Bleach Highway
Bleach Highway

Forum fermé
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]   Sam 29 Aoû - 22:29

Las Noches, vaste palais blanchâtre au milieu du sombre désert du hueco mundo. Comme une véritable contradiction, il se dresse majestueusement, nul doute que face à une telle bâtisse dans un tel endroit, on se sent si petit, si misérable. Ce palais avait dressé par trois hommes: Aizen Sosuke, Kaname Tousen, et bien sur Ichimaru Gin. Ce dernier connaissait donc le palais comme sa poche, et contrairement à la majorité des gens, sa tailles et sa majestuosité le laissait de glace. ce palais avait autant d'importance qu'une maison temporaire. Comme si il était inutile et sans intérêt.

Gin marchait dans ce vaste palais, il savait où il allait, traversant de vastes couloirs qui ne semblaient plus finir. Il avait toujours ce vaste sourire sur le visage, enjoué, il semblait d'aussi bon humeur que d'habitude, presque insouciant de la gravité de sa situation. Il marchait à un rythme rapide, les mains dans les poches, ne se préoccupant absolument de ceux qu'il croisait, leur faisant un bref signe de main pour rester sympathique mais pas un mot, ni un regard. Il était intéressé par bien autre chose, ou plutôt par un seule personne: Inoue Orihime. Car c'est vers ses quartiers qu'il allait. Pourquoi? L'esprit de Gin est si difficile à cerner que vous le dire serait compliqué. Gin peut aller jusqu'à mentir à soi-même et nul doute que même ses gestes n'ont aucune sincérité. Quoiqu'il en soit il allait la voir d'un pas décidé, ce qui ne présageait pas forcément quelque chose de bon pour la jeune humaine.

Le shinigami exilé arriva devant la porte de ses appartements, une vaste prison que lui avait donné là Aizen, qui n'avait de prison que le nom. Les appartements d'orihime valaient largement ceux de certains de leurs sous-fifres. Gin souffla et posa sa main sur la poignet, poussant doucement la porte, il ne fit que l'entrouvrir. Il passa doucement sa tète dans l'entrouverture, comme si il était quelqu'un de gêné, ce qui au fond été un adjectif loin de le définir, et il fit alors d'un ton amical:


- Hey Salut ... Inoue c'est ça? Je peux entrer? Merci c'est sympa!

Il n'avait pas vraiment pris la peine d'attendre sa réponse, il était entré. Il referma derrière lui et posa son regard sur celui d'Orihime. Elle était si jolie, elle inspirait tant de pureté par son physique et son caractère que s'en était déstabilisant. Elle ne semblait ni en colère, ni haineuse. Non il y avait juste une profonde mélancolie dans son regard. Elle portait les vêtements que lui avait donné Aizen et aucune tentative d'évasion ou de rébellion n'avait été déploré jusque là. Il faut dire que Stark avait fait un excellent travail en l'amenant ici sans user de la force. Il n'était pas le Primera pour rien après tout.

Gin esquissait toujours son grand sourire, ses yeux plissées ne laissaient paraitre aucun sentiment si ce n'est la joie et il était impossible de deviner ce qu'il pouvait bien avoir en tete en le regardant. Il alla tranquillement vers elle pour être plus près puis se posa devant elle, droit comme un piquet, toujours les mains dans les poches. Il en sortit une et la tendit vers elle, il est à souligner qu'à ce moment là il libéra un peu son immense force spirituelle comme pour montrer à inoue leur écart de puissance, puis il fit alors d'un ton toujours aussi amical:


- Je ne me suis pas encore présenté, je m'appelle Ichimaru Gin, et je suis le bras droit d'Aizen-sama, je suis enchanté de faire ta connaissance Inoue!
Revenir en haut Aller en bas
Lilith Yokai

avatar

Féminin
Nombre de messages : 878
Age : 34
Date d'inscription : 10/01/2009

Connaissances
Race: Infernal
Connaissance:

MessageSujet: Re: La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]   Dim 30 Aoû - 23:27

Orihime avait retrouvé sa place de prédilection dans cette prison qui était la sienne. Juste devant la fenêtre, avec vu sur la lune.
Tout y était aménagé pour qu'on donne l'impression que c'était un somptueux appartement. Vu comme Loly et Menoly la regardaient de travers, elle devait être très avantagée par rapport à d'autres. Cela donnait l'impression que Orihime était chez elle. Confortant ainsi l'idée qu'elle était l'un des leurs. Si elle était vraiment parmi eux, déjà, il n'y aurait pas de verrou à la porte, pas de barreaux aux fenêtres et ensuite, on ne la regarderait pas avec tant de haine dans le regard. Elle regrettait les visites de Lilinette et Stark. Même si ce dernier dormait la plupart du temps, au moins il n'était pas méchant. Et Lilinette était drôle et amicale !



Pour le moment, elle n'avait pas encore rencontré Aizen, et espérait que ce fut le plus loin possible. Elle redoutait sa présence encore plus que celle des autres habitants du Hueco Mundo, alors que c'était lui qui l'avait "invité" pour l'importance de son pouvoir. Elle était précieuse pour lui, et c'est pour cela qu'elle en avait peur.

Elle essayait d'éviter de penser à des choses trop tristes ou trop affreuses en regardant cette lune brillante dans le ciel. C'était la seule chose belle et réconfortante dans ce monde sombre et vide. Elle aurait aimé pouvoir la toucher, l'atteindre, et c'est pour ça qu'elle regardait au loin. Elle pouvait voler jusqu'à elle, se coucher sur le croissant et essayer de la gouter, tiens ! Peut être qu'elle avait un bon goût sucré....


Alors qu'elle était perdue dans ces pensées agréables, soudain elle entendit une voix derrière elle et sursauta en poussant un cri comme si c'était une petite fille surprise en train de voler dans le pot de confiture.


- Ahhhhhhhh !!!!!


L'homme avait demandé la permission à la fille d'entrer mais se fichait complètement de son accord ou non. Il avait déjà pénétré la chambre et regardait d'un air indéfinissable (mais qui faisait froid dans le dos) la jeune fille. Elle regarda sur le côté d'un air gêné, évitant soigneusement de le fixer comme il le faisait. Cependant, elle avait pu lui jeter un bref coup d'oeil et avait reconnu cet homme qui avait été maintenu par Rangiku avant de partir dans les cieux avec Aizen et l'homme de couleur. Celui qui avait failli tuer Rukia si son frère n'était pas intervenu.

Cet homme lui tendit la main, comme pour la lui serrer. Intriguée par ce comportement bien différent de tous les autres, elle voulut avancer la sienne mais resta bloquée par un écrasant reiatsu. Elle résista de toutes ses forces pour ne pas tomber à genou mais sa nuque ne tint pas et elle conservait sa tête inclinée vers sa poitrine, les yeux écarquillés par la surprise et la crainte. Elle voulut répondre mais rien ne parvint à franchir le seuil de sa gorge.


- ...


Dernière édition par Orihime Inoue le Lun 21 Sep - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]   Mar 1 Sep - 2:18

[HRP: Pardon pour le court post -_-]

Littéralement écrasée par le reiatsu de Gin, orihime ne répondit pas à son salut. La tête baissée, elle semblait à la fois effrayée et oppressée, luttant de toutes ses forces pour ne pas tomber à genou. Gin avait toujours la main tendu, son immense sourire sur le visage, constatant qu'Inoue essayait de produire un son en vain. Bien sur il savait que cela était du à sa force spirituelle, bien sur cela l'amusait mais il n'en dira rien. Il arrêta de libérer sa force, et comme si il ne l'avait jamais fait, comme si de rien était, il approcha sa tete de l'adolescente et fit alors d'un ton faussement naturel:


- Tu ne me sers pas la main? Ce n'est pas très poli tu sais? Aaaah je sais! Tu ne veux pas me serrer la main parce que je suis le méchant de l'histoire et un des tes kidnappeurs c'est ça? Ça se tient, à ta place j'en ferai autant tu sais.

Il rangea sa main, puis il fit le tour de l'appartement, comme piur l'inspecter, il regardait les murs, regardait si elle avait ramené des affaires. Il esquissa un petit rire en trouvant un soutien-gorge d,ailleurs, ce qui dut déstabiliser la pauvre humaine. Il alla jusqu'à la fenêtre o`la lune se dressait, lumineuse, radieuse' Il se plaça là comme pour constater l'effet que ça faisait, comme pour faire exactement ce qu'elle faisait. Puis il tourna sa tête vers elle, il avait le même grand sourire, mais cette fois il lui adressa un regard affreusement froid, un regard qui ferait peur aux plus courageux et aux plus braves. Et il fit alors d'un ton amusé:

- Remarque tu n'as pas vraiment été kidnappée, à ce qu'on m'a dit c'est de ton plein gré que tu es venue ici. Je me trompes?

Gin savait que c,est par défaut qu'Orihime avait accompagnée Stark, il savait que ce qu'elle désirait le plus au fond était de retourner auprès de ses amis. Mais voilà, il voulait la déstabiliser, il voulait jouer avec elle et ses ressentiments, comme il le faisait toujours. Il reprit un regard plissé et enjoué, gardant son éternel sourire, qui n'inspirait absolument aucune confiance bien entendu. il remarcha vers elle et se plaça à nouveau en face de l'humaine à pouvoir. Des pouvoirs assez puissants pour qu'Aizen lui même s'y intéresse. Pour une humaine elle avait de sacrés ressources. Il fit alors d'un ton enjoué en posant amicalement une main sur son épaule:


- Mais je parle trop n'est-ce pas? Tu sais, malgré les circonstances j'aimerais beaucoup qu'on s'entende bien tous les deux. Après tout maintenant que tu es ici il faudra bien que tu te fasses de nouveaux amis hein?
Revenir en haut Aller en bas
Lilith Yokai

avatar

Féminin
Nombre de messages : 878
Age : 34
Date d'inscription : 10/01/2009

Connaissances
Race: Infernal
Connaissance:

MessageSujet: Re: La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]   Mar 1 Sep - 13:23

Orihime n'avait pas eu besoin de beaucoup de temps pour comprendre qu'elle n'aimait pas cet homme. Derrière ses airs doucereux, il était juste cruel et effrayant. Toutes ses manières....qui voulait - il tromper ? Il n'était absolument pas chaleureux. L'adolescente, malgré le fait qu'il avait levé son Reiatsu, refusait de le regarder et se sentait toujours aussi écrasée. Il n'avait pas besoin d'énergie spirituelle pour réduire les gens. Son attitude était bien suffisante. Il devait bien s'amuser.
Lui serrer la main ? Il venait lui-même d'avancer la raison pour laquelle Orihime répugnait à le faire. Ils ne seraient jamais amis, alors à part une grande provocation, à quoi cela servirait-il ? Il comprit qu'elle ne le ferait jamais et se mit à visiter l'endroit comme s'il était tranquillement chez lui, sans aucune gêne. C'est alors qu'il aperçut qu'elle avait oublié de ranger ses affaires, car un sous vêtement trainait aux su et vu de tous. Horreur ! Elle se retenait de s'en emparer et de le cacher. C'était trop tard, il avait vu, et de réagir ne ferait qu'accentuer son malaise et de faire rire ce sinistre personnage.
Puis il se positionna devant la fenêtre, comme elle le faisait elle-même pendant des heures. Orihime comprit qu'il se moquait fichtrement d'elle. Elle sentait que la moutarde lui montait au nez et une lumière sombre (oui, je sais, c'est un oxymore mais ça peut être tout de même possible Smile) s'alluma dans un nouveau regard, totalement déterminé. S'applatir devant lui devrait lui faire plaisir. Pas question de se montrer paniquée. Respire un bon coup, Orihime. Respire.
Hélas, sa bravoure ne dura pas. Il suffit qu'il la regarde une nouvelle fois, avec ses yeux quasiment clos mais à glacer le sang, elle perdit toute sa volonté affichée une seconde auparavant. On aurait dit un serpent prêt à avaler sa proie. Un frisson passa sur ses omoplates. Celui-ci s'accentua quand il en rajouta une couche avec une parole qu'elle détestait encore.

Venue de son gré ? C'est ce qu'ils essayaient tous de lui faire croire. Lui faire croire pour qu'elle même y croit tellement qu'elle devienne l'une d'entre eux. Cela l'attristait plus parce que les autres, ses amis, risquaient de le penser. Elle était déjà une traitresse aux yeux d'Ichigo, Chad, Ishida, Kuchiki et la Soul Society. Sûrement. C'était uniquement par soumission qu'elle disait qu'elle faisait partie des arrancars. Mais elle ne le pensait absolument pas. Non. Car elle était prisonnière ici ; elle n'avait pas d'amis. Les gens la détestaient. Elle était une humaine. Donc non : elle n'était pas venue ici de son plein gré.
C'est sans difficulté qu'elle détourna le regard et rougit légèrement comme pour signaler qu'elle était d'accord mais gênée par l'affirmation de l'odieux personnage.

Bientôt elle dut à nouveau supporter son visage en face du sien. Il posa une main sur son épaule. Sur le coup, Orihime sursauta. Allait-elle se prendre une gifle ou un coup ? Elle en avait tellement l'habitude avec Loly et Menoly qu'elle redoutait toujours qu'on la touche. Mais il n'en fit rien. Il jouait toujours le chaleureux monsieur qui vient faire ami-ami.
Il voulait jouer à ce jeu-là ? Il voulait s'amuser sur son compte ? Bon. Sans devenir pour autant insolente, Orihime répondit avec la même attitude soumise.

- je....C'est ...C'est que... Je sais bien qu'on ne m'aime pas beaucoup ici. Je ne pense pas que je...puisse avoir des amis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]   Dim 6 Sep - 17:49

Orihime avait une attitude soumise certes, mais la peur et les paroles de Gin la forçait à ne pas entrer dans son jeu. Elle sursauta quand il avait posé la main sur son épaule, c'est vrai qu'on lui avait dit que ces stupides filles l'avaient attaqué par jalousie. Remarque elles n'avaient pas tord sur deux points, Inoue était bien plus jolie qu'elle et elle intéressait bien plus Aizen, mais ce n'était surement pas pour sa beauté mais bien pour ses pouvoirs si particuliers. Il sourit et fit alors d'un ton amical vis-à-vis de sa réaction:

- Ne t'en fais pas Inoue, j'ai pas l'intention de te frapper. Et tu as tord de penser qu'on ne t'aime pas. Tu intéresses tellement Aizen que cela suscite des jalousies, puis je crois que Stark apprécie ta compagnie, il est un peu bizarre pas vrai?


Il continuait de sourire gaiement. Gin savait bien que c'est par fidélité à ses amis qu'elle se refusait à s'ouvrir à lui et ses compères. Mais il avait envie de s'amuser avec elle. Il avait envie de la déstabiliser, son petit jeu préféré. Il était clair que Gin voulait se moquer de la triste mélancolie d'Orihime, pour l'enfoncer encore plus qu'elle ne l'était déjà. Une attitude des plus viles et méchantes, mais une attitude qui ne laissait rien paraitre en réalité. Gin était comme ça, il savait pousser les gens dans le désespoir le plus profond sans qu'ils s'en rendent compte, et ce sans qu'on lui en donne l'ordre ou sans réel but, il aimait ça ... Tout simplement ...

Il alla à nouveau vers la fenêtre. Qu'observait-elle ainsi? Gin le savait. Elle attendait le retours de ses amis humains. Elle avait l'espoir de les voir venir la sauver tout comme ils avaient sauvé Rukia au Seireitei. Mais les choses étaient différentes, Aller au hueco Mundo était plus difficile et de plus ils seraient seuls cette fois. À la soul society des shinigamis s'étaient ralliés à leur cause mais ici tout est différent. Aucun arrancar ne se joindra à eux, ils seront seuls face à la force terribles des espadas, dont les premiers surpassent les meilleurs capitaines de divisions. Leur prochaine bataille serait la dernière et leur héroïsme emportera peut être une infime partie des espadas mais finira par s'évanouir dans le néant. Il se tourna vers Orihime et fit alors en agrandissant d'avantage son sourire:


- C'est pour les voir arriver que tu regardes toujours à cette fenêtre hein? Et c'est aussi pour ça que tu ne veux pas avoir de nouveaux amis ici. Mais Inoue tu n'as pas la vue sur tout le Hueco Mundo ou sur le monde des humains. Si ça se trouves tu as en face de toi celui qui est allé les assassiné, tu ne sais même pas si à l'heure où on parle on s'est débarrassé d'eux. Après tout ce sont des gêneurs pour nous, ce serait une décision logique
.

Il avait dit ça avec un air enjoué, comme si c'était normal. il la regardait de ses yeux à demi clos, moqueur. Inoue ce serait surement passé de cette farce des plus mauvais gouts. Mais ce qu'il disait tenait debout. Rien ne prouvait à Inoue que ses amis étaient encore vivants. Gin savait qu'au fond ses paroles la ferait douter, d'une manière ou d'une autre, et que l'espoir qui est en elle en prendrait un coup. Il avait le chic pour faire prendre conscience des choses qui nous font peur. il s'approcha lentement d,elle et continua:


- Qui te dis que ma visite ce n'est pas pour te dire que tes amis ont été tué après avoir essayé de te sauver?
Revenir en haut Aller en bas
Lilith Yokai

avatar

Féminin
Nombre de messages : 878
Age : 34
Date d'inscription : 10/01/2009

Connaissances
Race: Infernal
Connaissance:

MessageSujet: Re: La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]   Jeu 17 Sep - 1:16

Orihime ne se sentait pas pour autant du fait qu'il ne veuille pas la frapper ou quoique ce soit d'autre. Finalement, elle se demandait si elle ne préférait pas les coups aux blessures psychologiques qu'on lui assénait avec les paroles blessantes plutôt que les gifles, les coups de pied. Cet homme était très fort pour faire du mal rien qu'en parlant. Elle aurait aimé le faire taire, mais elle ne pouvait rien faire d'autres que de recevoir, d'absorber et de résister. Pas de résistance possible. C'était déprimant de devoir rester sans rien faire. Elle se sentait inutile, sauf pour les tortionnaires en mal de bouc - émissaire.
Sauf pour Stark. Et Gin s'en était déjà aperçu, semble-t-il. Il avait constaté que la jeune rouquine se sentait bien, saine et sauve en sa présence. Car lui n'était pas hostile ou amical. Il était juste lui, flemmard, qui ne voulait pas se casser la tête. Et Lilinette la faisait rire, même si elle était plutôt spontanée. Leur complicité lui rappelait joyeusement et douloureusement celle qui existait entre Rukia et Ichigo.
(super, Orihime, tu n'as même plus besoin de méchants pour te torturer, tu te suffis à toi même !!)
- ...

Elle prit le parti de ne pas répondre et elle continuait de le regarder, même si elle mourrait d'envie de regarder ailleurs. Elle n'aimait pas ses yeux qui semblaient vous transpercer de part en part, de tout deviner. Il s'amusait du malheur des autres et voulait les écraser, de cette manière. Elle avait compris son stratagême, mais elle avait encore du mal à l'assimiler. C'était difficile de ne pas se laisser aller quand on disait des choses qui blessent le coeur. Orihime serait solide devant lui, elle donnerait son maximum pour ça, mais parviendra-t-elle à se tenir quand il sera sorti ? Et puis à quoi cela sert de se contenir pour craquer après, quand on est seule, car elle se doutait qu'il devait y avoir une sorte de vidéo surveillance (ou un mauvais sort du genre) pour la regarder en permanence. Sinon, comment saurait-il qu'elle passait son temps à regarder par la fenêtre ?
Ce qu'il avait ajouté par la suite était horrible. comment pouvait-il se permettre de jouer ainsi avec ses nerfs ? Orihime se sentait trembler de la tête aux pieds, mais elle ne parvenait pas à déterminer si c'était de peur ou de rage. Peut-être les deux. Il osait parler de la mort de ses amis avec tellement de légèreté ! Non, Ichigo ne pouvait être mort...Elle ne pouvait pas ressentir le reiatsu de ses amis, évidemment. elle était trop loin. Mais au fond d'elle, elle savait qu'elle sentirait un signal. Alors elle se contenta de rester muette mais d'afficher une petite moue de révolte (qui ne risquait pas d'effrayer grand monde...). C'est pourquoi, lorsqu'il sortit sa dernière phrase assassine, et malgré le fait que cela lui donna un coup violent au coeur, car c'était sa plus grande peur, elle le défia du regard. Au fond d'elle, elle sentait que ce n'était pas vrai. Qu'ils n'étaient pas morts. Peu importe qui lui dirait, même Stark, c'était son âme qui devait la guider, et non les paroles de gens qui veulent l'utiliser pour des buts obscurs, pour le bien de leur maître ou pour jouer avec ses nerfs. Elle avait envie de regarder ailleurs que les yeux de fouine de cet être cruel, mais elle s'y força, et d'un air décidé, elle répondit enfin...

- Des amis, j'en ai déjà. Et je souhaite en avoir ici, dans l'Hueco Mundo. Mais je n'ai rencontré personne jusqu'à présent avec qui je puisse me lier en toute confiance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]   Dim 27 Sep - 20:51

Elle tremblait, de colère ou de peur? Peut-être un mixte des deux. En tout cas une petite mout passagère fut la seule réponse qu'elle parvint à lui donner sur le moment. Elle avait beau prendre sur elle, les paroles assassines de Gin avaient eu l'effet escompté. Elle avait été obligé d'envisager l'horrible possibilité que ses amis soient morts. et même en se convaincant qu contraire son inconscient à présent ressortirait tôt ou tard et il fallait être un fin manipulateur pour jouer la dessus, mais aussi un véritable démon ...

Il continuait de sourire allègrement. Elle finit par lui répondre. Elle lui fit comprendre qu'elle ne voulait surement pas être son ami, ce qui n'était surement pas le but recherché par Gin en lui rendant cette visite et en lui disant toutes ces choses. Elle souhaitait vraiment lui faire face mais son faible caractère ne faisait pas le poids face à l'esprit sans le moindre scrupule de Gin. Orihime venait de subir un dur choc psychologique en quittant Karakura de son plein gré et Gin venait l'enfoncer encore plus bas.

Il s,approcha d'elle d'un pas lent et leva le bras et resta stoïque un instant, allait-il la frapper? Il posa sa main mais sur son épaule, de nouveau, rien de bien méchant. Un geste tout ce qu'il y a de plus compatissant et amical. Puis il posa sa tête bien proche et bien en face de la jolie frimousse d'inoue et il fit alors d'un ton joyeux:


- Relax, je déconnais! Tes amis ne sont pas morts voyons!


Il disait ça avec tellement de relâchement. Comme si il s,agissait d'une farce tout à fait innocente. Mais cette farce n'avait rien d'innocent. Gin lui avait fait du mal et il en resterait des séquelles, et le pire dans tout ça c'est qu'il s'en moquait, qu'il lui faisait comprendre qu'il ne s'agissait là pour lui que d'une simple blague. Comme si se moquer ainsi d'elle était un pur passe-temps.

Il enleva sa main et marcha vers ses affaires pour épier de nouveau ce qu,elle avait bien pu amener. Il n'était vraiment pas gêné et cela devait mettre la jeune humaine encore plus mal à l,aide après leurs derniers échanges de mots. Il était de dos par rapport à elle. Elle n'avait pas à affronter une fois de plus cet immense sourire malsain et ses yeux de fouine. Il fit alors d'un ton calme, comme si là encore ce qu,il disait n'avait rien de méchant:

- Tu ne veux pas qu'on soit amis si je comprend bien? Pourtant tu devrais vite t'en faire de nouveaux. Après tout tes amis sur terre n'ont peut-être pas apprécié que tu partes de ton plein gré. La rancune les empêchera peut-être de venir te chercher et de rester lier à toi, y as-tu songé Inoue?
Revenir en haut Aller en bas
Lilith Yokai

avatar

Féminin
Nombre de messages : 878
Age : 34
Date d'inscription : 10/01/2009

Connaissances
Race: Infernal
Connaissance:

MessageSujet: Re: La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]   Lun 5 Oct - 18:42

Elle ne savait pas à quoi s'attendre suite à ce qu'elle avait dit. Cet homme était tellement imprévisible. Elle attendit de voir ce qu'il faisait tandis qu'il se rapprochait d'elle. Il levait sa main vers l'adolescente dont les yeux se mirent à cligner comme si elle craignait de recevoir un coup, même si ce n'était pas le genre de cet homme. Il avait une manière de frapper d'autant plus douloureuse. Mais il ne la gifla pas ou quoique ce soit d'autres. Mais comme elle s'en doutait....les paroles de Gin lui firent très mal. Il plaisantait vraiment sur un sujet aussi lourd.
Elle savait qu'ils n'étaient pas morts, elle l'avait senti, même si elle doutait de ses capacités de détermination. Cependant, elle n'appréciait pas la façon dont Gin s'amusait à la faire souffrir. A tirer sur la corde sensible. Elle serrait les poings, son visage exprimait tout en même temps une profonde tristesse et une certaine rancune. On pouvait jouer avec les nerfs d'Orihime sans qu'elle réagisse de colère. Sauf lorsqu'on abordait le sujet de ses amis, elle devenait plus instable et susceptible.

- Co...

Elle allait dire "Comment pouvez-vous plaisanter avec ça?" mais elle se tut avant de parler. Cela ne ferait que lui faire plaisir. De toute façon il s'était déjà réjoui de la déprime qu'elle ressentait. Cet homme était monstrueux. Elle n'était pas assez forte pour lui envoyer une remarque aussi cinglante que lui. D'autant plus qu'elle n'avait aucune idée de ce qui pourrait atteindre cet homme. Il était si terrifiant et si imbu de sa personne qu'il ne devait avoir aucun point faible. Du moins, Orihime l'ignorait. Et c'est bien dommage, car il repartait de nouveau sur des discours qui sappaient le moral de la rouquine. Cette fois-ci concernant le fait qu'elle soit venue de plein gré. Soit disant.
On lui avait mis le couteau sous la gorge pour venir ici. Elle n'avait pas eu le choix, malgré ce que tout le monde essayait de lui mettre dans la tête. C'était soit ses amis mourraient, soit elle "trahissait". Peut-être que là bas, à Karakura, on ne comprenait pas son comportement. C'est ce qui l'attristait, mais au moins, en étant ici à l'Hueco Mundo, elle pourrait faire quelque chose pour en savoir plus sur ce qu'il se passait.

Elle se retourna vers la fenêtre, avec la vue sur la lune, et y perdit son regard, avant de se mettre à sourire. De son sourire doux, celui qu'elle adresse en général à tout le monde, sauf que pour une fois, elle avait du se forcer pour le faire.

- S'ils ont de la rancune envers moi, je ne peux en aucun cas leur en vouloir. Je suis heureuse d'avoir été leur amie avant cela. Et c'est ce qui compte pour moi. Je ne m'attends pas à ce qu'ils viennent me chercher. Pourquoi le feraient-ils ?


Mini pointe d'offensive dans son discours. Elle ne s'attendait pas à remporter un point dans cette joute verbale, mais elle ne cherchait pas à gagner. Plutôt à se rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]   Sam 31 Oct - 23:16

Inoue tentait à chaque fois de garder son sang froid mais à chaque fois même si ça ne ressortait pas extérieurement c'est intérieurement, au plus profond de son cœur qu'elle était touchée. et ce que voulait Gin au fond. Il ne cherchait pas vraiment à la faire sortir de ses gonds, simplement à la toucher là où ça fait le plus mal.

Gin la laissa dire, puis il plongea à nouveau son regard de serpent vicieux sur elle. Quel sens avait cette discussion au juste? Aucune. C'était comme si Gin n'était là que pour se moquer et faire souffrir, du sadisme pur, point barre. Il n'y avait rien de sensé au fond, le but c'était juste de la faire souffrir. Il fit alors en ricanant au nez d'Inoue:


- Crois tu vraiment en tout ce que tu me dis? Crois tu sérieusement au plus profond de ton cœur que ça ne te touche en rien qu'ils aient de la rancœur envers toi? Que tu ne veux pas que tes amis viennent de chercher? C'est peut-être ce que tu aimerais croire, mais moi je pense qu'au fond de toi, tu ne songes qu'au moment où ils viendront te délivrer, comme il l'avait fait avec Rukia Kuchiki. Mais tu sais comme moi que la situation est différente, pour eux tu es venue ici de ton plein gré, alors il y a cette affreuse possibilité: qu'ils ne viennent jamais te chercher.

Il fit une pause, et s'approcha tranquillement d'elle, lentement, gardant cet immense sourire déstabilisant. Il reprit de plus belle dans son horrible discours:


- Tu sais, je crois que ce dont tu devrais avoir le plus peur, ou ce dont peut-être tu as déjà le plus peur, ce n'est ni moi, Stark ou même Aizen. Non ce dont tu devrais avoir peur c'est de rester toute ta vie à attendre quelque chose qui n'arrivera jamais, devant cette fenêtre, à perdre peu à peu l'espoir et à te détruire un peu plus chaque jour.

Gin soulevait là encore des réalités terribles dont Orihime se serait bien passé. L'ex-capitaine de la troisième division souriait toujours de plus belle, il termina son long discours en levant une main vers Inoue, il fit alors d'un ton plus jovial cette fois-ci:

- Ce que tu peux faire au lieu d'avoir peur et de te morfondre devant cette fenêtre, c'est simplement te lier à nous, non pas par obligation mais par choix. Un grand avenir t'es promis auprès d'Aizen-sama. Renonce définitivement à ta vie passé et orientes toi vers notre futur, abandonne toi totalement à nous.
Revenir en haut Aller en bas
Lilith Yokai

avatar

Féminin
Nombre de messages : 878
Age : 34
Date d'inscription : 10/01/2009

Connaissances
Race: Infernal
Connaissance:

MessageSujet: Re: La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]   Lun 2 Nov - 21:33

Les yeux de l'homme aux cheveux gris la frigorifièrent une fois encore. Elle ne put empêcher son corps de trembler et avait l'impression que de la glace se transportait à travers son sang. Elle pensa à ses fées, qui composaient son pouvoir, comme pour se dire qu'elle n'était pas seule. Mais c'était une maigre consolation. Rien ne pouvait l'aider. Ses souvenirs allèrent à Lilinette et elle se calma un peu.
Cette chaleur ne dura pas. Il s'amusa à l'enfoncer encore plus sur sa prétendue culpabilité. Orihime n'était pas coupable. Elle le savait mais au fur et à mesure, un horrible poison s'insinuait dans ses veines, un poison qui tentait de la convaincre qu'elle était vraiment coupable.

Étrangement, elle sentit quelque chose chez elle qui n'était pas habituel. Ce n'était pas de l'espoir. Ce n'était pas de l'acceptation non plus. De l'agressivité ? Non. Elle essayait de placer des sécurités pour éviter un court circuit. Souvent, le cerveau fait ce genre de chose pour éviter de trop souffrir, notamment lors des chocs d'extreme violence. Bien sûr, c'était le cas de douleur physique, mais des fois, les aléas de l'âme humaine faisaient que cela pouvait s'appliquer à d'autres circonstances.

Elle afficha un regard déterminé. Ses lèvres affichèrent une petite moue de colère. Elle tourna le dos à la fenêtre donnant sur la lune.

- Je suis auprès d'Aizen-sama et je ne crains rien. Ici, je serais plus utile que sur Terre où tout le monde voulait me mettre à l'abri. Ici, j'ai un but.

Elle avala sa salive avant de répliquer.
Elle se fit peur elle-même car elle se demandait ce qu'elle allait provoquer. Cet homme avait l'air d'être calculateur et sain d'esprit. C'est pourquoi, si cela se trouvait, son coup de bluff allait tomber à l'eau.

- Peut-être est-ce facile pour des personnes sans attaches de commencer une nouvelle existence. Je ne parviens pas à oublier si facilement les gens que vous, quand vous avez abandonné Rangiku-chan.

Lors d'une des discussions qu'elle avait eu avec Rangiku, lorsqu'elle l'avait accueilli dans sa maison lors des premières invasions d'arrancar, la plantureuse vice-capitaine et Orihime avaient mis à nu leur coeur et leurs souffrances. Rangiku n'en avait pas beaucoup. Mais parmi elle, il y avait cet homme. Au début, elle n'avait pas fait la relation avec l'homme qu'elle avait devant elle à présent, jusqu'à ce qu'elle se rappelle la description du jeune garçon qu'avait faite Matsumoto. Au fur et à mesure qu'Orihime l'observait, elle s'était rendue compte qu'elle avait cet enfant en face de lui.
Celui qui avait tendu la main à une pauvre gamine mourante, couchée sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]   Sam 14 Nov - 22:03

Elle fit une moue de colère et tourna le dos à la fenêtre. Elle affirma alors être contente de servir Aizen et de ne plus être une jeune fille en détresse. Gin trouva ça plutôt drôle puisqu'en fait elle était encore à l'heure actuelle une jeune fille en détresse. Elle dit ensuite quelque chose d'intéressant, pour la première fois elle se défendait contre lui en utilisant son arme. Elle employa le nom de Rangiku, elle était donc au courant, surement avait-elle parlé avec Matsumoto, elle n'était pas du genre à se taire après avoir bu.

Gin réagis en agrandissant encore son sourire, ce qui ne paraissait pas quelque chose de possible, puis il se mit alors à pousser un petit rire. Il s'approcha alors doucement d'Orihime et une fois devant elle il posa une main sur son épaule et approcha alors sa tête de fouine de la jolie frimousse de la jeune fille. Puis tout en gardant son grand sourire il lui dit alors en en profitant pour plonger son regard à la fois froid et louche dans celui de l'humaine:


- Qui te dis que j'ai été attaché à Rangiku-kun? Qui te dis que les sentiments qu'elle ressent vont dans les deux sens? Tu es aussi naïve qu'elle Orihime, ce n'est pas une question de facilité mais bien d'être capable d'avoir une attache ou non. Si tu veux être capable de servir Aizen, comme tu me l'affirmes, il faudra devenir quelqu'un d'autre, quelqu'un capable de se lier à personne. Je doute que tu en sois réellement capable.

Il s'arrêta et enleva sa main. Il alla vers le mur et le toucha de sa main, tournant le dos à Inoue, il souriait de plus belle, prenant un plaisir malsain dans cette conversation. Puis il reprit alors d'un ton amusé:

- Tu sais, tu dis ne pas vouloir être une fille en détresse, pourtant au fond c'est ce que tu es non? Une fille en détresse et qui a peur, une fille qui regrette et qui aime. Les gens ne changent pas Orihime, et toi tu ne changeras jamais tu seras toujours cette jeune fille fragile qu'Ichigo et les autres devront sauver et un jour ils mourront en essayant, c'est d'ailleurs ce qui arrivera si ils viennent te chercher ici. Car contrairement à la fois où ils ont sauvé Rukia, ils ne trouveront aucun allié ici.

Il ricana, et se tourna vers Orihime, il avait toujours le même air. En effet les paroles pleines de courage d'orihime n'avaient pas marché, utiliser le même jeu que le shinigami exilé ne faisait que lui donner plus d'armes pour attaquer. Il finit alors par dire d'un ton amical et joyeux:

- Mais tu es déterminée à faire des efforts pour au moins essayer de changer n'est-ce pas? Et le meilleur moyen et de te montrer dévouée envers Aisen, hein? Car tu as raison sur un point, il a de grands projets pour toi. Tu sais ton pouvoir est bien plus grand que tu ne l'imagines Inoue.
Revenir en haut Aller en bas
Lilith Yokai

avatar

Féminin
Nombre de messages : 878
Age : 34
Date d'inscription : 10/01/2009

Connaissances
Race: Infernal
Connaissance:

MessageSujet: Re: La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]   Ven 20 Nov - 0:48

L'espoir de remporter un point sur l'ignoble personnage s'était envolé en deux temps, trois mouvements. Elle s'attendait que cet homme à la langue de vipère trouve une parade et cache ses sentiments. La jeune fille s'était fourvoyée en pensant que le Shinigami avait une quelconque sensibilité. Cet homme lui faisait de la peine, même s'il ne le méritait pas. C"était triste d'exister si on n'existait pas pour quelqu'un. A moins qu'il n'existe que pour Aizen-sama, et qu'il voudrait persuader Orihime qu'il était comme elle.
Non. Ca, jamais. Elle ne serait jamais comme cette personne. Elle ne pourrait jamais avoir une nouvelle existence dénuée de sincérité émotive. C'était se renier soi-même. Et elle-même, c'était tout ce qui lui restait.
Elle ne répondit pas au premier discours de cet homme, ni au second. Elle le laissa parler, plongée dans ses réflexions. L'Hueco Mundo était-il si prévisible, au point que Gin disait qu'Ichigo et ses compagnons ne trouveraient jamais d'aide ici ? Une fois de plus, Orihime n'était pas d'accord avec lui. Tout le monde ici n'était pas froid et intéressé par le mal. Il suffisait de penser à Lilinette et à Stark. Eux n'étaient pas comme les autres. Ils se battaient pour se défendre eux, et pas vraiment pour défendre l'intérêt d'un tiers. Du coup, elle n'avait pas renoncé à tout espoir qu'il puisse avoir des alliés ici bas. Il était difficile de penser que tout le monde soit en faveur d'Aizen. Jamais, dans n'immporte quelle nation ou peuplade, la foule suivait à 100% le dirigeant. Et parfois, il suffisait de peu pour renverser les forces.

Voila qu'elle se prenait pour Jeanne d'Arc maintenant !! Elle se dépécha de faire revenir son esprit sur ce que disait GIn. Et elle se décida enfin à répondre.

- Je suis aux ordres d'Aizen-sama à présent.


Ca lui faisait toujours drôle de dire une telle chose. On sentait qu'elle le faisait avec plus ou moins de sincérité. Oui, elle était aux ordres d'Aizen - sama, parce qu'elle le voulait. Elle le voulait...pour survivre, pour s'occuper l'esprit et éviter l'ennui, pour penser à autre chose qu'à son sort et à celui des ses amis. Elle le voulait aussi...pour trouver un moyen de pirater le système de l'intérieur. Mais elle ne savait pas encore comment, et peut-être Gin pourrait l'aider malgré lui.

- Mais...je ne vois pas en quoi mon pouvoir est...si important. Je comprends fort peu moi-même ce dont je suis capable, en quoi il consiste vraiment.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La détresse face à la moquerie [PV Inoue Orihime]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AMV Inoue Orihime
» Nourriture facon Orihime Inoue
» dessins de ichigo02
» Presentation De Inoue Orihime
» Détresse...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Highway :: PREMIERE SAISON-
Sauter vers: