Bleach Highway
Bleach Highway

Forum fermé
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Clémence...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Byakuya Kuchiki
Capitaine de la Sixième Division
Capitaine de la Sixième Division
avatar

Masculin
Nombre de messages : 447
Date d'inscription : 10/12/2008

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Clémence...   Dim 7 Mar - 23:43

Byakuya Kuchiki était penché sur un dossier de taille conséquente qu'il lisait encore une fois. Il n'était pourtant pas atteint d'une quelconque hésitation. Non, sa décision était prise, il en avait déjà suffisamment parlé avec Katara. Mais il voulait être prêt et tout affronter, savoir répondre avec vérité à toutes les interrogations qu'on lui poserait. Il avait déjà l'habitude, depuis des années, de ne rien dire. Depuis quinze ans, il avait appris à mentir. Il avait fini de penser seulement pour son statut, mais pour l'intérêt de ses proches. Même si de l'extérieur, vu la façon dont il s'y prenait, on aurait juré qu'il n'y avait aucune différence, la façon de penser du Maitre de la famille Kuchiki avait évolué. Et une autre personne allait pouvoir en bénéficier.

Katara était dans le bureau, à sa place à elle, debout devant le meuble où siégeait le Capitaine de la Sixième Division. Il était aussi fier d'elle que de Rukia. Toutes les deux avaient réussi, grâce à leur seule volonté et mérite, à monter dans la hiérarchie et à obtenir un poste avancé en très peu de temps. Car même s'il avait changé, Byakuya n'était pas devenu pour autant coulant et il ne fonctionnait pas selon le principe du favoritisme. De sorte que les deux femmes avaient été obligées de suer sang et eau pour parvenir à ce résultat. Elles avaient souffert, travaillé jusqu'à des heures tardives. Byakuya les observait tandis qu'elles s'entrainaient dans son domaine. Et on ne pouvait pas nier leur implication à toutes les deux; Non, leur place n'était en rien usurpée.

Tous les deux attendaient la venue, d'un instant à l'autre, d'officiers de la Seconde Division qui devaient escorter un prisonnier issu de la prison la plus difficile et la plus vile de la Soul Society. Celle qu'on appelait le repaire des asticots. Car sur demainde du Capitaine Kuchiki, une missive avait été communiquée, ce matin-là, au capitaine Soi Fon, pour réclamer la libération, quinze ans après les faits qui l'avaient envoyé là-bas, d'Haiji Numiko.

_________________

Thèmes musicaux de Byakuya | Présentation de Byakuya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katara Sakurai-Kuchiki
Lieutenant de la Sixième Division
Lieutenant de la Sixième Division
avatar

Féminin
Nombre de messages : 173
Age : 86
Localisation : dans l'ombre de Byakuya
Date d'inscription : 06/05/2009

Connaissances
Race: shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: Clémence...   Lun 8 Mar - 1:55

Dire que Katara en avait sué sang et eau était un doux euphémisme. Mais en acceptant de suivre Byakuya quinze ans plus tôt, elle savait à quoi s'attendre. Elle savait qu'il ne lui ferait pas de cadeaux. Au contraire. Elle avait tout à prouver, tout à créer. Et elle moins qu'un autre ne devait pas être aidée. Elle devait affronter les choses, s'entraîner encore et encore, recommencer quand elle échouait et ce, sans jamais baisser les bras.

Pourtant, elle avait parfois eu envie de baisser les bras. Elle avait été épuisée. Elle était tombée malade. Mais elle n'avait jamais abandonné. Parce que quand elle se demandait pourquoi elle faisait tout cela, le visage de Byakuya se dessinait dans son esprit. Elle faisait tout cela pour lui. Se rendait-il compte de la force de ses sentiments ? Voyait-il combien elle pouvait l'aimer pour avoir enduré tout cela ? Peut-être. Peut-être pas.

Sans doute le savait-il mais il se mettait des oeillères. Elle l'acceptait. Même si c'était difficile, elle l'acceptait. Elle avait besoin de lui.

Et aujourd'hui encore, comme chaque jour, elle était à ses côtés. Ils avaient longuement parlé de cette histoire et elle l'avait soutenu. Il savait qu'elle n'avait pas sa langue dans sa poche et qu'elle n'hésitait pas à le contredire si elle n'était pas d'accord. Mais elle ne le faisait jamais en public. Ils accordaient leurs violons ensemble, dans l'intimité, en parlant. Et elle lui disait les choses comme elle les pensait, sans langue de bois, sans détour. Comme elle l'avait toujours fait.

Elle se disait qu'il devait apprécier ce côté de sa personnalité s'il la laissait faire depuis quinze longues années. Les quinze années les plus belles de sa vie, mais aussi les plus douloureuses, effrayantes et riches en émotions. Et comme toujours, avant quelque chose d'important, elle s'était approchée de lui, levant sa fine main pour effleurer la joue de son capitaine.

" Je connais mon rôle. Alors ne sois pas inquiet, Byakuya. Je te soutiendrais, peu importe ce qu'il adviendra. " lui avait-elle dit en le regardant dans les yeux, pour qu'il puisse s'assurer de sa loyauté. Et elle avait gagné sa place devant le bureau, plantée droite comme un 'i', son zanpakuto à sa taille, le regard rivé sur la porte.

Elle aussi connaissait le dossier par coeur. Elle l'avait étudié en long, en large et en travers pour pouvoir répliquer si on tentait de piéger son capitaine. En tant que vice-capitaine de la 6ème division, elle devait protéger Byakuya. Et par chance, c'était justement son but depuis sa rencontre avec lui.

_________________




Katara's Theme

Pourrais-je un jour vous appeler 'mes amis' ?
Merci à Inoue Orihime pour le kit ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Clémence...   Jeu 11 Mar - 15:14

L'avenir pouvait être douloureux. Parfois à en mourir. Mais la mort n'était qu'une punition rapide et presque indolore. Lorsque la vie vous était ôtée, il ne restait plus que l'esprit qui vagabonder à la recherche d'un endroit où vivre. Les gens se retrouvaient ainsi dans le Rukongai à vivre une vie presque normale. Combien d'homme ici n'aurait jamais voulu mourir et sont heureux de l'être? La question ne se posait pas. Haiji avait longtemps voulu mourir. Combien de temps est-ce qu'il s'était écoulé depuis son jugement? Aucune idée. Les murs de la grotte qui lui servait de chambre n'avait plus subit d'entaille depuis plus d'une dizaine d'années.

Le visage cireux, et pâle n'avait rien de comparable avec la couleur halé de l'ancienne époque. Aujourd'hui encore il s'en voulait d'avoir accepté sa punition. Cet endroit n'avait rien d'humain. On vous donnait à manger pour survivre, mais vivre...C'était bien impossible. Batailles et déceptions se succédaient. Se faire des amis était tout bonnement impossible. Il était trop dur d'apprendre qu'on les retrouvait mort lorsque le camp adverse tapait. Haiji sentait son cœur se durcir, au même rythme que son âme. Une nouvelle fois, il était assit sur le sol dur d'une grotte si peu éclairé. Une nouvelle fois, il tentait de trouver un peu de sommeil, avant qu'un fou ne vienne tentait de le tuer. Et une nouvelle fois...il entendit des pas. De nombreux pas. Ils était peut être une dizaine. Fermant les poings et se relevant, tête baissés, une montagne de cheveux sales lui tombaient sur le visage. Les yeux fermé, les bras le long du corps, c'était plus un zombie qu'un homme qui allait faire face à un nouvel assaut. C'est alors qu'une voix l'appela.

« Numiko Haiji, par ordre du taisho de la sixième division et en accord avec la capitaine de la deuxième division, votre peine prend fin aujourd'hui. »

Cette voix . A qui appartenait-elle? Elle était si faible. Cela changeait des cris qu'il avait l'habitude d'entendre ici. Levant lentement la tête, il observa la garde de la seconde division. Il était libre? Mais à quel prix? Ici, rien n'était gratuit, et surement pas la liberté. On l'intima à suivre le groupe. L'homme ne tentait pas de se débattre. Il n'en avait pas la force, pas contre des personnes qui mangeaient à leur faim. Chaque pas le remmenait à la liberté et lorsque les portes du repère s'ouvrirent, une source de lumière aveugla l'homme. Fermant les yeux, les lèvres sèches, il sentit sa douce chaleur l'envahir. Il faudrait du temps à s'habituer à cette lumière. Ses yeux bleu électrique n'en avait plus l'habitude. Marchant encore, il entendit alors quelqu'un devant lui frapper à une porte. Enfin, on l'invita à entrer et le jeune homme se trouva dans une pièce climatisée, en compagnie de deux personnes. Une femme qu'il n'avait jamais vu et...Son bourreau...Kuchiki Byakuya. Comme il était de coutume, le shinigami maudit s'inclina, avec une raideur dans le geste qui ne laissé aucun doute. Haiji en voulait à son ancien capitaine. Mais ne prononçant aucun son, le jeune homme inspecta la pièce, d'un regard vif. Enfin, il prit la parole, d'une voix rauque, signe qu'il n'avait rien dit depuis un moment.

« Veuillez excusé ma tenue. Mais d'où je viens les douches se font rare.»

Un sarcasme? Sans aucun doute, mais le jeune homme savait aussi qu'il y avait là l'unique chance de retrouver un semblant de liberté. Car du repère des asticots...Seulement une autre personne s'était fait sortir: Kurotsuchi Mayuri. Fronçant les sourcils, le jeune homme balaya d'un geste lent la mèche de cheveux qui lui bloquait le passage.
Revenir en haut Aller en bas
Byakuya Kuchiki
Capitaine de la Sixième Division
Capitaine de la Sixième Division
avatar

Masculin
Nombre de messages : 447
Date d'inscription : 10/12/2008

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: Clémence...   Jeu 18 Mar - 20:13

Byakuya observait attentivement l'homme qui venait de se présenter devant lui. La dernière phrase que le prisonnier venait de prononcer était d'une ironie mordante que le Capitaine avait beaucoup de mal à accepter. Oh, il était certain que la prison pouvait changer un homme. Byakuya ne connaissait que par les rumeurs le lieu où il avait lui-même envoyé cet homme. Néanmoins, ce qu'il savait, c'était déjà trop. C'était déjà bien qu'il eut survécu.
L'hostilité de Haiji était particulièrement perceptible dans sa voix. Quoi de plus étonnant lorsqu'on se retrouve, après quinze ans d'emprisonnement, face à celui qui l'avait envoyé là-bas. Sûrement que Haiji le voyait comme son bourreau. Byakuya, lui, ne voyait pas les choses de la même façon. Il avait juste mis en état d'arrestation et déclaré coupable (à juste titre) une personne responsable de haute trahison.
Après tout, Haiji avait déserté sa division, alors qu'il était admiré de beaucoup et qu'il était plutôt haut placé dans la hiérarchie. Il avait rejoint un groupuscule anti-soul Society dont le but était de renverser le pouvoir. Tentative de coup d'état mené par un ancien de la Sixième Division (encore une fois) et cependant mis en échec. Vu les lois du Gotei 13, finalement, Haiji aurait du subir un pire traitement. Byakuya avait en fait apaisé (si on peut décrire ça comme ça) la sentence.
Cependant, après une quinzaine d'année passée en prison, dans un lieu dur où la survie du plus fort était la seule loi, où les faibles trépassaient à peine eussent-ils passés le seuil du repaire des Asticots, dans quel état allait ressortir son ancien Quatrième Siège ?

Rancunier ? C'était fort possible. Il serait difficile à croire qu'il puisse pardonner à Byakuya sa condamnation. En même temps, son Capitaine n'avait pas le choix , jamais il n'aurait pu l'absoudre de son crime. En plus, rappelons-le, lors de son arrestation, Haiji n'avait pas fait preuve d'une grande résistance. Il s'était livré, c'était le mot qui convenait le mieux à la situation. Haiji, à l'époque, s'attendait-il, pour ce geste, à être excusé et à voir sa condamnation allégée ? C'était vraiment mal connaître son capitaine.


Byakuya fit un signe à Katara de la tête. Ce signe indiquait qu'il voulait que la jeune fille amène un siège au prisonnier et lui permettait de s'asseoir. Peut-être allait-elle tiquer devant un comportement pour le peu inhabituel du Capitaine ? Quoique...elle commençait à en avoir l'habitude.

- Numiko Haiji. Vous avez été condamné, il y a quinze ans, par les lois de la Soul Society. Vos chefs d'inculpation étaient les suivants : désertion de votre poste de Quatrième Siège de la Sixième Division. trahison envers la Soul Society et ses intérêts, tentative de coup d'état envers la Soul Society. La condamnation initiale pour de tels actes était la condamnation à mort. Je suis intervenu pour le muter pour un emprisonnement dans la Prison - Repaire du Gotei 13. Normalement votre peine aurait dû vous laisser dans cette cave sans aucune limite temporelle. J'ai décidé de briser votre peine.

_________________

Thèmes musicaux de Byakuya | Présentation de Byakuya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katara Sakurai-Kuchiki
Lieutenant de la Sixième Division
Lieutenant de la Sixième Division
avatar

Féminin
Nombre de messages : 173
Age : 86
Localisation : dans l'ombre de Byakuya
Date d'inscription : 06/05/2009

Connaissances
Race: shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: Clémence...   Mar 23 Mar - 14:28

Katara ne bougea pas d'un iota quand le prisonnier fit son entrée dans la pièce. La main sur la garde de son zanpakuto, elle observait. Elle n'avait pas à intervenir. Pas pour le moment en tout cas. Et le prisonnier semblait bien trop faible pour vouloir faire le malin en s'en prenant au capitaine Kuchiki. Mais bon, après tout, Haiji avait son 'bourreau' face à lui et plus grand chose à perdre. Les kamikazes n'étaient pas nouveaux. Mieux valait rester sur ses gardes.

La jeune femme tourna légèrement le visage vers Byakuya alors qu'il lui faisait un signe. Elle lui en fit un en retour pour lui montrer qu'elle avait saisi et elle se déplaça pour attraper un siège et le déposer derrière Haiji.

" Assis. " claqua-t-elle d'une voix froide.

Oui, Katara était la douceur personnifiée. Elle éprouvait beaucoup d'empathie. Mais ça n'était pas grâce à cela qu'elle était devenue vice-capitaine de la sixième division. Elle s'était endurcie bien que sa douceur était toujours là, réservée à Byakuya et à ses amis.

Dans l'absolu, elle n'avait rien contre Haiji, elle connaissait le dossier et elle savait que n'importe qui pouvait faire des erreurs. Cependant, elle ne le connaissait pas personnellement et pour gagner la confiance de la jeune femme, il lui faudrait faire ses preuves. Elle en avait parlé avec Byakuya et lui avait bien expliqué clairement (et ce, sans mâcher ses mots) qu'elle ne lui confierait absolument pas sa vie ni celle de son capitaine. Elle lui en ferait suer sang et eau !!

Elle reprit sa place devant le bureau, dardant ses yeux noirs sur Haiji alors que Byakuya prenait la parole.

- Numiko Haiji. Vous avez été condamné, il y a quinze ans, par les lois de la Soul Society. Vos chefs d'inculpation étaient les suivants : désertion de votre poste de Quatrième Siège de la Sixième Division. trahison envers la Soul Society et ses intérêts, tentative de coup d'état envers la Soul Society. La condamnation initiale pour de tels actes était la condamnation à mort. Je suis intervenu pour le muter pour un emprisonnement dans la Prison - Repaire du Gotei 13. Normalement votre peine aurait dû vous laisser dans cette cave sans aucune limite temporelle. J'ai décidé de briser votre peine.

Katara ne dit rien. Elle n'avait rien à dire. Elle avait juste à observer. La balle était dans le camp d'Haiji à présent.

_________________




Katara's Theme

Pourrais-je un jour vous appeler 'mes amis' ?
Merci à Inoue Orihime pour le kit ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Clémence...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Clémence...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Highway :: PREMIERE SAISON-
Sauter vers: