle vint devant lui, elle plaça une main sur sa poitrine et posa un genoux à terre. Comme un chevalier l’eut fait jadis devant son suzerain. Ses cheveux tombant légèrement sur le côté alors qu’elle baissait la tête. Ce regard vide...Tout l’inverse d’un Espada comme Grimmjow ou N’Noitra qui le regardait dans les yeux, ne se baissait jamais de cette façon et avait parfois une attitude de défis vis à vis de leur maître.Le chef du Hueco Mundo savait que c’était la manière de ces “rebelles” de tester leur chef afin de savoir si il était bel et bien digne de les commander. Et dieu ( donc lui) savait bien que les décharges de reiatsu récurrentes que Grimmjow et N’Noitra ne seraient jamais suffisantes pour les calmer définitivement. Ils avaient leurs petites manies.
Inversemment, les Arrancar comme Anju ou Ulquiorra était comme la mer. Ils pouvaient être d’huile lorsqu’ils étaient dans un milieu pacifique, plats, calme, ne laissant transparaître que l’horizon ou le soleil jaune brillait de mille feux...Et une fois le combat engagé, ils étaient rarement perdant; déchaînant les vagues de six mètres de haut pour submerger les impertinents bateaux qui se croyaient capables d’atteindre le bout du monde.
La main d’Aizen se dirigea vers l’épaule d’Anju, et, le plus naturellement du monde il releva Anju. Il n’était pas la peine qu’elle reste à genoux, puisque Aizen la surplombait par sa taille. Avec son regard envoûtant et son éternel sourire léger il plongea ses yeux dans les siens. Et sa voix plutpot grave se fit alors enttendre dans la salle du trône.


Bienvenue, Anju-san. Nous ne nous sommes jamais vraiment vus auparavant. Mais cela va un peu changer. J’ai une mission pour toi. Je comptes attaquer la ville de Karakura avec une troupe de Menos. Nous devons harceler la Soul Society, ne leur laisser aucun répit d’aucune nature. Or, il me faut quelqu’un pour m’accompagner dans cette attaque. J’avais pensé à toi ainsi qu’Ulqui...

A ce moment là...Un exequias entra dans la salle. Mais ce n’était pas le même. C’était le chef de ce corps d’élite. Un arrancar un peu plus grand qu’Aizen, lui, mis un genoux à terre et y resta. Son masque était un peu plus complexe que les autres soldats. Il ne devait intérrompre une entrevue privée qu’en cas de force majeure. Il tourna légèrement la tête et se désintéressa d’Anju l’espace d’un instant et fit signe à l’autre arrancar de s’approcher. Ce dernier se releva et fit son rapport.


Exequias: Aizen-sama, nous venons d’apprendre que le Sexta espada Grimmjow Jaggerjack vient de se rendre sur terre. D’après nos système de surveillances, il a entamé le combat avec un Shinigami de la Soul Society. Les probabilités qu’elle envoi des renforts est plutôt grande a uvu de la faiblesse des effectifs engagé des deux côtés...

Aizen perdit un peu son sourire. Une fois encore Grimmjow avait fait n’importe quoi. Il était vraiment foufou lorsqu’il s’y mettait. Aizen tourna le deux à ses deux serviteurs et remonta sur son trône. Le maître était prêt à donner ses ordres. Il tombèrent comme la lame de la guillotine sur la tête du condamné.

-Commencez à ouvrir les portails vers la terre. L’attaque de la terre est avancée à maintenant...Si Grimmjow est en difficulté, aidez le. Sinon, dévastez la ville. Nous devons forcer les Shinigami à se montrer. Devant une attaque massive il n’auront pas le choix. Ils devront découvrir leurs forces.

Aizen reporta son attention vers l’arrancart qu’il avait fait fenir jusqu’à lui, et lui dit d’un ton paternel

-Et bien Anju-san, on dirait que nous allons devoir aller chercher un petit garnement qui n’en fait encore qu’a sa tête...Grimmjow... Il devait s’ennuyer. Je le comprend. J’espère au moins qu’il va gagner son combat. Sinon Tousen va encore devoir lui couper un bras.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle du trône.   Dim 4 Jan - 12:06

    Le sol était... Magnifique. En observant ce dernier, elle oubliait complètement le lieu où elle se trouvait, et surtout, en quelle compagnie elle se trouvait. C'était surtout cela. On ne l'avait jamais appelé ici auparavant, pourquoi maintenant cela avait changer ? Était-elle devenue un peu plus forte à force d'entraînement et de concentration? Tel était la question. L'arrancar n'en savait absolument rien, cela faisait longtemps déjà qu'elle n'avait plus de notion du temps. Même lorsqu'elle était encore un être "humain". Le temps n'avait jamais existé pour elle. Il défilait à la vitesse de la lumière, il courait devant les visages comme le vent le fait si bien. Anju plissa les yeux (ou plutôt l'oeil... xD), des questions la harcelaient, et si elle avait eu l'occasion de les sortir de son esprit, elle en serait très heureuse. Malheureusement, ce n'était pas aussi simple. Elle était dans la salle du trône, face à Aizen-Sama qui l'avait fait appelé. Normal donc, que des milliers de questions la frappait de tous les cotés. Il fallait juste inspirer, expirer, évacuer le stress qui était en train de l'écraser inlassablement. Chose stupide... Anju était tout à fait capable de combattre ce stress, de l'évacuer facilement. La neutralité était toujours bonne à prendre, même dans des instants comme celui-ci. Alors, détaillé le sol (alors qu'elle le connaissait par coeur, vu qu'il était identique dans toute la salle) était peut être une bonne idée pour se calmer. Puis, la voix de son Dieu raisonna dans son esprit, ce n'était pas la première fois qu'elle l'avait entendu. Néanmoins, ce fut la première fois qu'elle l'entendit aussi près d'elle. Alors, bien évidemment, si elle avait l'occasion de faire l'autruche, elle l'aurait fait. Hm, fort déconseiller d'agir comme ça alors que le sol était de la pierre.
    Quand soudain, elle sentit une pression sur son épaule. Anju garda le regard figer vers le sol, mais fut contraint de regarder son créateur dans les yeux. L'arrancar ne bougea pas, détaillant le visage de son maître, un visage qu'elle avait déjà entrevu sans vraiment le voir en fait. Un visage fin, une peau ni trop clair, ni trop mate. Des cheveux bruns qui tombaient jusqu'à la base de son coup, deux prunelles caramels. Il faisait bien deux têtes de plus qu'elle. Enfin, Anju n'avait jamais été très grande. Elle restait toujours aussi silencieuse, son visage était toujours un masque d'impassibilité, même si elle était plus qu'honorer de se trouver en la présence de Aizen-Sama. C'était même devenu un privilège pour un bon nombre d'arrancar. Alors bon. Si elle se trouvait ici, c'est qu'il avait trouvé un soudain intérêt au don de cette arrancar. Même si ce n'était là qu'un infime intérêt, cela la rendait plutôt... heureuse. Heureuse. Encore un mot qu'elle ne parvenait pas à avaler.

    Ravis peut être ? C'était un mot un peu bizarre. Anju plissa les yeux, sans quitter son maître du regard, puisqu'il "l'obligeait" en quelque sorte à le fixer. Ce dont elle avait horreur. Elle devait rester à genoux devant son créateur, son Dieu. Devant cette montagne. Il était dieu dans tous les sens du terme. C'était comme si Anju avait refaçonner le décor qui entourait Aizen. Genre, des petites fleurs, des feus d'artifices.... Non. Peut être pas un décor pareil. Mais, des étoiles scintillaient autour d'Aizen. Enfin bref, elle le vénérait, c'était aussi simple que cela.

    Anju écouta attentivement ce qu'Aizen avait à lui dire. Un semblant de sourire étira ses lèvres, je dis bien un semblant, car cela semblait plus à une grimace joyeuse (cela ce dit ça ? xD). Une mission. Elle allait faire partis d'une mission, qui plus est, une attaque dans la ville de Karakura. C'était une énorme opportunité pour elle de montrer ce qu'elle avait appris. Déjà, elle avait appris à manier son Zanpakuto. Elle faisait des quelques arrancars assez vieux (dans leur ordre de création) pour pouvoir le contrôler. Anju hocha frénétiquement la tête en signe de soumission. Bien sur qu'elle acceptait cette mission ! C'était un honneur. Jamais elle n'avait vraiment eu l'occasion de sortir sur terre. Elle n'y était pas retournée depuis des centaines d'années, si ce n'était pas même plus. Comme je vous l'ai dit, Anju a perdu depuis longtemps la notion du temps.

    Harceler la Soul Society. Un plan qu'elle ne pouvait qu'approuver. Intérieurement, elle afficha un sourire de satisfaction. Quand soudain, ils furent couper net par l'entrée d'un exequias. Anju ne tourna pas la tête vers lui, fixant Aizen-Sama. Absorbant le moindre de ses mots, qu'elle encra dans son esprit. Grimmjow ? Elle en avait entendu parler (étrangement tiens...), mais n'avait jamais chercher à savoir qui c'était. Surtout s'il pouvait être dangereux. En tout cas, ce Grimmjow ne semblait pas avoir écouter les règles imposer par Aizn-Sama.

    " Je vous suivrais pour cette mission. Attaquer en groupe est une bonne idée, excellente même. Ils ne s'y attendront pas. Vu qu'ils seront surpris, ils n'auront pas vraiment le temps de réfléchir et se jèteront dans le tas... "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle du trône.   Dim 4 Jan - 13:23

Bien qu’elle faisait réellement de son mieux pour le cacher, l’anxiété devenait palpable dans la pièce et émanait de la jeune arrancar. Il se traduisait par un reiatsu assez instable et très changeant en intensité. Aizen était un maître dans la manipulation et dans l’interprétation des fluctuation sentimentale de reiatsu, ajouter à cela un don pour la psychologie gargantuesque et vous obteniez un prédateur dans tous les sens du terme, capable d’exploiter vos failles tant en combat que dans un jeux de séduction ou même dans un simple débat d’idée. L’ancien capitaine trouvait toujours le mot exact à ses desseins, si il souhaitait vous réconforter, il sortait un mot et l’on se sentait apaisé. Si il souhaitait déstabiliser, il y parvenait d’un seul regard. Tout chez lui semblait parfait. Sa précision d’horloge suisse dans tous les domaines, il l’avait travaillé, et fait des efforts énormes afin d’user des mots comme d’armes aussi redoutable qu’un Bankai. Peut être était-ce pour cela qu’il avait un zanpakuto illusionniste... Cet homme pouvait dire n’importe quoi, son charisme et son pouvoir de séduction envers les faibles comme envers les forts semblaient illimités. Des officiers chevronnés comme Ukitake avait non pas marché, mais couru dans son piège...Sans oublier son plus beau “coup”, son chef d’oeuvre en terme de domestication de la masse: son Fukutaisho, Hinamori... Il la manipulait comme un pantin, et elle avait servi de pièce maîtresse lors de son complot de même que les deux autres zigoto qui avait eux aussi été pris au piège, à savoir ces deux amis d’enfance dont le vice-capitaine de la 6ème division, Abarai Renji...Cet imbécile avait en plus de cela eut l’outrecuidance de défier Aizen lors de son évasion. Sosuke l’avait vaincu en quelques secondes.
Lorsqu’il la releva, la jeune arrancar resta interdite...Elle paraissait impassible, mais son anxiété notoire laissa place à une forte intimidation. Il comprenait cette réaction. Aizen, chez les Hollow, faisait office de Dieu, ils étaient le sommet, nul n’était au dessus de lui...Et chez les arrancars à plus forte cause puisque cette fois-ci il était Dieu le Père. Le début de leur vie de soldat, de croisé même puisqu’il combattait pour le nom d’un Dieu: Aizen Sosuke. C’est comme si vous mettiez un chrétien en face de la sainte Trinité, il ne pouvait que s’émerveiller devant l’absolu perfection physique et métaphysique de la chose. A ceci prêt que Aizen avait une présence physique, matérielle, un corps composé de particules spirituelles que l’on pouvait toucher, caresser et également trancher. Il était à l’instar des Dieux nordique: divin mais mortel. D’ou ce besoin de puissance qu’il avait cherché depuis son enfance dans le Rukongai. En effet, si Dieu est immortel et éternel, si il est indestructible, il n’a pas besoin de la puissance puisque personne ne peut lui prendre sa place. Or, si Aizen avait cherché le pouvoir et si il avait survécu à une vie horrible, à la mort de sa mère seul, à sa vie pratiquement animale pendant de longue année jusqu’à cette ascension phénoménale qui le plaçait à un rang divin parmi ses loyaux serviteurs c’était justement parce qu’il était tout à fait conscient que sa vie pouvait être stoppé par un individu plus fort que lui.
Après l’annonce de la mission, Anju sembla “contente”. Aizen croyait deviner en elle l’impatience du soldat d’aller au combat. Cette impatience était très saine contrairement à l’envie d’aller à la victoire. La différence entre les deux était, pour Aizen dans le caractère vaniteux et prétentieux de la seconde proposition. Elle supposait un acquis qui n’éxistait pas, la victoire s’arrachait au combat; et au combat seul. Ce juge impartial déterminait seul qui était digne de porter un trophée. Sun Tzu le disait très clairement dans l’Art de la Guerre.Vos troupes devront être impatientes aux combats. Anju, arrancar “confirmé” maîtrisait sans doute la libération de son Zanpakuto. S’en servir pour la première fois en combat réel devait être très enthousiasmant pour elle. Cela rappelait à Aizen les fois ou il avait découvert les mystère de son Zanpakuto. D’abord le nom de son Zanpakuto...Kyoka Suigetsu qui lui permettait de le libérer et d’utiliser ce si puissant Shikai. Et ensuite le bankai, en 10 ans de travail acharné. Il gardait ce dernier secret pour des raison tactique évidente, d’autant plus qu’aucun adversaire n’avait demandé un déploiement de force aussi gigantesque. La plus part du temps, un sort de Hado et son Shikai faisait plier n’importe quel adversaire même de haut niveau. Excepté peut être Yamamoto, ce vieil homme était d’une puissance incroyable qui pouvait destabiliser Aizen lui même. Dans un combat réel et à mort, Aizen n’avait aucune idée de qui, entre lui et le vieux Briscard pouvait l’emporter. C’était le seul adversaire qu’Aizen trouvait à sa mesure pour l’instant. D’ailleurs, il était trop fin et rusé pour ne pas voir que cette attaque n’était rien d’autre qu’une tentative de faire basculer des forces de la Soul Society vers Karakura. Finesse qui avait visiblement échappée à Anju.


-Le Commandant des capitaines n’est pas stupide. Il ne foncera tête baissé qu’en apparence. Même si le niveau moyen de ses soldats est inférieur aux nôtres, il peut compenser par leurs pouvoir de nuisance respectifs. Sans compter les capitaines assez fort pour être un gros obstacle pour nous, et trop peu utile pour constituer une véritable perte, je pense à Hitsugaya, qui n’a pas la puissance des autres capitaines. Ainsi qu’a Kenpachi dont la seule occupation du combat suffisent à le stimuler pour le rendre victorieux contre presque tout un le pannel d’adversaire possible et imaginable, et dans le cas contraire faisant suffisamment de dégats pour le rendre hors d’usage ( son adversaire) pour un bon moment. Il dispose de plus d’une division de soutien très utile qu’est la 4ème division. Et de leur très dangereux capitaine sont la finesse et le brio sont de redoutables atouts... Cette bataille n’est pas aussi simple qu’il y parait. Je connais bien tout les profils des bon adversaires...Nous aurons fort à faire si nous voulons l’emporter. Bien, nous allons y aller mais...


Aizen gardait toujours le même air. La voix douce et sympathique, le regard profond et toujours ce petit sourire caché...Il fit un signe de main et un Hollow rentra avec mug remplis de thé vert. Il se dirigea vers Aizen qui prit l’un d’entre eux. Puis, le Hollow se dirigea vers l’arrancar et Aizen finit sa phrase.

Prenons un thé d’abord Anju-san.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle du trône.   Ven 9 Jan - 23:43


    On venait de lui confier une mission, et Anju ne pouvait s'empêcher d'être un peu anxieuse. Encore une émotion qu'elle ne parvenait pas à comprendre, et encore moins à dissimuler. Son inconscient travaillait dur pour calmer toute cette tension qui l'habiter. Car, malgré que son " créateur " fasse tout pour la mettre à l'aise, elle ne l'était pas. Puisqu'elle faisait partis des insectes, des misérables, des personnages de la basse catégorie, des ingrats comme on pourrait dire. Certes, l'arrancar brune ne se considérait par réellement comme un insecte. Sauf que, face à cet être divin, il ne pouvait en être autrement. Il avait décroché la première place du podium dès l'instant où il avait tendu sa main vers le hollow qu'elle avait été. Anju n'était pas extrêmement possessive, pour ne pas dire pas du tout. Elle appréciait rarement quelqu'un, surtout parce qu'elle ne connaissait pas le sens du mot en lui même. Néanmoins, Aizen-Sama avait toujours été un être à part, et donc, malgré que le sens du mot "apprécier" lui échappe, elle savait pertinemment qu'elle ferait tout pour qu'il la regarde. L'arrancar à la longue chevelure noire se fichait pas mal de ce que pensait les autres, même si elle savait que ceux-ci avait les même sentiments qu'elle à l'égard de leur créateur. Tout ceci était de la moindre importante. Tout ce qui comptait en faite, c'était qu'elle lui plaise. Alors, quand on lui tendait une mission, même si elle n'en connaissait pas les dangers, elle acceptait. Sans sourciller, sans grogner (oui, il pouvait arriver qu'elle grogne xD), sans tergiverser. Elle acceptait "joyeusement" l'opportunité qu'on lui tendait. Les prunelles intenses de son interlocuteur la toisaient avec une telle insistance, comme s'il la détaillait, non... la décodait... qu'elle sentait ses jambes tremblaient légèrement. Une telle tension était tellement dure à maintenir, qu'elle en frissonnait. Anju ne pouvait guère s'encrer dans sa matière grise qu'elle devait tenter d'imaginer Aizen comme un être "normal". C'était là une excellente solution pour maintenir le regard de son créateur, de son Dieu. Malheureusement, la solution qu'elle avait voulu employer n'était pas possible. Elle se sentait incapable de le regarder dans les yeux, même s'il l'avait autoriser à le faire. C'était comme ça, lorsqu'on se trouvait devant un être dix fois plus supérieur que sois et qu'on... idolâtrer.
    Anju se voyait déjà en plein rêve. Briller, c'est ce qu'elle voulait. Et, le mot "mort" ne lui venait même pas à l'esprit, car, elle ne connaissait pas le sens de ce mot. Elle ne l'avait jamais compris. S'il y a encore l'âme, c'est qu'on n'est pas réellement mort. L'arrancar s'était toujours battus avec cette idée en tête. Jamais elle n'avait pensé que l'âme elle-même pouvait être désintégrer. Malgré le temps qu'elle a pu passer à s'entraîner dans les rangs d'Aizen, il était certain qu'elle avait encore beaucoup de chose à apprendre.

    Cette idée de briller donc, lui éblouissait complètement l'esprit. Elle voyait au bout de cette première mission, de ce premier pas, une autre mission. Et, Anju ne voyait que cela. Elle était là pour se battre, pas pour faire partie des murs de pierre. L'arrancar était pleine d'assurance, malgré qu'elle n'avait jamais eu l'occasion d'être confronté à de vrai adversaire. En d'autres termes, des adversaires de valeurs. Oui, la demoiselle n'avait jamais été assez dingue pour aller défier nos très chers espadas. Cela pouvait être un très bon entraînement, mais, elle ne les connaissait pas assez. Et, n'avait surtout pas envi de se faire rayer de la liste des arrancars présents aussi tôt.
    Quand soudain, Anju fut arraché à sa rêverie par la voix douce de son Dieu. Néanmoins, les propos qu'il venait de prononcer n'avait rien de doux. Pour elle dû moins. Cela avait pour effet une gifle monumentale qui venait de lui retourner littéralement parlant les cervicales. Ce n'était là qu'une image, soit, mais bien réel dans l'esprit de cette arrancar qui venait de se rendre compte de son jugement hâtif. Comment ne pas se sentir à la taille d'insecte après de tels propos ? Elle avait été pathétique, et elle en était consciente. Pourtant, malgré qu'elle se soit figée sur place, le visage de l'arrancar restait un masque dénudé d'émotions. Néanmoins, la question n'était pas là. Qu'allait-elle faire pour rattraper sa stupidité ? Anju resta silencieuse, et avant tout, très attentive aux propos de son interlocuteur. Qu'elle mémorisa. Leurs adversaires n'étaient pas des êtres prévisibles, c'est le premier point qu'elle en tira. Pour ce qui est du second point : elle n'oublierait pas d'évaluer l'énergie spirituel de tous les combattants adverses qui seraient sur le terrain. Et puis, par la même occasion, tâcherait d'être vigilante. Avec élégance et avant tout, avec respect, elle s'inclina en énonçant d'une voix toujours aussi neutre :

    " Je suis désolée d'avoir parler aussi hâtivement. Ce jugement précipité de ma part était bien stupide. Mais, " l'émotion " semble avoir était plus forte que moi. Elle a devancé ma réflexion... À l'avenir, je tâcherais de faire preuve d'un peu plus d'adresse. "

    L'arrancar avait pencher la tête en avant, tout en s'inclinant. C'était vu comme une marque d'excuse, même si elle n'avait jamais compris ce geste alors que les mots pouvaient être beaucoup plus fort dans ce genre de situation. Anju se figea lorsqu'elle assimila la suite des propos d'Aizen-Sama. Serait-il en train de lui proposer un thé ? Un nouveau mot qui sonnait étrangement à son oreille. Sauf que là... C'était toute la phrase qui raisonnait dans son esprit, tellement elle la trouvait incompréhensible à la situation. Après tout, elle était sensée être aux services d'Aizen, et... jamais elle n'avait penser prendre un thé avec lui après une brève conversation. D'être sensation envahis le corps de l'arrancar qui tentait d'évaluer la situation sous un autre regard, pour éviter d'être trop... choquer... xD Après tout, Aizen-Sama n'était pas n'importe qui. Elle n'allait donc pas prendre le thé avec un simple adjucha... Non, elle allait prendre le thé avec son créateur. Alors bon. Comment devait-elle réagir face à une telle situation de gêne ? Une gêne qui ne cessait de la rongée de l'intérieur.

    " Bien sur. Aizen-Sama. J'en serais même ravis. " L'hollow qui venait d'entrer dans la pièce pour servir le thé se tourna vers elle après avoir servit Aizen-Sama. Anju marqua un instant d'hésitation, puis finalement tandis sa main vers l'un des verres pour le porter à ses lèvres. Puis, se rendant compte de son erreur. Qui pour elle était une erreur bien évidemment. Elle ne devait en aucun cas boire avant Aizen. C'était encore là une marque de respect.

    Les prunelles d'Anju se tournèrent de nouveau vers Aizen, cette fois, elle prit le temps de le détailler. Puisqu'elle en avait l'occasion maintenant, elle pouvait en profiter. Par contre, elle n'irait jamais se vanter auprès de ces harpies qui prenait Aizen pour leur propriété... Anju était tout à fait capable de se vanter d'avoir put rester avec son maître un peu plus longtemps que cinq minutes à elle-même. C'était tout aussi bien. Malgré tout, elle sentait le regard doux et paternel d'Aizen sur sa personne, et, elle parvint enfin à se détendre. Un tout petit peu... Anju tenta malgré tout un sourire. Qui ressemblait plus à une grimace. Vu qu'elle n'avait jamais souris de sa vie. Autant quand elle était humaine, que quand elle était devenue un hollow...


    HJ - Désolé pour le temps de réponse. Wink Avec les cours, je répond moins vite... ! Mais je tâcherais d'être très présente ce week-end pour vous Aizen-Sama ! xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle du trône.   Sam 10 Jan - 13:46

Une lumière au milieu de la nuit. C’était comme çà qu’Aizen était perçu par les Hollow. En effet, les Hollow, né de la peur elle même était là pour l’entretenir. Les Hollow s’en nourrissait peut être plus que des âmes errantes, ilq inspiraient terreur et destruction à tout ceux qui connaissait leur existence. Tous sauf un...Aizen, et c’était la raison pour laquelle ils le vénéraient à ce point, Aizen n’avait peur de personne, quel qu’il soit, Shinigami, Quincy, Arrancar, Bounds. Le Maître du Hueco Mundo et de Las Noches ne ressentait ni la peur ni l’hésitation. Son sabre fendant l’air avec l’assurance du bras vengeur de Dieu, sa main lançant des sorts de Hado comme le doigt de Dieu foudroyait les hérétiques. Tout avait d’ailleurs semblé si facile lorsqu’il c’était échappé de la SS que la peur n’avait été jamais présente. Grâce à un plan parfaitement exécuté de A à Z sans accrocs ni bavures. Voilà pourquoi Aizen Sosuke n’avait pas peur...Ses plans, toujours précis, ils étaient souvent d’un niveau tellement élevé que seul Aizen pouvait les comprendre, leur multiples ramification et leur étalage dans le temps bluffait ses adversaires, trompait magistralement l’ennemi et le laissant mort sur le bord de la route. Il souhaitait devenir Dieu, briser les limites entre les Hollow et Shinigami et tuer le Roi de la SS. Des objectifs à la mesure de son intelligence et de sa lumière. Il voulait briller davantage, la lumière qu’il apportait aux Arrancar n’était pas suffisante. Il souhaitait être la lumière du monde entiers, de l’univers...Du Tout. Dialectique intéressante pour un homme qui prétendait devenir Dieu, alors que son souhait était plutôt celui de Lucifer...L’Ange porteur de lumière...Le projet d’Aizen était typiquement luciférien. Il souhaitait changer la vie au lieu de la transmettre. C’était un révolté, un paria chez les siens. De grand talent certes mais paria tout de même. Son rêve était à présent d’entrer triomphalement dans la SS, ses armées de Menos et son Espada à ses côtés afin d’exécuter les derniers chefs de la SS. Il y aurait sûrement des résistants, tel que Ukitake et Shunsui. Ce n’était pas très important, ils seraient écrasé rapidement.
L’arrancar semblait en totale admiration devant le maître. Ecrasé par sa personne...Le poids de la présence d’Aizen l’avait mise à genoux mentalement...Aizen pouvait lui demander de se tuer qu’elle l’aurait fait sans se poser de question. Il aurait pu la tuer lui même qu’elle l’aurait remercié. En tous les cas elle l’intéressait. Elle était aussi soumise que ses deux Fraccions personnelles, Loly et Menoly, mais elle, contrairement à ces dernières n’avaient pas une dérive fanatique qui faisait parfois penser qu’Aizen était leur propriété, qu’elle seule pouvait l’approcher. Si il les aimait beaucoup, un jour, cette attitude finirait par l’énerver et elles passeraient un sale moment. Aizen en colère ce n’était vraiment pas beau à voir. Grimmjow en avait fait l’expérience deux fois et cela ne lui avait pas plu. Dans son stress, elle oublia de laisser Aizen porter son verre à la bouche avant de commencer. Il n’en fut pas offensé, compte tenu de l’état psychique de l’arrancar qui semblait au comble du stress et de l’extase, ce genre d’erreur était normale, elle finirait par s’habituer à la présence d’Aizen rapidement si elle le fréquentait souvent. Les Espada qui le voyaient tous les jours à Las Noches n’étaient plus aussi anxieux lorsque leur maître et créateur se trouvait devant eux.
Aizen porta sa tasse à la bouche...Le liquide chaud et ambré qu’il affectionnait particulièrement lui rappelait de bon souvenir. Surtout lorsqu’il en prenait avec Hinamori-kun...Son ancienne Fukutaisho. Il avait vraiment apprécié ses années passées avec elle à la SS. Toute les bonnes choses avaient cependant une fin. Il ne pouvait plus se permettre de la fréquenter à présent. Tant pour lui que pour elle. Il savait que malgré ce coup de sabre, elle l’adulait encore et que lui, malgré sa traîtrise il l’appréciait un peu. Elle serait tenté de le rejoindre, et lui ne pouvait pas se le permettre, elle n’était pas assez puissante. Voilà pourquoi il avait du la tuer, enfin qu’il avait essayé. Elle avait de la chance comme dirait Kenpachi. Aizen, en pensant à cela avait le regard tourné vers le haut de la salle...Il semblait loin d’ici. Ce genre de moment d’isoklement psychique était courant lorsqu’il se remémorait sa vie. Il avait rencontré Hinamori justement grâce à une de ses expériences. Il avait introduit de vrais Hollow dans un entraînement et avait du intervenir pour régler le problème pour sauver des élèves coincés dans l’aire d’entraînement...Hinamori, Renji ainsi que Kira. Gin était avec lui ce jour là...Une belle journée. Ses plans avaient pris un autre tour ce jours là et il avait pu placer ses trois jeune gens comme bon lui semblait pour mieux les utiliser. Même Renji et sa forte personnalité avait été dompté par les tactique d’Aizen.
Le maître fut rappelé à l’ordre par les paroles de sa servante...Elle s’excusait d’avoir été hâtive dans son jugement et d’avoir commis des erreurs. Aizen eut un sourire. Elle n’était vraiment pas rassurée visiblement...Son stress s’accumulait et elle semblait peu à l’aise. Si elle était anxieuse, elle n’arriverait à rien lors de sa mission. Aizen la regarda de nouveau et s’exprima.



-Ne t’en fait pas pour si peux Anju-san. Je te pardonne tes erreurs. Tu n’es pas assez détendue Anju-san. Tu es si impressionnée par ma présence? Cela me fait plaisir de voir des serviteurs aussi dévoué que toi. Ils sont rares et précieux et finalement, tout le monde n’a pas ta fidélité même chez les Espada. Je pense que nous allons passer plus de temps ensemble pour que je puisse optimiser ta fidélité envers moi.Mes Fraccions n’étant pas disponibles..Tu pourrais peut être assumer ce rôle...Oui, je pense que tu es qualifié pour devenir une de mes Fraccions...Qu’en dis-tu? Anju-san?


Aizen l’aurait parfaitement laisser répondre, mais c’est à ce moment assez important pour l’arrancar et pour son maître qu’un exequias choisi d’entrer inopinément dans la salle afin de faire son rapport...Aizen fut très agacé puisqu’il connaissait déjà la situation de Grimmjow et que sans doute il n’y avait rien d’autre d’important à savoir. Ils savaient, ces arrancar qu’il n’aimait pas être dérangé pendant un entretient avec un de ses serviteurs...Il allait néanmoins laisser l’exequias faire son rapport, au cas ou.

Exequias: Aizen-sama...Le Sexta Espada, Grimmjow Jaggerjack vient de finir son combat contre le Shin...


Le pauvre arrancar n’eut pas le temps de finir sa phrase...Une aura rose violette venait d’apparaître autour d’Aizen...Son regard n’avait pas changé, ni son sourire...mais son reiatsu venait de doubler d’intensité, cette intensité avait mis Grimmjow à genoux facilement, et pourtant c’était à peine 6% de son intensité maximale...La salle tremblait légèrement sous ce déluge de Reiatsu. Il avait veillé à ce que la nocivité ne touche pas Anju...Elle aurait, elle été littéralement brisé en deux par une telle puissance...Lexequias semblait s’étouffer avec son propre sang, la pression spirituelle avait compressé ses organes vitaux internes et transformer sa cage thoracique en purée avec tout ce qui s’y trouvait. Un flot de sang jailli de la bouche de l'exequias, et le Dieu vengeur se contenta de dire sur un ton égal.



-Merci. Bien, Anju-san, nous n’auront pas le temps de finir notre thé visiblement...vas chercher Grimmjow. Dit lui que je viendrais un peu plus tard et que si il ne se tient pas tranquille...Je ne pourrais pas le pardonner. Maintenant, je vais me retirer pour faire les derniers préparatifs de l’attaque.


Aizen se leva et descendit les marches qui conduisait au trône...Il passa si près de Anju qu’il l’effleura brièvement et lui glissa à l’oreille juste avant de s’en retourner vers ses quartiers.


-J'ai confiance en toi, Anju-san.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Salle du trône.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Salle du trône.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Votre salle de danse
» Clin d'oeil: La salle de Monitoring de Cablecom
» [Maquette] Salle de Bal Phantom Manor
» murs salle de bains
» Eclairage basse tension salle de bain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Highway :: ARCHIVE RPG AVANT SAISON 1-
Sauter vers: