Bleach Highway
Bleach Highway

Forum fermé
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 .::Gô Ban Tai Taishô, Heihashi Honda!::.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heihashi Honda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 26/08/2010

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: .::Gô Ban Tai Taishô, Heihashi Honda!::.   Jeu 26 Aoû - 16:33

***


Hors rpg

Prénom ( facultatif ):
    ...


Age:
    21ans


Expérience Rp:
    Pas loin de deux belles années


Comment avez vous connu le forum:
    Par Manga Topsite!


Code du règlement:
    Validé par Hallibel Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heihashi Honda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 26/08/2010

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: .::Gô Ban Tai Taishô, Heihashi Honda!::.   Lun 30 Aoû - 18:07

Votre personnage de RPG
Shinigami


Nom:
    Heihashi

Prénom:
    Honda

Age
    150ans alors que physiquement j'en fait seulement 22



Description physique: ( 5 lignes pleines)
    Puisqu’il le faut bien, je vais donc me décrire physiquement.

    Je ne sais pas pour les autres, mais la première chose que l’on remarque en me regardant, est mon visage, je vais donc commencer par vous le décrire. Comme pour les autres, il est très expressif, il l’est tellement que, le moindre de mes changements d’émotions se verra sur mon visage, que ce soit la colère, la joie et bien d’autres encore. Bien que j’aie été dans le monde de la Mafia depuis ma plus tendre enfance et Shinigami par la suite, je n’ai pas une seule marque de mes combats passés, enfin, aucune sur mon visage du moins. Ensuite, ce qui est le plus visible, ce sont mes beaux yeux qui sont de couleur bleu et blanc, mais en les regardant de plus près, vous verrez bien, que la couleur ressemble plutôt à un bleu glacé. Le contour de mes yeux est si sombre, que cela permet du coup, de faire ressortir la beauté et couleur claire de ceux-ci. Mon nez à une taille normal, ni trop long ni trop petit, son bout est arrondi et pour être assortit à mon visage, il est fin. Ma bouche est comme pour tous, composé de deux lèvres, les miennes sont plutôt fine et d’une jolie couleur entre le rose et le rouge. Mes deux petites oreilles ne sont que très peu visibles, car elles sont en générale, cachées sous mes longs cheveux. Ces derniers sont de couleur noir de jais, ils sont vraiment très longs, car ils arrivent en dessous de mes épaules.

    Poursuivons désormais avec le reste de mon corps. Je suis quelqu’un de taille plutôt grand, car en effet je mesure dans les environs d’1m80. Ce qui est plus grand que la normal, mais pas assez pour être considéré comme étant vraiment une grande personne. Je pèse dans les environs de 65kilos et je tiens à le préciser, je n’ai que du muscle. M’entraînant au Kung-fu depuis mon enfance, mon corps est bien façonné, ce qui signifie que l’on voit bien les différents muscles qui le composent, les pectoraux, les abdos, mais aussi ceux de mes bras et de mes jambes. Maniant autrefois un sabre chinois et étant de la mafia, j’ai hélas quelques cicatrices sur différentes parties de mon corps. Plus précisément une sur le bras droit allant de mon épaule à mon coude, une autre sur le tibia de ma jambe gauche.

    Et pour finir, je vais vous parler de mon style vestimentaire. Celui que je portes la plupart du temps désormais est dès plus simple, il s’agit d’un kimono noir doublé de blanc par certains endroit. Étant depuis peu, le Gô Ban Tai Taishô, par-dessus l’habit shinigami, se trouve le shihakusho qui est la marque de tous ceux qui sont chef d’une division. Il est entièrement blanc avec un seul symbole dessus, le chiffre de la division dont j’ai désormais la charge. Mais pour moi, cela n’est pas tout, aimant être affecté sur terre, j’aime que mon Gigaï soi vêtu comme je l’entends. A savoir un beau jean bien classe de couleur noire, une chemise violette avec des motifs noirs quelconques. Une veste noire vient se poser sur mes épaules pour me tenir bien au chaud et aux pieds, une paire de chaussure noire qui parachève le tout d’une sublime manière. Mais bon, la tenue que je porte accessoirement lors de mes venues dans le Monde Réel n’est jamais fixe, je change même trop souvent, au goût de certaines personnes.



Caractère : (5 lignes pleines)
    Passons maintenant donc à la description de ce qui fait mon caractère, mes qualités et mes défauts.

    En vérité, je ne suis pas quelqu’un ayant un caractère difficile, je dirais que c’est le contraire. Le fait d’être né dans une famille mafieuse spécialisé en art martial à beaucoup aidé à façonner mon mental. Je suis habitué aux situations de combats face à différents types d’ennemis, mais aussi en combat sans réel enjeu comme pour les championnats d’arts martiaux. J’ai donc un sérieux inébranlable dans les situations qui sont dangereuses pour moi ou ceux à qui je tiens. De ce fait, je ne perds que très peu souvent mon sang froid, afin de pouvoir réfléchir convenablement, afin de pouvoir être une aide pour ceux qui me tiennent à cœur. Je suis aussi du genre très calme, je ne m’énerve que très rarement, bien que l’on me le reproche quelque fois, disant «Tu es trop calme!» Mais bon, je le suis et je ne le regrette pas le moins du monde, car je peux alors, aider ceux qui en besoin, à se calmer.

    Je suis aussi quelqu’un d’extrêmement gentil, je ne dis pas non plus qu’il ne m’arrive pas d’être méchant. Mais je suis plus du genre à me donner pour chacun qui est mon prochain que du genre à faire chier ou frapper sans raison valable du moins. Oui, je suis prêt à donner ma vie pour chacun des être humains que je croise sur mon chemin, même si je ferais ce qu’il faut pour éliminer toutes menaces envers les personnes que j’aime. Et quoiqu’il arrive, il y a des personnes qui pour moi, comptent plus que d’autre, comme chacun des membres de ma division, avec qui je suis côte à côte depuis maintenant plusieurs années. Autre chose, j’arrive à compatir en toute circonstance et ceux pour chacun de ce que j’ai eu à affronter et que j’ai battu ou alors tuer. Car je sais que la fin qu’ils ont eu, c’est moi qui aurait pu la vivre et donc, je ne peux qu’être triste pour eux et du fait que leur vie soit ainsi finie.

    Pour finir, je suis quelqu’un de très malin, n’hésitant pas à user de manipulation envers les autres pour arriver à obtenir 100% des objectifs que j’ai à atteindre. Et je n’ai aucun regret à utiliser les autres pour arriver à mes fins, car en général, je le fais pour le bien du Gotei13. Même si cela veut dire, trahir des personnes que je connaissais autrefois ou même trahir des amis que je connais depuis longtemps. Mais il y a là encore des personnes que je ne pourrais jamais manipuler ou trahir, il s’agit de chacun des membres de ma division, car désormais, ils sont devenus comme ma nouvelle famille. Sans oublier tous les autres Taishos et en particulier, celui qui m’a permet d’être à mon poste actuel, le Capitaine de la 1ère Division, Kyoraku Shunsui

    Étant d'un calme à toute épreuve, je permet de le perdre envers seulement quelques personnes. Celles que je considère comme plus que de simples camarades, ce qui est le cas, pour certains membres de ma division. Mais plus particulièrement envers mon fukutaisho, car je le considère comme mon petit frère, l'ayant aidé à reprendre le dessus sur le chaos qui régnait en lui. A chaque petits pas de travers le concernant, je m'énerve afin de lui montrer que c'est pas quelque chose à faire avec un grade comme le sien. Mais aussi, afin de l'aider à grandir comme il faut, car je tiens vraiment à ce petit chenapan. Mais comme dit plus haut, ce comportement sera effectif avec les membres de ma division avec qui j'ai un lien plus grand que 'taisho-membre', mais cela touche en réalité tous ceux avec qui j'ai une relation amicale certaine, même s'il s'agit d'un autre taisho ou encore d'un membre d'une autre division.

    Dernier point, depuis mon arrivé, j'ai toujours ressentis l'envie et le besoin de donner a fond afin de rendre fier, Kyoraku Taishô. Mais maintenant avec plusieurs de reculs, je peux vous dire qu'en plus de vouloir le rendre fier, il y une autre qui explique le fait que je donnais toujours le maximum de moi-même. Il s'agit du fait que j'aime en fait surpasser mes adversaires dans le domaine pour lequel ils excellent. Bien entendu, si je n'y arrive pas, je ferais tout pour y arriver la prochaine fois que je recroiserais cet adversaire qui prétendais être le meilleur dans tel ou tel domaine.
    Exemple: Si mon adversaire dit qu'il va me vaincre avec sa force, pour moi, rien ne me fera plus plaisir que de le battre avec ma simple force!



Division :
    Gô Ban Tai Taishô
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heihashi Honda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 26/08/2010

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: .::Gô Ban Tai Taishô, Heihashi Honda!::.   Mar 31 Aoû - 13:27

Pouvoirs:
    En ce qui concerne le Kidō, je ne suis pas aussi doué que Byakuya, mais j'ai du talent et grâce à mes nombreuses années d'entraînements acharnées, je parviens à lancer tous Bakudō ou Hadō inférieur à 65 sans incantation. Pour ceux qui sont au-dessus, je devrais alors prendre le temps de réciter toute l'incantation, mais je ne le fait presque jamais, car ceux que je maîtrise suffise en général amplement.




Nom du Zanpakuto:
    La forme de mon Zanpakuto est une lame de la même taille que la plupart des autres, elle mesure donc soixante-dix centimètres, le bout est pointu de sorte à être planté dans le corps de mon adversaire avec facilité, cette dernière est faite simplement en acier et sa couleur est gris argenté. Le manche est de couleur doré et est recouvert de tissus noirs entrecroisés, les losanges alors formés permettent de voir la vraie couleur de ce dernier. Le bout du manche, qui est un simplement un petit morceau d’acier arrondi pour pas que je me fasse mal, est aussi noir que le reste. La garde quant à elle, est simplement formée de deux demi-cercles, dont le centre et le haut du manche et elle est du même doré que le manche. Pour finir, le fourreau est simple et uni, le noir qu’il dégage fait penser à une obscurité totale. Attaché à ce dernier, il y a le ‘Sageo’ qui est une corde en tissus extrêmement solide. Ce qui me permet de garder mon zanpakuto dans mon dos, car même lorsque j’étais vivant, je portais toujours mon arme dans mon dos.
    Spoiler:
     

    Et chose, qui est bien plus importante que l’apparence, est son nom : 雷神 ~> ‘Raijin!’ (Dieu de la Foudre)



Description et Prononciation du Shikai:
    Pour libérer mon Shikai, je dois d’abord, sortir mon cher zanpakuto de son fourreau, une fois le manche en main et la lame à l’air libre, je tends mon bras de sorte à ce que je pointe les cieux avec la lame. Puis calmement, je prononces les mots suivants: ‘Sakeru no Kumo, Oyobi Tataku, Raijin!’ (Fends les Nuages et Frappe, Raijin) A ce moment-là, apparaît un nuage juste au-dessus de ma tête et un éclair frappe la lame de plein fouet, ce qui rendra la transformation effective. Raijin prend alors une forme complètement différente, même si il y a toujours les fondamentaux d’une lame.

    Le manche est plus grand, pouvant être utilisé confortablement à deux mains, sans que l’une ne cogne l’autre, ce dernier est de couleur vert émeraude. Le bout du manche et la garde, ont une forme vraiment spécial, pour l’un ce sera la tête et pour l’autre les ailes, de la créature mythique qu’est le dragon, les deux sont de couleurs jaune foncé, sauf les ‘ossements’ des ailes qui sont en marron. Juste au-dessus de la garde, se trouve des diamants, l’un vert et l’autre jaune, le deuxième étant incrusté dans le premier. Ensuite, il y a un morceau de lame, grise sur les côtés et bleu turquoise en son centre, elle finit en pointe avec un autre bijoux lui aussi bleu turquoise. Mais le plus incroyable est la forme qui va suivre. Le diamant bleu turquoise ayant absorbé la foudre est comme le connecteur entre le manche et le forme finale de mon zanpakuto, à savoir, un dragon de foudre vert.
    Spoiler:
     

    Ce dernier étant connecté par électricité, suit parfaitement les mouvements du manche que je dessine avec mon bras, il me permet cependant d’avoir une plus grande portée et de pouvoir d’électriser sur place, tous ceux qui seront touchés par la forme animale. La lame dragon, fait cinq mètres de long, ce qui me permet de toucher facilement ce qui n'osent pas m'approcher. Cependant, les adversaires au-dessus du troisième siège, pourront facilement se relever.

    En shikai, Raijin à une autre faculté en réserve, afin que je puisse l’utiliser, je dois dire là encore l’aider à se réveiller en prononçant : ‘Gussuri Nemuru, Raijin!’ (Endors Profondément, Raijin)

    L’apparence de lame va alors passer du vert au bleu et désormais, tous les adversaires que je toucherais à l’aide de la forme animale, verront leurs mouvements et leur réflexion ralentir. Cela ne dure cependant pas longtemps (trois postes pour les plus faibles à un poste pour taisho et égaux)
    Spoiler:
     



Au sujet du Bankai:
    Pour mon bankai, j’ai juste à prononcer ‘Bankai, Raijin no Satoru!’ (Bankai, éveil de Raijin). A ce moment-là, mon zanpakuto disparaît complètement et je me vois alors équipé de la tête au pied d’une tenue verte fait de foudre, ce qui signifie que le foudre ne marche pas contre moi, une fois en bankai. Bien entendu, mes pouvoirs augmentent considérablement car je contrôle ainsi tout ce qui concerne la foudre. Ayant des gants spécial, je peux alors, au cas où je devrais me défendre, saisir un éclair vert dans la main et m’en servir pour contrer. Bien entendu, cet éclair prend forme solide, mais garde son effet.
    Spoiler:
     

    Mais cela n’est pas tout, je peux ainsi faire appel à la foudre elle-même, la faire tomber sur mes ennemis, sous formes de simples éclairs ou alors d’orages. Du coup, sous sa forme du bankai, j’ai vraiment un contrôle totale de mon élément et cela me permet plusieurs attaques.

    -"Midori Inazuma!" (Éclairs Vert):
    Ces éclairs là, n’ont pas d’effets autre que celui d’électrocuté mon ou mes adversaires, ce sont ceux-ci que je peux prendre en main, pour m'en servir comme d'une épée.
    Spoiler:
     

    -"Kaminari no Uzumaki!" (Tourbillon de Foudre):
    Faisant appel à la foudre, je condense plusieurs éclairs en un même point de façon à ce qu’ils forment un tourbillon électrique qui va descendre rapidement sur mon adversaire afin de le prendre en son centre pour l’électrocuter.
    Spoiler:
     

    Autre particularité permise grâce à mon bankai, c’est que en tapant sur l’un des trois grands tambours qui sont au-dessus de ma tête, je peux faire appel à un dieu de la foudre sous forme animal. Ayant trois grands tambours, je peux faire appel à trois bêtes différentes.

    -"Kaminari no Ookami!" (Loup de Foudre):
    Dès que le loup apparaît, il n’a plus en tête que foncer sur mon adversaire. Une fois touché, ce dernier prend 30.000.000 de volts dans la tête.
    Spoiler:
     

    -"Kaminari no Moukin!" (Rapace de Foudre):
    Un oiseau géant sort de mon tambour afin de tuer pour moi mon ennemi. Dès qu’il aura réussi à cerner mon adversaire, il lui infligera alors des dégâts de 30.000.000 de volts.
    Spoiler:
     

    -"Kaminari no Ryuu!" (Dragon de Foudre):
    Ceci est la plus puissantes de mes trois représentations animales, celui qui sera frappé par lui, se retrouvera très mal au point, car son corps aura reçu une décharge de 60.000.000 de volts.
    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hallibel tear
Arrancar
Arrancar
avatar

Féminin
Nombre de messages : 254
Age : 26
Localisation : Ici, labas , nul part.
Date d'inscription : 09/01/2009

Connaissances
Race: Arrancar
Connaissance:

MessageSujet: Re: .::Gô Ban Tai Taishô, Heihashi Honda!::.   Mer 1 Sep - 0:00

Cette fiche est terminé? ou bien tu compte encore la compléter?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Byakuya Kuchiki
Capitaine de la Sixième Division
Capitaine de la Sixième Division
avatar

Masculin
Nombre de messages : 447
Date d'inscription : 10/12/2008

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: .::Gô Ban Tai Taishô, Heihashi Honda!::.   Mer 1 Sep - 9:54

Je pense qu'elle n'est pas terminée, il manque l'histoire encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heihashi Honda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 26/08/2010

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: .::Gô Ban Tai Taishô, Heihashi Honda!::.   Jeu 9 Sep - 23:33

Histoire: (10 lignes pleines minimum)

    >>>Enfance!<<<


    Mon histoire comme pour tout le monde, commence avec ma naissance. Je suis né dans l’hôpital le plus renommé de tout Pékin, le 2 juillet vers 7h30 du matin. Comme vous l’aurez deviné, mes parents vivent dans la capitale de la Chine et sont tous les deux originaire de ce même pays. Mes premières années se passèrent sans encombre, mes parents me donnaient beaucoup d’amour et je le leur rendais bien. Il y a juste une chose que je regrettes, c’est que mon père n’était pas présent tant que ça, souvent en déplacement pour son travail d’après maman. Mais bizarrement, je ne l’ai jamais cru cette version, peut-être à cause des gars en costard posté un peu partout dans la maison. Sans parler de toutes les personnes qui sont là pour répondre à mes moindre envies, à vrai dire, j’ai l’impression d’être un prince sans couronne. Pour mon âge, j’étais un petit garçon futé et intelligent, mais comment cela pouvait-il en être autrement, car j’avais déjà des enseignements. J’appris à lire et à écrire quand j’avais 4ans, on m’apprit aussi à ce moment-là, tout ce que j’avais à savoir concernant mon pays, la Chine. Puis quand j’eus cinq ans, mon papa que je vois que quelques jours par mois, me pris à part dans son bureau afin de me parler de quelque chose qui aller changer ma vie à jamais d’après lui.

    -"Honda, tu es maintenant en âge de connaître notre situation. Notre famille est impliquée depuis des générations dans la mafia. Nous avons diverses activités, certaines dans le domaine de la légalité, comme notre centre de Kung-fu qui est l’un des deux meilleurs de toute la Chine. Tu vas dès maintenant subir jour après jour, un entraînement afin de devenir un digne mafieux et aussi afin que tu puisses faire face à toutes sortes de missions et d’adversaires. Compris?"

    -"Oui Père, tout sera fait comme tu l’as décidé!"

    Bien qu’à ce moment-là, j’ai répondu ‘oui’, je ne savais, mais alors pas du tout, ce dans quoi je venais de m’embarquer. La seule que je savais avec conviction, c’est que j’allais m’entraîner jour après jour afin de maîtriser les arts martiaux, afin de devenir quelqu’un sur qui on peut compter, à qui ont peut confier d’importantes missions. Malgré que je me donnais à fond chaque fois, même si je me retrouvais au sol, je me relevais afin de continuer et de ne décevoir personne. Mon père ne me confierait pas de missions «Tu dois d’abord maîtriser ton art!» disait-il. Pour le rendre fier de moi, je faisais vraiment de mon mieux chaque jours, entre l’entraînement et les études, car il ne faut pas oublier qu’en plus de tous ça, j’ai un tuteur pour chaque choses.

    C’est ainsi que plusieurs années passèrent sans que je m’en rende compte, j’avais désormais 10ans, je maîtrisais enfin complètement l’art que je m’étais fixé. Je pouvais désormais me choisir une arme, mon choix se porta sur un sabre venant de chez moi, le Tao. Bien que la lame et la poignée étaient courte, il en restait pas moins facile à manier, mais avant toute chose, je choisis cette arme-là, parce qu’elle remplissait la condition de ‘prolongement du bras’. Je ne mis que peut de temps à maîtriser mon sabre et alors que je me promenais dans notre domaine, j’aperçu mon Père qui venait de rentrer de son voyage. Ayant désormais un âge suffisant, je comprenais parfaitement ce qu’il m’avait dit, il y a 5ans, avant que je ne commence mon entraînement. Être impliqué dans la mafia signifie d’énorme responsabilité pour le chef de famille, chaque décision peut apporter bonheur, joie et amour aux membres de celle-ci, ou au contraire l’amener au chaos. En plus d’être désormais bien entraîné, je maîtrise aussi d’autres langues que la mienne, à savoir, le Japonais et l’Anglais.

    Mais bon, même si je n’avais plus rien à apprendre des mes professeurs en ce qui concerne les combats, je ne devais cependant pas négliger mon entraînement et continuer chaque jours afin de toujours plus me perfectionner, afin d’améliorer mes techniques et pourquoi pas, d’en trouver de nouvelles. Tandis que les heures passaient, les jours eux aussi faisaient place à d’autres et malgré qu’il soit rentré à la maison, je n’avais toujours pas eu le loisir de voir mon père. Mais il y avait sûrement une raison pour qu’il ne soit pas encore venu vers moi, car après tout, il était le Boss de notre famille. Bien que tout de même attristait de son absence bien qu’il soit si proche, je pouvais me réconforter auprès de ma maman. Puis un soir, alors que je dîner en compagnie d’elle, nous parlions de tout et de rien, père apparu enfin, le sourire aux lèvres, il s’assit à table et mangea avec nous. Après le repas, alors que mère préparait le thé, il me dit que nous devions avoir une discussion de père à fils dans son bureau juste après. C’est ainsi que directement après avoir bu la boisson chaude, nous partîmes en direction de l’endroit d’où papa donne ses ordres, ses appels et bien d’autres choses. Il s’assit derrière son bureau, moi en face de lui et c’est yeux dans les yeux, qu’il prit la parole.

    -"J’imagine que tu demande pourquoi je suis resté autant de temps sans le passer avec vous? Et bien, tu sauras tous d’ici peu. Maintenant, je veux que tu m’écoute très attentivement, Honda, ok?"

    -"Oui père, je suis à votre entière écoute!"

    -"Bien, tu sais que je ne suis pas à la maison pour raison de missions ou autres concernant la famille, mais cela ne m’empêche pas de recevoir chaque semaine des nouvelles de toi et ta maman, sur tout ce qui ce passe ici. Ainsi, je sais déjà que tu maîtrises deux autres langues en plus de la nôtre, que tu as fini tes entraînements avec tes professeurs et que tu as choisis un sabre Tao comme arme. Est-ce exact, Fils?"

    -"C’est tout a fait exact père!"

    -"La raison qui m’a obligé à rester dans mon bureau depuis mon arrivée, c’est que j’avais d’importants appels à faire, notamment avec des familles qui sont liées à la notre. Avec en particulier, la Strana Family qui est installé depuis des générations dans les terres russes. Le fils de leur boss à trois ans de plus de toi et il est destiné à prendre la tête de sa famille et ceux quand quelques années. Son père et moi-même pensons qu’il serait temps pour vous de vous rencontrer, qu’en penses-tu?"

    -"Ce sera avec plaisir, père. Mais pourquoi maintenant seulement?"

    -"Parce que je sens que tu es désormais prêt pour entreprendre des missions pour la famille. Bien sur, elles seront au niveau de tes capacités, je ne t’en donnerais jamais une où je sais que tu n’as pas la moindre chance. Pour en revenir avec ta rencontre avec le fils Strana, si tu arrives à bien te lier avec lui, il se peut que notre union devienne plus forte que jamais. Voilà, tu sais tout, Fils."

    -"Père, je me montrerais digne de ta confiance dans chacune des missions que j’aurais à faire. Quand dois-je partir pour faire cette fameuse rencontre?"

    -"Tu pars dans deux jours, ton avion arrivera dans une ville du nom de Novgorod. Il t’attendra là-bas. A ton retour, tu auras dans ta chambre, un tiroir spécial pour tes missions, il sera placé sous la planche centrale de ton bureau afin que nous seul sachions qu’il y en a à cet emplacement."

    -"Bien, il en sera fait ainsi, Père."

    Juste après que j’ai répondu, il sorti de sa chaise, fit le tour et me prit dans ses bras, des larmes coulèrent sur ses joue, comme-ci toute la tristesse qui l’habite depuis des années sortaient enfin. Puis il dit une chose à laquelle je ne m’étais pas du tout attendu, de sa part. Voici ce qu’il dit: «Je suis désolé de ne pas avoir pu être un père plus présent pour toi, j’aurais vraiment aimé passer plus de temps avec ta maman et toi. Pardonne-moi!» Bizarrement, même si je ne pensais qu’il me le dirait, je savais qu’il le ressentait au fond de lui-même, de part sa manière d’être avec nous, le peu de fois qu’il peut l’être. Il est si attentionné envers nous, que j’avais l’impression qu’il faisait tout pour essayer de rattraper le temps perdu et c’est la raison pour laquelle, je ne lui en jamais voulu. Lorsqu’il leva la tête pour me regarder, j’avais aussi des larmes qui coulaient, mais je lui souris et lui répondit: «Tu es tout pardonné, papa! Tu fais ce que tu dois faire, ainsi, je ferais aussi ce que j’ai à faire, afin que tu sois fier de moi.» Après mes paroles, il se releva, essuya ses larmes, me regarda fixement dans les yeux avec un grand sourire: «Je suis déjà fier de toi, mon Fils.»





    >>>La Mafia!<<<

    Par la suite, vint l’heure pour moi de prendre mon avis en direction de la Russie, afin de rencontrer le successeur Strana. Je pus profiter du vol pour me reposer et ainsi être en pleine forme pour ce qui m’attend une fois que je serais arrivé. A quoi ressemble-t-il? Est-il gentil? Voilà deux des questions que je me posais à son sujet et bien j’espérais avoir une réponde positive à ces dernières. Mais je devais patienter encore un peu avant de le savoir une fois pour toute. Une fois arrivé à Novgorod, je descendis de mon avion et entrepris de me rendre à l’hôtel que mon père a contacté pour moi. Tandis que j’étais en chemin, j’entendis un bruit qui attira mon attention, il s’agissait d’une bagarre et elle était toute proche. Je partis sans attendre afin de me rendre sur place et là, je vis une personne qui luttait seul contre plus de dix personnes, il était encerclé. Ayant assisté à pareil spectacle, je ne peux simplement plus rester là à rien faire, j’allais entrer dans la baston. Utilisant mon agilité et ma souplesse au Kung-fu, je parvins à attirer la moitié sur moi, je ne mis pas longtemps à les mettre tous à terre. Quand je pus me retourner pour le voir, je vis qu’il venait lui aussi de battre sa moitié. Allant, je lui tendis la main en guise de salutation.

    -"Je me présente, Heihashi Honda, enchanté."

    -"Enchanté, je suis Aleksandr."

    Nous parlâmes ensemble pendant des minutes, puis celles-ci devinrent des heures. Le sujet qui démarra notre conversation, fut ‘pourquoi étais-tu attaqué?’, mais après, nous parlâmes de nos vies respectives, de nos pays, car j’avais vraiment envie d’en savoir plus sur la Russie et lui sur la Chine. Puis nous partîmes chacun de nôtre côté, une fois arrivé à l’hôtel, je pris ma chambre, puis après mettre installé, je descendis pour me renseigner sur les Strana. Car mon père n’a pas choisi cet endroit au hasard, non il savait, que eux aussi logeraient ici. Une fois devant le garçon de l’accueil, je lui demandais alors la chambre qu’ils occupaient, mais il me répondit qu’ils étaient rentrés chez eux, il y a 1h00 de cela. Dommage, notre rencontre aura lieu une prochaine dans ce cas, je remontais dans ma chambre et je prenant le téléphone, j’appelais mon père pour tout lui raconter et il me dit que je n’ai pas de raison de rester là-bas, de prendre l’avion pour rentrer demain.

    Après une bonne nuit de sommeil, je pris mon petit déjeuner, puis sachant que mon avion était pour l’après-midi, j’avais donc quelques heures pour visiter la ville, autant en profiter, car ce n’est pas tous les jours que je pourrais venir en Russie. Je marchais tranquillement dans la rue, tout en me dirigeant vers un bruit d’eau qui coule, je regardais les alentours et je pus remarquer que l’architecture est vraiment différente de la nôtre. Puis alors que je venais de m’arrêter sur l’une des rives de la rivière, je sentis quelqu’un s’agripper à mon sabre, je fis aussitôt volte face afin de voir de qui il s’agissait. Et je fus surpris de remarquer que c’était un jeune garçon, au premier regard, je dirais même qu’il avait mon âge ou dans les environs. Je me mis alors à le regarder de long en large, afin de savoir comment il est typé afin d’essayer de comprendre comment il vit et autre. Puis je me mis à le fixer droit dans les yeux et je pus remarquer qu’il se sentait préoccupé, mais par quoi, ça je ne pourrais pas le savoir juste en le regardant. Quelques minutes passèrent pendant lesquelles, il me dévisagea, puis il partit en courant afin de rentrer en ville.

    Le temps passa et vient alors le temps pour moi de prendre mon avion, je me rendis donc à l’aéroport et je montais dedans. Le voyage se passa très bien, je pus là encore dormir. Je fus accueilli à l’aéroport par mes parents, ce qui me rendit encore plus heureux que je ne l’étais. Je courus afin de leur sauter dans les bras et ils furent si surpris qu’ils tombèrent à la renverse et nous nous mirent alors tous les trois à rire. Après cela, le temps passa rudement vite, j’enchaînais les missions pour mon père, celles-ci devenant plus dure au fur et à mesure, car je deviens plus fort à chacune d’elles.


    Lors de ma quatorzième année, j’eus pour mission de me rendre à Shanghai afin d’éradiquer un groupe de personne qui faisaient n’importe quoi dans la ville et terrorisé la population. Une fois sur place, je ne mis pas longtemps à les trouver tellement qu’ils tiennes à se faire remarquer. Une fois en face d’eux, je remarquais, qu’ils n’étaient même pas dix. Bien entendu, comme pour tout groupe, il y avait un chef qui envoya ses hommes sur moi, je ne mis que peu de temps pour les battre, car après tout, il s’agit là que de sous-fifre. Une fois face à face avec le boss, je sus qu’il était complètement différent, car je n’eus pas d’autre choix que de dégainer mon sabre chinois. Rien qu’en le regardant dans les yeux, je suis que contre lui, je devrais donner le meilleur de moi-même afin de rester en vie. Il me fixa alors droit dans les yeux, je soutins son regard et je pus alors me rendre compte qu’il avait des yeux de couleur vert. Puis il commença une course dans ma direction, ses deux poings dans ma direction. Il ne m’en fallu pas plus pour comprendre qu’il était un adepte de la boxe et je fus alors déçu, car je savais désormais que le combat serait vite finit alors que je le voulais long. Enfin, ce qui comptait réellement est que j’accomplisse la mission que j’ai reçu afin que l’on soit fier de moi, surtout celui qui m’a permit d’en être là, mon père. Il arriva alors à ma hauteur et attaqua sans attendre, son poing fut plus rapide que ce à quoi je m’attendais et je dus le parer à l’aide de mon sabre. Il enchaîna alors avec sa deuxième main, je parvins à esquiver sur ma gauche et étant droitier, je pus abattre mon sabre sur son torse. Le combat fut terminé par cette attaque, il pouvait toujours bouger, mais pas assez pour continuer, il demanda «Pourquoi tu m’achève pas!», je répondis sans même le regarder : «Pour te laisser une seconde chance, recommence à faire des conneries avec ton groupe et je reviendrais et je vous tuerez pour de bon cette fois-ci !» Après ces morts, je pus rentrer à la maison, faire mon rapport à mon père.

    Les années qui suivirent furent comme les précédentes, enchaînant les missions pour la famille, revenant victorieux de chacune d’elles. A côté de tout ça, je m’occupais de parfaire ma maîtrise du sabre chinois. Seule chose qui pourrait m'attristais, est que malgré toute ces années écoulées, je n’ai toujours pas eu l’occasion de rencontrer réellement le jeune de la famille Strana.




    >>>Ma Mort!<<<


    Lorsque j’eus 22ans, mon père me confia une mission, qui me permettait de retourner en Russie, mais hélas, je n’aurais pas suffisamment de temps pour allez rendre une visite à nos amis Strana. Car en réalité, je ne sais même pas si je vais réussir à la mener à bien, car d’après ce que l’on m’a dit, elle était très dangereuse et pourrait me coûter la vie. Mais bon, étant un mafieux, la mort m’attendait dès que je sortais de chez moi, car rare sont les personnes qui aiment les personnes comme moi. Bien que je sois quelqu’un de gentil et sympathique, qui me donnerait du temps afin que le lui montre, personne. Enfin, j’étais heureux de ce que je faisais, car mon père était content de moi et puis, j’ai toujours quelque chose d’intéressant à faire. Le voyage jusqu’à ma destination se passa sans encombre, je sortis sans attendre, pressé de commencer ma mission, car même si elle était dangereuse, j’étais excité à l’idée de rencontrer des personnes qui savent réellement se battre. L’ordre que j’avais reçu était d’éliminer le patron d’une organisation clandestine. Même si je me demandais pourquoi devrais-je le tuer, qu’avait-il vraiment fait de mal? Tout cela, n’est pas si important, tout ce qui compte, c’est que je parvienne à le localiser et à le tuer.

    Ne connaissant pas le moindre recoin de la ville où je me trouvais désormais, je me devrais d’être discret afin de le chercher et de ne pas être trouvé en premier. Durant les quelques heures qui suivirent, je ne fis que mener des recherches sur l’endroit où lui et son gang se cachent, mais chaque repère que je visitais était désert. Au final, la nuit n’allait pas tarder à tomber et je commençais à gagner l’hôtel où j’avais loué une chambre, quand j’entendis soudainement des bruits de pas derrière moi. Croyant que c’était qu’une simple personne allant à l’hôtel, je ne pris même pas la peine de me retourner, mais ne voulant pas courir de risque, je décidais finalement de ne pas rentrer tout de suite dans le gîte. Et je partis donc faire une petite promenade, tout aller bien, quand arrivé sur une grande place vide, j’entendis à nouveau les bruits de pas, me retournant sans attendre, je vis qu’il s’agissait d’un homme de mon gabarit. Il continua d’avancer, jusqu’à ce que deux mètres de vide nous séparent. Nos regards, l’un dans l’autre, il croisa ses mains et prit la parole.

    -"Il parait que tu souhaites me voir, alors je suis venu en personne pour réaliser ton souhait! Maintenant, que puis-je pour toi?"

    -"Je te remercie de t’être pointé toi-même, ça m’évite de chercher! Ce que je veux, ta mort!"

    -"Ma mort, tu dis! Voyons alors, si tu seras capable de me tuer!"

    C’est ainsi que l’affrontement commença, sans attendre que l’autre face le premier pas, je sortis sans attendre mon cher sabre de son fourreau, car contre lui, je peux vous assurez que j’en aurais alors besoin. Une fois mon arme bien en main, je partis en courant à sa rencontre, car lui aussi courait vers moi. Et tandis qu’il s’approchait de moi, il sortit deux revolvers, avec lesquels il tira aussitôt dans ma direction, mais il ne s’agissait pas là de balles, mais de rayons de couleur bleus.

    Je me souvins alors le jour où père m’avait parlé des différents types de flammes, la sienne est donc celle de la Pluie qui peut tranquilliser tout ce qu’elle touche, tandis que la mienne de couleur verte est du type Foudre qui est la solidification. Père précisa que peu de personnes étaient capable d’avoir ces flammes et que nous étions donc des ‘Humains à Pouvoir’. Mais je n’eus pas le temps d’y réfléchir plus que ça, car il venait de tirer à nouveau dans ma direction, je parvins à en éviter un, mais je ne pus échapper au deuxième, mais je pus le contrer à l’aide de mon arme et me penchant en arrière, je réussis à l’envoyer dans le ciel. Sans lui laisser le temps de tirer à nouveau, je partis dans sa direction, puis je lui portais un coup au niveau du ventre, il esquiva en sautant en arrière et tira une fois encore. Décidé à le trancher coûte que coûte, je parvins à esquiver les deux shoots car je courais dans vers lui. Arrivant vers lui, j’allais placer une de mes techniques, quand il utilisa son pistolet en faisant feu derrière lui, bien que je ne compris pas pourquoi il l’avait fait, je remarquais qu’il fonçait sur moi. Je n’eus pas le temps de faire quoique ce soit et je ne pus qu’encaisser le shoot de sa deuxième arme. Ayant pris cette dernière de plein fouet, j’étais vraiment mal en point, je compris enfin la raison de son incroyable vitesse, il s’est servi du tire derrière lui pour cela.

    Me relevant, je repartis dans sa direction, il dit quelque chose du genre que je devrais abandonner, que je ne faisais pas le poids. Mais je m’en foutais, je ne peux pas décevoir mon père, donc je continuerais tant que j’aurais un souffle de vie. Il utilisa à nouveau ses armes afin de me refaire le même coup, sauf que dommage, j’arrive à m’adapter aux situations une fois vécues. En me penchant en arrière en arrière, je parvis à esquiver son tire et en me redressant, je pus contre-attaquer. Je mis toutes mes forces dans mon bras droit afin que mon sabre tranche tout sur son passage.

    -"Zantetsuken!" {Lame trancheuse de fer}

    Regardant dans la direction du chef, je pus voir sur le sol des gouttes de sang et la carcasse d’un de ses pistolets couper en deux. Voilà qui me facilitera le combat, du moins c’est ce que je pensais, quand il sorti de sa botte, un autre révolver. Au final, en dehors de la blessure à son bras, c’est comme-ci rien n’avait changé, mais en le regardant, même si du sang coulait, il bougeait comme avant. Ainsi, il tira vers le sol pour s’élever au-dessus de moi, puis me regardant, il déclara que j’allais maintenant mourir. Il tira alors au moins une dizaine de fois avec sa deuxième arme et alors que je regardais les rayons bleus descendre sur moi, je me mis à croire que c’était vraiment la fin pour moi.

    -"Pluie Bénite!"

    Je fus touché par chacun d’eux, mes yeux commencèrent à ce fermé, je voyais presque ma vie défiler devant mes yeux, quand je revis une de mes entrevues avec mon père et me souvins de son entière confiance. Je ne pouvais pas le décevoir, je dois me relever, ne serait-ce que pour lui montrer qu’il a eu raison de mettre sa foi en moi. Oui, je vais gagner ce combat et rentrer à la maison, plus fort que jamais et heureux de la vie que j’ai. Quand j’eus à nouveau les yeux ouverts, je pus remarquer que j’avais une flamme de couleur verte autour de mon coup. Je la pris dans mes mains et je vis qu’il s’agissait de la vieille bague donné par mon père quand j’avais que 5ans, je me remis debout, ramassant mon sabre, la lame fut alors entourée de ma flamme. Mon adversaire me tournait le dos, me croyant mort, quand il m’entendit marcher, il se retourna et lança un rayon dans ma direction afin de m’achever, n’ayant plus assez de force. Levant alors mon sabre au-dessus de ma tête, je le rabaissais violemment, ce qui envoya une onde de choc de la tempête à la rencontre de son shoot de la pluie.

    -"Kaminari Blade!"

    Nos attaques se détruirent l’une l’autre, ce qui me laissa alors le champ libre pour ma prochaine et dernière attaque, car je ne tiendrais pas plus. Séparant la lame de mon sabre en deux, je me mis à bouger les lames si vite que je finis par créer une tornade ayant l’attribut de la tempête, qui parti dans sa direction.

    -"Kaminari Tornado!"

    Il fut si surpris par la rapidité de mon attaque qu’il l’encaissa et se retrouva en plein cœur de mes flammes élémentaire de la foudre. Le combat était maintenant finit, je fis qu’un pas et je ne pus que m’écrouler sur place, je ne pouvais plus bouger, trop de blessures.

    {Paroles de mon Père ; Paroles d'Alex ; Paroles Adversaire1 ; Paroles Adversaire2 ; Paroles Moi!}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heihashi Honda

avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 26/08/2010

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: .::Gô Ban Tai Taishô, Heihashi Honda!::.   Jeu 9 Sep - 23:34

    >>>Renaissance?<<<


    Qu’est-ce que ça du bien, d’avoir à nouveau les yeux ouverts, de revoir la lumière du soleil sur le visage et non pas, ce noir constant, dans lequel, tu ne peux que te demander, est-ce que je vais un jour me réveiller… Puis, je fis quelques pas et c’est alors que je fus frappé par la réalité, devant mes yeux, se trouvait mon …, …, …, cadavre! Ce qui signifie que, j’ai succombé à mes blessures? Probablement, personne n’ayant vu le combat, les secours n’étaient pas prêt d’arriver et puis, cet enfoiré, m’avait vraiment bien amoché. Merde, je n’arrive pas à croire que je sois vraiment mort, je dois en avoir le cœur net. C’est ainsi, je pris la direction d’où j’entendais pleins de bruits, mais je ne pus pas avancer, quelque chose me retenait, pour être plus précis, la chaîne se trouvant lié au trou de mon torse m’empêcher de bouger. Attends, attends, mais pourquoi est-ce que j’ai ces deux trucs sur mon ventre? Est-ce la preuve que je suis désormais mort? Je n’en sais strictement rien et comment le savoir, vu que je dois rester de mon cadavre… je vais devoir attendre que quelqu’un ne passe par ici. Plusieurs heures passèrent sans que personne ne passent par cette place, j’avais commencé à me dire que c’était un endroit si éloigné pour que qui ce soit viennent, quand une jeune fille et son papa arrivèrent. Bien entendu, la première chose qui attira leur attention fut les deux corps gisants au sol, il prit le pou à chacun des deux, en regardant sa tête, je sus que c’était belle et bien finit.

    Étant donc enchaîné, je ne pouvais rien faire, aussi, je décidais de tout simplement m’asseoir et attendre que le temps ne passe et qui c’est ce qui se passera plus tard. Plusieurs jours passèrent, actuellement, bien que tous les vivants se protègent avec un parapluie, je n’ai pas la sensation d’être mouillé, donc pas besoin d’aller m’abriter. Cependant, je ne peux pas dire combien de jours exactement, car ils se ressemblent tous et je n’ai pas envie de compter ceux qui passent. Alors, que je commençais à perdre tout espoir, j’entendis une voix m’appelant, puis je fis quelqu’un qui semblait être comme moi, une âme errante. Une fois qu’il se fut avancé, je pus reconnaître, le brigand que j’avais combattu, duel au cours duquel, nous nous étions entretué. Je remarquais aussi, qu’il n’avait pas de chaînes autour de son torse, ni même de trou, mais il ne put m’éclairer là-dessus, ne le sachant pas lui-même, il resta avec moi afin que nous ne soyons pas seul chacun de notre côté. Car après tout, personne ne peut nous voir ou nous entendre, donc un peu de compagnie n’est pas de refus dans notre cas.

    Plusieurs jours passèrent encore, mais cette fois-ci, je les sentis même pas passer, car n’étant plus seul et ayant quelqu’un avec qui converser, mais en dehors, rien de bien passionnant n’est arrivé jusqu’à maintenant. La journée passa vite et la nuit arriva et avec elle, vint une atmosphère pesante, comme-ci soudain, je me retrouvais écrasé sous la pression. C’est alors, que je vis pour la première fois, ce qui ressemblait comme deux goûtes d’eau à un monstre, il était nettement plus grand et gros que moi, tout noir avec un trou dans la poitrine et un drôle de masque blanc, sans parler de sa forme, il ressemble à un ver de terre. Mais chose qui me surpris le plus, c’est que cette espèce de chose pouvait parler.

    -"Bon et bien, on dirait que je n’ai pas grand-chose à me mettre sous la dent, deux petites âmes simplement, dommage, j’aurais tellement voulu goûter à nouveau celle d’un Shinigami. Je commencerais par celui qui n’a pas de chaîne."

    Après ses simples et minuscules paroles, il partit dans la direction de celui qui était devenu depuis tout ce temps à discuter et s’amuser avec moi en tant qu’âmes. Mon ami qui avait senti le danger, avait déjà commencé à s’enfuir, si je m’étais retrouvé à sa place, j’aurais aussi fait la même chose, car ce qui m’en empêchait, est que je sois lié à l’endroit de ma mort. Suis-je bête, bien que je ne puisse faire de longs mouvements, j’ai quand même la possibilité d’en faire, alors même que je finissais de penser à ça, me vint alors une idée brillante. J’avais la possibilité d’être pardonné par celui que j’avais tué, en me sacrifiant pour le laisser s’enfuir, certes c’est suicidaire, mais bon, au moins, j’aurais réussi à servir à quelque chose dans cette ‘vie’. C’est ainsi que sans attendre, je courus me mettre devant ce montre bizarroïde, je mis alors mes bras de sorte à former comme une croix, j’étais convaincu de ce que je faisais et totalement prêt à en assumer les conséquences. Il me regarda d’un air disant, pourquoi je lui barre le chemin, mais rien ne pourrait me faire bouger, mourir pour lui me permettra d’avoir conscience tranquille, mais étant déjà mort, puis-je une trépasser une deuxième fois… je le saurais bien assez tôt.

    Je me mis alors à genoux, sachant que la seule chose qui va m’arriver désormais c’est de finir dans la bouche de ce truc, comme prêt à recevoir ma sentence. Je décidais même de fermer les yeux et de mettre mes bras à l’horizontal, je n’avais plus qu’a attendre qu’il ne me mange, quand j’entendis alors un étrange bruit, étant moi-même un manieur d’épée, je pus reconnaître que l’on venait d’en tirer de son fourreau. Mais cela ne changerait, j’imagine que tout comme ils ne nous voyaient pas, les humains ne peuvent pas voir ce monstre, le temps d’une seconde, j’avais eu à nouveau espoir, alors que je pensais ainsi, un autre son arriva à mes oreilles. J’ouvris instinctivement les yeux et vous ne pouvez pas imaginer ma surprise, quand je vis le monstre en train de disparaître petit à petit, laissant place à ce qui ressemblait trait pour trait à un homme. A quoi il ressemblait, je ne peux pas l’affirmer, car la seconde qui suivit, le bout du manche de son arme me touche le front, mais je pus entendre quelques mots qu’il prononça.

    -"Bon voyage jusqu’à la Soul Society."


    >>>Rukongaï et Académie!<<<


    Durant tout le ‘voyage’, je ne pouvais rien faire du tout, en dehors de penser ou de réfléchir, mais avec deux mots entendus récemment, j’avais plus qu’assez pour m’occuper l’esprit, ‘Soul Society’. Qu’est-ce que cela peu bien être, pour que moi, désormais mort y soit envoyé par un étrange type avec son arme… Alors que j’étais en pleine réflexion sur le sujet, je me sentis tomber et lorsque je voulus me relever, je pus appuyer ma main contre quelque chose de solide. Une fois debout, je pus voir les alentours, il y avait pleins de maisons, toute se ressemblants comme deux gouttes d’eau, dans le style japonais en plus. Bien que je ne le sais pas réellement, mais je devais enfin être arrivé, à la ‘Société des Âmes’, qu’allais-je vivre désormais, je n’en avais pas la moindre idée, mais je ne voulais pas me poser la question plus que ça. Je venais juste d’arriver et je ressentais un grand besoin de marcher, n’ayant pu le faire depuis une bon moment à cause de ma chaîne. Je me levais donc et partit en direction de je ne sais où, avec pour seul but, de bouger mes deux jambes, c’est ainsi, que je traversais le village, regardant de tous les côtés afin de bien remarquer les moindres petit détails. Tellement absorbé par ce que je voyais que je ne me préoccupais de la direction où je me dirigeais, c’est ainsi que je finis hors de la bourgade et devant moi, se trouvait une forêt.

    Étant très curieux, je décidais de m’engouffrer dedans afin de la visiter, quand je sentis soudain une pression sur mon vêtement, me tournant, je vis un petit enfant, il me dit alors que c’était dangereux là-bas et de pas y aller, en tant que nouvel arrivant, je lui fis confiance. Depuis ce jour, je fais partit de la famille de ce jeune garçon, même si ils ne sont pas ma vrai famille, ils donnent de l’amour pour chacun des membres qui la compose. Bien que personnellement, je m’entends bien avec tous, mes préférés sont le petit et celui qui est le grand frère de la maison, il avait plusieurs années de plus que moi et pas que physiquement. Une passée passa, ce fut si rapide que je me rendais pas réellement compte que ça faisait déjà un an que j’étais arrivé ici. Je trouvais que j’avais suffisamment attendu, il était désormais temps pour moi d’aller visiter cette mystérieuse et dangereuse forêt, c’est donc sans prévenir que je partis dans cette direction. Je ne mis pas longtemps à l’atteindre et c’est d’un pas décidé que j’entrais dedans, malgré les mises en garde, je n’ai croisé rien ni personne pendant au moins une bonne heure.

    Je continuais d’avancer, toujours plus profond dedans, faisant bien entendu attention aux moindres mouvements ou son, prêt à courir s’il le fallait. C’est alors qu’un son parvint à mes oreilles, ayant l’ouïe bien affûtée, il pouvait venir de plusieurs mètres devant moi, j’avais l’impression en plus d’avoir déjà entendu ces même bruits, un hurlement à glacer le son et des bruits d’armes coupant de la chair. Il m’en fallu pas plus pour me mettre à courir dans la direction d’où cela venait, une fois à proximité, ne voulant pas être vu, je partis de suite me cacher derrière un tronc d’arbre, assez près d’eux pour pouvoir regarder ce qu’il se passe. Je vis alors un monstre dans le même genre que celui que j’avais sur terre et en face de lui, un homme vêtu avec un kimono noire et un katana à la main, c’était quelqu’un comme lui, qui m’avait envoyé ici l’an dernier, mais qui sont-ils vraiment? Alors que j’étais dans mes pensées, un bruit juste derrière moi, me fit aussitôt me retourner, il s’agissait d’une deuxième créature masquée, il avança sa gueule dans ma direction, prêt à me dévorer, quand lui aussi se mit à disparaître. Le type qui venait de le trancher rangea son arme et se mit à me regarder, son camarade ayant tué l’autre vint se mettre dans mon dos, à ce moment j’eus une envie que je n’avais pas ressenti depuis plus d’un an, la faim. Mais je n’eus pas le loisir de me pencher plus sur la question, car je perdis connaissance quelques secondes plus tard.

    Lorsque je repris enfin connaissance, je me trouvais allongé dans un lit, me redressant, je vis que je n’étais pas dans une maison du Rukongaï, me levant, je partis faire un tour afin de savoir où je me trouvais exactement. Je parvins alors à ce qui semblait être un immense couloir, je n’en croyais pas mes yeux, pleins, pleins de personnes habillé en kimono blanc marchaient ça et là. Les garçons avaient aussi du bleu et les filles avaient du rouge sur leurs habits. N’ayant pas envie de me perdre d’avantage, je revins sur mes pas et lorsque j’entrais dans la chambre, un type comme ceux de la forêt se trouvait assis sur le lit. Me voyant entrer, il leva la tête dans ma direction et un sourire aux lèvres, il parla.

    -"Yo! Tu demandes où tu es? Et bien, je vais te le dire, tu ici à l’académie Shinigami, c’est là que l’on apprend le maniement du Zanpakuto et tout ce qui concerne le Kidō. Allez reste pas debout comme ça et vient t’asseoir."

    C’est ainsi que durant les deux qui suivirent, je pus passer du temps avec ce jeune shinigami dont j’ai pas souvenir du prénom, il répondit patiemment à toutes mes questions, je savais désormais ce que je devais sur les hollows et tout le reste. Il me raconta aussi pourquoi je me trouvais ici et il finit par partir disant que l’on se reverrait quand je rejoindrais une division du Goteï13. Mais avant ça, je dois donc apprendre les sorts de défense et d’attaque, nommé Hadō et Bakudō, mais aussi arriver à parler avec mon zanpakuto dans le fin fond de mon âme. Ayant l’habitude des cours, grâce à tous ceux que j’ai reçu dans ma première vie, je n’avais aucun mal à suivre en classe, notant tout sur des feuilles, que je rangeais ensuite dans un dossier et ce dernier, rangé sur l’étagère de ma chambre, finirait pas prendre la poussière. Tandis que mes camarades préféraient telle ou telle matières, moi, je l’ai aimé toute, en particulier quand je devais m’entraîner au kendô, ou à lancer les deux sortes de sorts. Oui, je deviendrais un shinigami afin de pouvoir être comme celui qui m’a sauvé à plusieurs reprises des mangeurs d’âmes, les hollows.

    C’est donc dans la joie que deux années passèrent, bien que doué dans chacun des domaines qui donne à un Shinigami sa puissance, je ne pouvais pas encore passé d’examens, car il me manque une unique et primordiale chose, mon zanpakuto. Oui, en deux ans passés à m’entraîner, je n’ai pas réussi une seule fois à entrer en contact avec l’entité qui doit me donner ses pouvoirs. Ceux que j’avais connu dans ma classe étaient tous partit vers d’autre horizons, je me retrouvé donc en train de redoubler et par-dessus le marché, il y avait eu l’an passé une mission d’apprentissage, mais n’ayant pas de zanpakuto, je n’ai pas pu la faire. Mais je pourrais toujours la faire cette année, si j’arrive à entrer en contact avec ce dernier. Une de mes anciens camarades m’avait parlé d’un endroit où il y aurait un petit lagon et une cascade, aimant particulièrement méditer, je décidais donc d’aller y faire un tour, espérant que ça me permettrait enfin d’établir un liaison. Je ne mis pas longtemps à trouver cet endroit, je me mis alors en tenue approprié pour allez sous la chute d’eau, je me mis dessous et m’assis, fermant ensuite les yeux, j’étais prêt à méditer. Et oui, c’est que ça ce passa, je me retrouvais désormais, au-dessus de nuages et face à moi, une entité ressemblant grandement à un lézard.

    Je ne sais pas si c’est du au fait que ce soit notre première rencontre, mais je n’entendis pas grand-chose de sa part et seulement quelques minutes plus tard, j’étais de retour sous la cascade. Mais malgré tout, cela avait du bien se passer dans le fond, car désormais dans mes bras, se trouvait l’arme pas défaut de tous les shinigami, mon zanpakuto. Cette année-ci se passa encore mieux, car ma relation avec mon cher ami qui me prête sa force s’améliore un peu chaque jour, je figurais désormais comme étant le favori aux examens de cette année, ayant déjà tout vécu l’an dernier. Je pus aussi participé à la fameuse mission que je n’avais pas pu faire, ce fut là encore, une réussite totale. Les examens arrivèrent très vite, je parvins sans aucun problème à les passer. Et je ne sais comment, mais quelques heures plus tard, je me trouvais en train de boire du saké en compagnie de mon taisho, ma fukutaisho et tous les autres, oui, j’étais parvenu à entrer dans la Hachi Ban Tai sous la recommandation de Kyoraku Taishô.


    >>>L’Ascension continue?<<<


    Tout régner dans le meilleur des mondes, cela faisait maintenant un an que j’avais rejoint ma division, j’avais réussi à sympathiser avec mon taishô et ma fukutaishô, bien qu’elle me reprenait à chaque fois que je faisais une petite bêtise, notamment avec Kyoraku-Taishô, mais je savais que c’était pareil pour elle. Chaque jour, je m’entraînais avec acharnement, que ce soit en Kidō ou dans le maniement de mon zanpakuto, afin de rendre fier celui qui m’a permit d’en être là aujourd’hui. Même si mes progrès dans les deux domaines soient bien visibles, je ne pourrais pas grand-chose contre un adversaire digne de ce nom, car je ne connaissais toujours pas le nom de mon ami qui me donne sa force, hors c’est primordial pour les combats. Mais je devais bien dire que je ne comprenais pas vraiment la situation, il me semblait que ma relation avec lui est au mieux, mais je n’avais toujours pas pu réussir à entendre son nom. Enfin, rien ne pressait vraiment, pour moi ce qui comptais vraiment c’est que nous soyons amis, après si j’arrivais à savoir comment il s’appelait, ça serait encore mieux, mais ce n’était pas le principal.

    Bien entendu, Nanao-chan, me répétait sans cesses que je devrais me dépêcher de connaître ce fameux nom, car je ne serais jamais envoyais dans des missions sérieuses, car ils ne voulaient pas ma mort sur le conscience et à chaque fois, je lui répondais que ça arriverait quand ça doit arriver. Alors sa réaction devenait prévisible, car elle était toujours la même, son poing sur mon crâne, les premières fois, j’avais vraiment mal, mais ayant désormais l’habitude, je ressentais qu’une douleur juste sur le coup. Mais, restera la bosse qui est là pour me rappeler que quand elle frappait, elle ne faisait pas dans la demi-mesure. Malgré que je disais que ça prendrait le temps qu’il faut, j’aimerais que ça vienne vite, car je tenais plus que tout, à montrer que je suis digne de la confiance qu’ils m’accordaient tous les deux. Un matin, alors que je m’entraînais avec mon zanpakuto, ma fukutaisho vint s’asseoir et me demanda comment j’avais fait pour entrer en contact avec mon âme la toute première fois. Je prit alors le temps de tout lui raconter et elle prenant la parole, me conseilla d’y retournais, car ça aiderait peut-être ma liaison et faciliterais l’entente du nom.

    Sans attendre, je remis mon zanpakuto dans son fourreau et après l’avoir remercié, je partis en direction du lieu de notre première rencontre et comme pour la première fois, je me mis sans attendre en ‘tenue’. Je m’assis ensuite sur le rocher juste en dessous de cascade. Seul changement est que cette fois-ci, je commençais avec mon zanpakuto, qui était posé sur mes genoux, fermant les yeux, je pus commencer réellement. Quittant la forêt et le lac qui m’entoure, m’engouffrant alors dans un monde fait de pensées. Soudainement tout pris de la vitesse et c’est alors que je passais à nouveau à l’intérieur de mon âme, là où se trouvait celui dont je ne connais pas encore le nom. Cependant, après avoir regardé ce qui m’entourais, je me rendis compte que rien n’avait changé de ce côté, je me tenais toujours sur des nuages en plein milieu d’un ciel sombre. Mais un détail auquel je n’avais pas fait attention l’autre fois, attira alors mon regard, il s’agissait de la couleur des nuages, ces derniers sont tous noir foncés et non blanc, ce qui rendait le ciel obscur. Tandis que je m’égarais dans mes pensées, j’entendis alors des pas, prenant fermement le manche de mon zanpakuto dans ma main droite, j’attendais qu’il se montre, devinant qu’il s’agissait de Raijin. Une fois qu’il le fit, je pus remarquer que lui aussi été différent de la dernière fois, là, il ressemblait à un lézard en armure, il avança encore et une fois prêt de moi, il prit la parole.
    Spoiler:
     

    -"Je vois que tu me reconnais pas, pourtant je suis le même, quoique cette fois-ci, je suis sous ma vraie forme, la première fois, je t’ai donné ton arme, mais je voulais savoir comment tu étais réellement alors, j’ai pris une fausse apparence. Ayant désormais une totale confiance en toi, j’ai cru bon de te révéler tout ça."

    -"Je suis heureux que tu aies décidé cela, ainsi, tout ira pour le mieux si nous avançons ensemble et non l’un qui veut marcher sur l’autre. Je préfère les relations amicales, même si je ne suis pas du genre à fuir le combat."

    -"D’ailleurs en parlant de ça, il me semble que tu sois prêt désormais."

    -"Prêt à quoi?"

    -"A entendre mon nom! Je suis ton zanpakuto, mon nom est Raijin, ce qui signifie Dieu de la foudre! Et voici les mots que tu devras dire pour m’appeler dans ton monde."

    -"Raijin-san, Arigato!"

    Sur ces mots, nous fûmes à nouveau séparé et je repris ainsi possession de mon corps, je pouvais désormais faire appel à mon cher ami, quand je serais dans le besoin et cela me permet de ne plus être mis à l’écart. Car je pouvais me défendre comme il le fallait et tout seul. Quel surprise, comme certains shinigamis, je pourrais moi aussi contrôler un élément, même si ceux qui sont les plus reconnus resteront Ryuujin Jaka pour le feu et Hyorinmaru pour la glace, appartenant tous deux à des taishos de haut niveaux. Bien que mon objectif ne soit pas de devenir comme eux, pour rendre fier mon taisho et ma fukutaisho, il faudrait peut-être que je fasse de même, mais j’avais tout le temps pour y repenser, car après tout, je n’était encore qu’un gamin parmi eux.

    Dix années passèrent ainsi, je parvins à maîtriser mon shikai pleinement, je parvenais aussi à maîtriser plusieurs hadō et bakudō sans incantation, ce qui me valu d’après mon taisho, une promotion au sein de la division, j’étais désormais San Seki. Pour fêter ça, comme vous pouviez vous y attendre, Kyoraku Taishô fit préparer une grande réception en mon honneur dans le bâtiment principal de notre division. Tout ce passa dans la joie et la bonne humeur, chacun racontait des aventures qu’il avait vécues, ou encore des blagues, tout ça autour d’un bon repas et du saké à la main. Le lendemain matin, j’avais du mal à avoir les idées claires à cause de l’alcool d’hier soir, mais fidèle à elle-même, Nanao-chan, vint me réveiller à coup de poing sur le crâne.

    Avec mon nouveau grade, je devins encore plus proche d’avec mes deux supérieurs, qui devinrent petit à petit, bien plus pour moi. C’est pourquoi, ce que je me permettais de cacher aux autres, je ne le faisais pas envers eux. Ils étaient mes confidents, non plus que ça, une famille pour moi, différente de celle que j’ai eu sur terre et au Rukongaï, mais qui compte autant, voir même plus pour moi. Entre temps, ma relation avec Raijin-san devient aussi peu à peu fraternel, chacun de nous ayant complètement confiance en l’autre, ce qui nous permettait d’avancer unis.

    C’est ainsi que quinze années plus tard, n’ayant que plus rien à apprendre en ce qui concernait le shikaï, je me devais quand même de m’entraîner tous les jours afin de ne pas perdre tout ce que j’avais appris pour le moment. J’enchaînais les missions dans le monde réel, soit en solo, soit avec un jeune garçon, membre de la Gô Ban Tai, que j’avais vu pour la première fois lors de son examen à l’Académie. J’aimais beaucoup combattre avec lui, car il dégageait une aura de bonheur et de joie, à tel point que ça me submergeait à chaque fois. Mais en dehors de ça, je n’eus pas le loisir de le connaître plus, je savais juste qu’il avait un grand niveau et qu’il avait une immense envie de vivre.

    Le temps passa, j’avais à présent 80ans, j’étais un shinigami digne de confiance, que l’on envoyait pour des missions ayant de l’importance, non plus seulement pour celle ou il faut purifier un hollow ou encore envoyer une âme à la Soul Society. Ma relation avec Nanao-chan et celle avec Kyoraku Taishô avaient alors atteint des sommets, je n’avais jamais fait autant confiance à quelqu’un avant eux deux. Depuis maintenant plusieurs années, j’avais gardé l’habitude d’aller tous les soirs pour deux heures, à la cascade afin de méditer, assis tranquillement, dans un décor favorisant la concentration. Je pus ainsi à nouveau entrer en contact avec Raijin-san. Il me raconta alors que pour pouvoir posséder la deuxième évolution de mon zanpakuto, Je devrais passer les dix prochaines années à m’entraîner à fond. Car je vais devoir augmenter la pression de mon Reiatsu afin de supporter la pression qui sera générée par le Bankaï. Et bien entendu, il fallait aussi que notre relation reste au beau fixe comme elle l’était depuis maintes années désormais.

    C’est comme ça que dix années passèrent, j’avais pas chômé du tout, mon reiatsu avait nettement augmenté, ma relation avec Raijin-san toujours dans une parfaite entente et union, il me dit que le temps approchait pour moi de surmonter l’épreuve. Un soir, après que le temps de ma méditation se soit écoulé, lorsque je rouvris les yeux, j’eus l’impression de me trouver dans un endroit complètement différent. La cascade bien que toujours là, était désormais dur à voir, ainsi que tout le reste, y compris la forêt. Tout était sombre, j’arrivais même plus à apercevoir ne serait-ce qu’un rayon du soleil, tellement c’était rempli de nuage noir, chacun dégageant une forte dose d’électricité. C’est alors qu’il apparut enfin, Raijin-san marchait dans ma direction, quand il s’arrêta en face de moi, un sourire vint sur ses lèvres, il me regarda alors dans les yeux et me dit que j’allais passer le test du Bankai. Il m’expliqua ce que je devrais faire pour l’obtenir, à savoir retrouver mon zanpakuto qui était caché dans l’un de ses nuages, tout en évitant de me prendre la foudre et en restant en vie face aux assauts qu’il me ferait subir. Pour cela, il m’envoya un simple katana, avant d’ajouter qu’une fois la vraie lame retrouvée, je devrais le battre dans un face à face.

    L’affrontement dura plusieurs jours, bien entendu, j’avais la nuit pour me reposer et soigner mes quelques blessures. Même si je parvenais à ne pas mourir entre la foudre et Raijin lui-même, je n’arrivais toujours pas à trouver dans quel nuage pouvait bien se trouver mon zanpakuto. Le soleil se leva à nouveau et ça recommença encore, alors que je cherchais l’endroit où se trouvait mon arme, Raijin m’attaqua et je pus parer au dernier moment. Mais je n’arrivais pas à faire mieux que me défendre, ayant qu’une simple épée, ainsi je faisais que de la marche arrière et soudainement, je me pris un éclair dans la gueule. Je me retrouvais en bien mauvaise posture, genoux contre un nuage. J’avais du mal à me relever et je vis alors qu’il s’apprêtait à me trancher, mettant mon katana en position de défense, il fut fendu en deux et j’eus aussi une coupure à l’épaule gauche. Je pensais que la prochaine attaque me serait sûrement fatale quand je me mis à penser à quelque chose que j’avais appris à l’académie, faisant partie de moi, je pouvais sentir l’énergie spirituelle que mon zanpakuto dégageait et ainsi savoir où il se trouvait.

    Ainsi, je fermais mes yeux afin de pouvoir mieux me concentrer sur la trouvaille de mon arme, car maintenant, j’avais plus que jamais besoin d’elle, si je tenais à rester en vie. Je pus alors sentir la force émanant de tout ce qui m’entourait, celle de Raijin, celle de la foudre, celle des arbres environnant, celle de la cascade, je sentais tout ce qui m’entourais et je pus enfin le trouver. Il était loin de moi et je n’aurais pas beaucoup de temps pour agir, car j’étais sur le point de subir une attaque. Ouvrant mes yeux, je vis qu’il venait de sauter dans ma direction, son sabre s’approchant de ma tête, tendant alors mon bras vers lui, je le montrais du doigt et je pus ainsi lancer mon sort.

    -Bakudō no Rokujū Ichi: Rikujōkōrō

    Six traits de lumières partirent de mon doigt et touchèrent Raijin de plein fouet au niveau de son ventre, il était dans l’impossibilité de bouger, du moins pour le moment, mais ce qui comptait désormais était que je pouvais tranquillement aller chercher mon zanpakuto. Une fois sur le bon nuage, je mis la main dedans et dès que j’eus trouvé la poignée, je la pris et tirant bien fort, il sortit sans problème. Regardant sans attendre dans la direction de celui que je devais battre, je vis qu’il venait tout juste de détruire mon sort. Je partis en courant dans sa direction avec l’envie de mettre fin à tout ceci au plus vite, pour rentrer prendre un bon repos bien mérité. Mais aussi et surtout, car une fois que j’aurais obtenu le bankai, je suis sur que Nanao-chan et Kyoraku Taishô seraient fier de moi. Le combat en un contre un dura facilement plus de deux heures, quand par un coup de maître, je parvins à jeter au loin l’arme de Raijin-san et d’un coup de zanpakuto, je lui fis une coupure qui partait de son épaule droite pour arriver au niveau du bassin droit.

    Il me dit alors que je méritais d’obtenir son pouvoir ultime, mais que je devrais passer énormément de temps à m’entraîner afin de le maîtriser parfaitement. Bien entendu, je décidais de garder secret le fait que j’avais désormais la possibilité de faire appel à la deuxième évolution de mon zanpakuto, même si il y avait une seule et unique personne à qui je l’avais dit, Kyoraku Taishô.


    >>>Trahison?<<<


    Quarante années venaient de s’écouler depuis l’obtention de mon bankai, je pouvais désormais en maîtriser une bonne partie, mais toujours pas complètement. Et jusqu’à maintenant, je n’avais rencontré aucune situation désespérée pour faire appel à ce nouveau pouvoir. Au Seireitei, tout allait pour le mieux une fois encore, chacun exécutant avec brio sa mission, quand alors, nous fûmes victimes d’une trahison, celle de trois capitaines en même, Aizen, Gin et Tousen. Nous furent tous en état de chocs après que la nouvelle se soit répandue et après plusieurs mois de recherche, nous parvinrent enfin à trouver leur objectif. Détruire la ville de Karakura afin de créer la clef du roi pour le tuer et ainsi prendre la tête de toute le Soul Society. Ainsi, une guerre éclata, entre la Soul Society, le Hueco Mundo, les Vizards et les membres du Monde Réel réunis autour du Shinigami Remplaçant. La guerre s’acheva un an plus tard par la victoire et la mort d’Aizen et ses acolytes, mais malgré ça, rien ne pourrait réellement redevenir comme avant.


    >>>15années plus tard!<<<


    Aizen vaincu, les choses ne pouvaient plus reprendre comme avant, cela était impossible, car trop furent les dégâts causés par cette trahison au Goteï13. En allant à la Yon Ban Tai pour voir si une de mes connaissances s’y trouvait, je remarquais alors que le jeune garçon plein de vie avec qui j’avais fait quelques missions était allongé sur un lit, dans un bien fâcheux état. Je demandais alors à Isane quel était son état, elle me répondit que ce n’était rien de physique, mais plutôt quelque chose à l’intérieur de son cœur, que cela avait sûrement était causé par la perte de Hinamori et Aizen. Car si c’était comme pour moi, ces deux-là devaient être ceux qui comptait le plus pour lui, alors apprendre que l’un l’a trahi et que l’autre est mort dans la guerre pour le tuer, est d’autant plus dur à accepter. Je ne sais exactement pourquoi, peut-être pour le voir à nouveau rayonnant de bonheur, sachant que même s’il ne me répondrait pas, je pouvais toujours lui parler, il finira sûrement par entendre mes mots. Quoiqu’il arrive, je décidais quand même de prendre deux heures chaque jour pour venir lui tenir compagnie simplement, car se sentir soutenu le ramènera peut-être sur la bonne voie.

    C’est ainsi que lors du début du deuxième, je réussi à savoir que ma voix lui parvenait désormais, pas que je sois un surhomme et que je pouvais savoir d’une quelconque manière qu’il était de retour, non, tout simplement, parce que je voyais bouger à nouveau. Bien entendu dans son état, les choses qu’il pouvait faire étaient de cligner des paupières ou encore des contractions avec ses mains, ce qui me conforta encore plus dans mon idée et mon envie de l’aider à reprendre le dessus. Oui, maintenant qu’il avait recommencer à lutter contre la noirceur de ses pensées, m’entendre quotidiennement ne pourrait que lui être utile, car il saurait qu’il n’était pas tout seul, qu’il y avait toujours des personnes voulant son retour. A la fin de ce même mois, je sentis qu’il recommençait réellement à refaire surface, car il tournait la tête pour me regarder, il m’appelait par mon nom, répondant par une syllabe à mes questions et par-dessus tout, il répétait souvent le prénom de sa fukutaisho décédée. Cependant, il n’était toujours pas comme avant, ne s’ouvrant qu’avec moi, ayant toujours peur d’être à nouveau trahi ou alors de perdre la personne.

    Quelques dix années plus tard, une fois que tout été bien en ordre, les changements à la Soul Society furent nombreux, le Commandant-en-Chef prit sa retraite dans la division zéro et Kyoraku Taishô prit sa place. Ukitake Taishô mourut de vieillesse, ce qui laissait beaucoup de division sans capitaine, mais certaines parvinrent à trouver un remplaçant, Renji-san prit place à la Juû-San Ban Tai avec Rukia pour lieutenant. Étant au courant au sujet de mon bankai, mon ancien taisho me demanda de prendre en main l’ancienne division d’Aizen, me disant que ce serait un dur travail car tous encore sous le choc de la trahison de ce dernier. Aimant les défis, je ne peux refuser, c’est ainsi que je montais de grade pour atteindre celui qui est le plus haut chez nous. Je parvins avec le temps à me faire une place auprès de mes camarades, même si en regardant en arrière, cela n’avait rien de facile au début. Mais ce qui comptait au final, c’est que j’avais réussi à faire revivre une division qui était morte depuis cette trahison, Suzuki qui allait petit à petit mieux, repris son poste de San Seki au sein de la Gô Ban Tai.

    Avec mon aide, Murakumo réussi à reprendre pied aisément dans la division et grâce à nos entraînements commun, il parvint même à devenir plus puissant qu’il ne l’était avant. Ce qui lui permit de prendre du grade, deux ans plus tard, le conseil des Capitaines et moi étant le plus proche de lui, avions jugé qu’il serait apte à assumer cette fonction, tant bien psychologiquement et ayant la force nécessaire à ce poste. Même si au début il avait eu du mal, repensant à Hinamori qui avait occupé ce poste juste avant lui, mais une fois encore, notre proximité lui permettra de surmonter sa douleur qu’il ressentira encore un temps et de faire ce qu’il doit faire.

    Ainsi le temps passa encore, ma relation avec mon fukutaisho devint bien plus qu’une simple histoire de capitaine à lieutenant, non, elle était devenue très fraternelle, lui m’appelant ‘Aniki’ et moi ‘Otouto’. La Gô Ban Tai faisait aussi à nouveau surface, la confiance régnait à nouveau entre chacun de ses membres et la paix était dans les cœurs de tous. Mais jusqu’à quand cela durera-t-il ainsi? Seul aller de l’avant, me permettra de trouver une réponse à cette question.


    {Paroles Hollow ; Paroles Shinigamis ; Parole Raijin-san ; Parole Moi!}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junta Suzuki
Shinigami Exilé
Shinigami Exilé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 77
Age : 25
Date d'inscription : 20/05/2010

Connaissances
Race: Ex-Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: .::Gô Ban Tai Taishô, Heihashi Honda!::.   Ven 10 Sep - 1:04

Je me permet de dire une chose...

Ça, c'est de l'histoire.

M'attendais pas à une histoire de deux posts complet de la part d'un nouveau XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stark Hawtness
Primero Espada
Primero Espada
avatar

Masculin
Nombre de messages : 481
Age : 28
Localisation : Dans un profond sommeil
Date d'inscription : 18/04/2009

Connaissances
Race: Arrancar
Connaissance:

MessageSujet: Re: .::Gô Ban Tai Taishô, Heihashi Honda!::.   Ven 10 Sep - 21:15

Tellement que j'arrive pas à la finir! ^^

Non, mais je suis en fait en pleins rattrapages de fac, et du coup mon temps libre réduit ne me permet pas de faire tout ce que je veux aussi rapidement! Mais je finirais par finir cette présentation, promis! On t'as pas oublié en tout cas, t'en fait pas! Wink

_________________




***

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hallibel tear
Arrancar
Arrancar
avatar

Féminin
Nombre de messages : 254
Age : 26
Localisation : Ici, labas , nul part.
Date d'inscription : 09/01/2009

Connaissances
Race: Arrancar
Connaissance:

MessageSujet: Re: .::Gô Ban Tai Taishô, Heihashi Honda!::.   Sam 11 Sep - 0:34

Très long en effet (j'ai presque envie de dire trop Mad). J'ai fini le premier post, je lirai la suite plus tard.

Je peux déjà signaler:

-Quelques problèmes avec les temps qui dans une phrase passe du passé au présent par exemple.

-Quelques fautes de frappes sans trop d'importance (du style avis au lieu d'avion ou je ne sais plus quoi)

- Quelques répétitions du style " Mais je n’eus pas le temps d’y réfléchir plus que ça, car il venait de tirer à nouveau dans ma direction, je parvins à en éviter un, mais je ne pus échapper au deuxième, mais je pus le contrer à l’aide de mon arme et me penchant en arrière, je réussis à l’envoyer dans le ciel." (trop de "mais" dans une même phrase)

- une incohérence avec le manga? ( les esprits qui rejoignent la soul society n'ont que des bribes de souvenirs voir aucun souvenir de leurs passé non? )

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stark Hawtness
Primero Espada
Primero Espada
avatar

Masculin
Nombre de messages : 481
Age : 28
Localisation : Dans un profond sommeil
Date d'inscription : 18/04/2009

Connaissances
Race: Arrancar
Connaissance:

MessageSujet: Re: .::Gô Ban Tai Taishô, Heihashi Honda!::.   Dim 12 Sep - 1:31

Voila, fiche enfin lue, et mon jugement avec! ^^

Alors, en dehors de l'orthographe et la conjugaison qui peuvent être améliorés comme l'as dit Hallibel, venons en aux faits qui m'ont dérangés! ^^

Concernant ta description physique, il est étrange que certains éléments ne soient pas comme ton avatar. je parle ainsi de ses yeux bleu-blanc et de ses lèvres entre rose et rouge. Tu dis aussi que son corps n'est fait que de muscle...n'exagérant quand même rien, un corps a aussi besoin de graisse pour survivre, il te faudrait donc mieux dire que tu n'as pas de graisse superflue ou en trop, ca serait plus logique.

Concernant ton caractère, un seul problème, le fait que tu te dises gentil et agréable envers les gens même en dehors de ta division, mais que dans le paragraphe suivant tu te dises prêt à utiliser n'importe qui de pas très proche de toi. Un peu contradictoire, non? Xd

Pour l'histoire ensuite, déjà un gros problème par la surpuissante de ton perso pendant sa vie humaine. Rien qu'apprendre à lire et écrire à 4 ans...on apprend généralement tout juste à parler à cet age, c'est du coup plus qu'être un peu malin, là Xd Pareil, qu'a juste 5 ans tu sois formé aux arts martiaux et à toute une éducation qu'on ne reçoit que 5 ans plus tard, même pour une famille stricte et un enfant doué, ca fait beaucoup. De plus, par la suite, tu semble être employé par ta famille comme un simple assassin, et pas vraiment comme le fils du parrain de la famille! La mafia coutumière, c'est pas aller en solo tuer des gens (ca, c'est plutôt le boulot de personnes spécialisées voir de mercenaires extérieurs), c'est plutôt œuvrer en bande, surtout le chef du "capo" (je connais pas le mot chinois XD) que l'on va pas laisser baguenauder sans protection tout seul. Même si ton père veut faire de toi un homme et te faire une éducation stricte, vu l'affection qu'il te porte et ce que cela représente pour l'opinion du reste du milieu, il te laissera pas sans protection, visible ou non, ou alors tu aurais pas vécu vieux, on survit pas longtemps à se balader seul dans ces genres d'endroits, même si on est fort! Et pour ta dernière mission dont des le départ tout le monde est conscient qu'elle peut te tuer, à plus forte raison tu aurais été envoyé lourdement accompagné, voir même remplacé par un autre, un chef ne s'expose pas comme ça au danger de façon suicidaire, il a des responsabilités, et le fils du chef pareil!^^

A propos de ce dernier contrat, je trouve d'ailleurs un peu fort qu'un simple humain tienne tête à un humain à pouvoirs aussi longtemps (tu te prend même ses tirs de plein fouet à un moment, mais tu t'en sort), alors que tes propres pouvoirs ne sont pas réveillés. Une fois que cela arrive, d'ailleurs, tu sort des noms de techniques tout en ignorant que tu avais ces techniques, un peu bizarre non? (que tu hurle en secouant ton épée et que cela créer un truc par hasard, pourquoi pas, mais des techniques élaborées alors que tu découvre à peine tes capacités? Même Ichigo fait pas ça^^).
Pour le fait de connaitre ta vie passée par contre, j'avoue que j'en sais trop rien. L'esprit dans la perruche que sauve Chad se souvient bien de lui une fois mort, mais après tout les autres persos morts semblent jamais évoquer ou se souvenir de leur vie d'avant...je dirais donc bénéfice du doute avec la pensée que l'on se souvient peut être au début puis qu'avec le temps, les souvenirs s'estompent naturellement.

Ensuite, pour ton arrivée à la Soul Society d'ailleurs, sache que l'on repartie des leur arrivée les nouveaux venus dans une nouvelle famille et donc qu'ils apparaissent pas au petit bonheur la chance (il y a même la queue et des shinigamis qui gèrent et tout il me semble). Ensuite, pour le coup de ton zanpakuto qui apparait pas, je pense que tu en fait là un peu trop, dans le sens ou même des étudiants des premières années en ont un, c'est apparemment quelque chose de facile à avoir du moment qu'on a la puissance pour être shinigami. A propos de l'académie d'ailleurs, j'ai loupé un passage ou j'ai pas bien vu quand on t'a recruté? Tu es tombé dans les pommes face aux hollows puis tu tombes à l'académie...que tu te retrouves à une infirmerie, soit, mais je pense pas sinon que les shinigamis prennent tout ceux qu'ils croisent et qu'ils les fougent à l'académie sans leur demander leur avis! XD

Sinon, dernier petit point, quand tu fait pour ton bankai et que tu repères ton zanpakuto par son reiatsu...n'oublie pas que tu es dans le monde de ton zanpakuto, et que son reiatsu est partout en fait, comme le tient, c'est votre monde intérieur. Sinon même Ichigo aurait pu le faire pour trouver sa bonne épée lors de son propre passage. Et puis, comme pour lui le but des tas d'épées était de le fortifier en le faisant combattre avec chacune, pour toi aussi le temps de fouiller tout ces nuages peut avoir le but de t'améliorer et de te rendre au niveau pour le bankai...


Donc voila, j'ai enfin finit les critiques! En gros, pas d'énormes problemes insurmontables, juste des choses qu'il faudrait modifier ou supprimer pour que tout aille bien dans le meilleur des mondes! hé oui, c'est ça aussi que d'obtenir la place de capitaine! Xd

_________________




***

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: .::Gô Ban Tai Taishô, Heihashi Honda!::.   

Revenir en haut Aller en bas
 
.::Gô Ban Tai Taishô, Heihashi Honda!::.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HONDA 250 CR de 94
» Mon premier montage: Honda S2000 Tamiya
» HONDA RC211 Space Patrol
» [TAMIYA]honda accord JTCC team JACCS 1/24°
» Honda Konica Minolta 1/12 Tamiya

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Highway :: Bleach RPG Accueil :: Présentation de votre personnage-
Sauter vers: