Bleach Highway
Bleach Highway

Forum fermé
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Quand le destin rencontre la trêve [Wonsul]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nataku Araharu
Shinigami Exilé
Shinigami Exilé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 23/10/2009

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Quand le destin rencontre la trêve [Wonsul]   Mar 17 Nov - 0:07

Un Matin.. Flamboyant, n’est-ce pas ? La journée venait déjà de s’emparer des cieux et la jeune femme regretta d’avoir dormi autant. Comme à son habitude, elle se redressa avec vivacité et constata de prime abord que…qu’il n’était plus là. Elle se souvint dans une poussière de seconde qu’il avait dit la quitter avant l’aube. Certainement, oui.. alors il l’avait fait sans la réveiller. Après tout, il avait sans doute pensé à la laisser se reposer, c’était louable de sa part…même si elle aurait aimé voir son si beau visage une dernière fois. Les plis de sa bouche tombèrent formant ainsi une moue triste, et elle rangea les draps du futon sur lequel finalement elle n’avait pas dormi. Ils avaient été tous les deux devant un petit feu…elle avait peigné ses longs cheveux soyeux…tout avait été parfait. Cependant, tout a une fin…et Nataku n’échapperait pas à cette règle… jamais elle ne connaîtrait le véritable bonheur, si ce n’est d’aimer et d’aider autrui. Voilà bien ce dont elle était capable.

D’un geste hésitant elle s’empara du dessin surplombant le bocal et fut émue. Si émue… elle souleva le bocal et admira les traits gravés dans la poussière, trouvant même au dessin une bien meilleure mine. Un fin sourire étira ses lèvres, et heureuse d’avoir à garder ces souvenirs en tête, elle retourna se déshabiller proprement, avant d’utiliser l’eau pour se laver. Elle était glacée, mais il fallait bien prendre soin de ce petit corps menu.
Bien qu’une profonde déception s’était éprise de son âme toute entière, dû simplement au manque cruel de celui qui l’avait poussé à s’élever dans le monde en quelques mots, Nataku n’en était pas moins heureuse et remise sur pied. D’un pas qui se voulait entraînant, elle sortit de son misérable habitacle et se prit à aller travailler dans la partie riche du Rukongai, comme à l’accoutumé.

Ses péripéties devinrent alors bien courtes et sans richesse, elle se mit à passer les jours comme s’il était naturel de manger du pain ou de dormir. Bien sûr, elle chérissait de bien beaux souvenirs, et gardait en tête les paroles de Wonsul en tête. Il ne se passa pas un seul jour sans qu’elle ne pense à lui. Elle était si désolée de ne pas lui avoir montré toute sa volonté, et l’envie de le revoir se faisait de plus en plus présente. Néanmoins, chaque jour que dieu faisait, elle se rendait compte qu’aucun noble comme lui ne l’aiderait ou ne se tiendrait devant sa porte. Il lui arrivait aussi, en plus d’espérer, de comparer certaines personnes de la haute à lui, et commençait à vouer une adoration particulière pour ces seigneurs aux qualités remarquables. Évidemment, la plupart des lieutenants, capitaines, et sièges agissaient de la sorte au Gotei 13, mais Nataku en avait oublié les traits durant son très long séjour dans le rukongai. La roturière, en ayant rencontré Wonsul retrouvait petit à petit sa forme et sa confiance longtemps délaissée derrière elle.

C’était pour lui…..Peut-être était-ce faible de sa part de placer en la personne de Wonsul une raison de vivre, mais elle espérait secrètement le retrouver un jour, afin de lui montrer Raito et ce qu’elle avait été auparavant. Il lui était néanmoins difficile d’agir différemment, surtout lorsque le travail lui accaparait tout son temps. Elle passait près de douze heure par jour à travailler pour le compte de trois nobles, tous chacun différent. La honte s’insinuait en elle tout doucement mais sûrement, dont l’ego souffrait de devoir jouer les domestiques pour le compte de gens qui, jadis n’aurait jamais eu l’audace de lui demander le moindre service. Seulement, elle se retenait d’agir impulsivement, sachant qu’elle avait été rejeté du gotei 13…C’est simple pensée la plongea dans l’amer vérité, comprenant pourquoi elle était déchue, pourquoi elle avait changé. Tout était devenu si compliqué.

Un long mois passa sans une seule visite de son cher ange. Elle demeurait dans sa ridicule demeure, moins glacée qu’auparavant car elle avait acheté plusieurs habits ces temps-ci, mais affreusement esseulée, comme jamais auparavant. En rencontrant Wonsul, elle venait de creuser sa solitude au point d’en souffrir. Mais la jeune femme n’avait strictement aucun droit de lui en vouloir. C’était de sa faute à elle si…elle ressentait ce genre de sentiment…Son regard se porta automatiquement sur le bocal puis le dessin qu’elle avait réussi à encadrer. Enfin.. Elle n’aimait pas spécialement se voir, mais il lui rappelait la finesse et le talent de Wonsul. Elle se demanda d’ailleurs s’il lui arrivait de faire encore des cauchemars.. Légèrement gênée de repenser à ça, elle se redressa et retrouva sa monotonie journalière, à savoir : travailler chez Kojutsu, un homme d’un certain age qui lui laissait la chance de parcourir les livres de son immense bibliothèque en échange de quelques corvées. C’est donc d’un bon pas qu’elle partit de chez elle pour le rejoindre.

Arrivée dans la grande et immense battisse, cette dernière prit la peine de saluer ‘monseigneur’ avant de s’activer. Néanmoins, Kojutsu lui intima de ne faire aucun geste en posant une main sur son poignet. S’ensuivit alors un monologue, lui disant qu’il ne souhaitait plus la voir ainsi, maigrelette et surtout triste. Il avait sans doute compris qu’elle venait de perdre un être cher. Dans sa main, il lui tendit une petite bourse, pour tout ce qu’elle avait fait, sans doute alors avait-il voulu la tester afin de savoir si l’argent avec un quelconque impact sur la demoiselle. …Nataku subsistait avec ou sans argent, ce n’était pas ce dont elle souhaitait posséder. En cela, Kojutsu l’avait parfaitement compris.

Ainsi, la jeune femme fut heureuse, et gratifia mille fois le vieil homme. Deux jours plus tard, elle entreprit de s’acheter un peigne et une barrette…du moins, souhaitait-elle que le tout ressemble à un certain objet qu’elle avait connu la nuit de sa rencontre avec l’ange du désert. Elle portait sur elle un court kimono d’un bleu foncé, au couleur un peu fade, orné de fins filaments roses clairs parcourant ses manches et le bas du vêtement. Elle avait relevé ses cheveux comme à son habitude, en chignon, et marchait doucement, avec une expression de quiétude sur le visage. Oh oui.. elle allait beaucoup mieux. Elle se nourrissait à sa guise -très peu en somme mais comparé à autre fois, c‘est énorme- et travaillait de moins en moins, sans toutefois perdre son maigre sou. Elle en vint alors à faire de fond en comble le marché du Samedi, telle une tornade, recherchant le stand des trousses de toilettes. Elle se savait si pauvre et miserable à coté de personnes si bien vêtues, mais tendait à croire qu'on ne remarquerait pas sa présence. Elle était occupée à chercher sur les petits tables en bois qu’elle ne fit plus attention à rien.. elle voulait retrouver un genre similaire à l’attache de Wonsul….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wonsul d'Ongil
Shinigami de la 6ème division
Shinigami de la 6ème division
avatar

Masculin
Nombre de messages : 70
Date d'inscription : 25/10/2009

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: Quand le destin rencontre la trêve [Wonsul]   Mar 17 Nov - 21:43

Les jours et les semaines s'étaient écoulés depuis leurs première rencontre.Wonsul avait pris ses marques au sein de la 6e division, mais ne se mêlait pas réellement aux autres, favorisant la solitude et le crayonnage. Parfois il se complaisait sur le toit en observant par delà les toitures, le Rukongai qui s'étalait vers l'horizon, se demandant où pouvait bien être cette femme avec qui il avait partagé son repas. Avec toutes ses activités et les rares moments de repos, Wonsul n'avait pu y retourner, ni même aller se reposer en sa propre demeure. Enfin en ce jour, c'était tout autre. En effet, le jeune shinigami avait enfin obtenu un jour de congé et avait donc pu se détendre en ses quartiers privés. Il avait pu savourer la tiédeur de ses draps et le confort de sa demeure... Durant la nuit, alors que ses yeux sombraient peu à peu dans les limbes, il pouvait presque entendre la voix de tout ceux qui avaient former le clan auquel il appartenait.... mais ce n'était qu'illusion..il était désormais seul. L'héritier et unique D'Ongil.

Refusant que ce nom s'éteigne avec lui, Wonsul avait passé trois années durant afin de réunit un personnel, afin de maintenir la maisonnée, et ainsi garder un statut honorable. Mais cette demeure était pour lui un rappel constant des fait...il n'avait jamais pu retrouver la force de pénétrer dans la chambre de Pyong comme il n'avait jamais fini son portrait. Ce dernier était entreposer non loin de sa propre couche.. un visage à demi achevé, n'attendant que le peintre le termine.

Ce matin donc, le shinigami était vêtu d'un kimono de couleur pâle sur lequel était brodé un magnifique dragon, qui n'était pas sans rappeler l'emblème de sa famille. Ses cheveux étaient parfaitement maintenu par le peigne noir, une mèche contournant son oeil gauche. Au dehors, il ne faisait point froid et le vent était plus doux que la veille. Un automne peu mordant en somme. C'était jour de marché qui plus est, et Wonsul avait demander à sa vieille suivante, Kewil, d'en profiter pour faire des provisions. Kewil, était tout comme lui, une survivante de cette nuit...Elle avait vu naitre et grandir Pyong, ainsi que le jeune Yongil et connaissait parfaitement ce qui avait lié son jeune maître actuel à l'héritière. Pas une seule fois elle ne les avait juger ni même condamné. Wonsul quand à lui décida quelques instants plus tard de se mêler à la foule, délaissant Ghanima, reposant sur son socle non loin de son lit. Certains reconnaissant son rang le saluait tandis que d'autres l'ignoraient, alors que tout son aspect n'était qu'indifférence et calme. Ces quartiers riches était de loin les plus sûres, et l'on pouvait aisément croiser plus noble que soit, ce qui était le cas de notre shinigami.


Ses pas étaient lents et sans réel but, alors que ses yeux glissaient sur la surface des divers étalages. La voix des marchants martelaient son esprit, afin de promouvoir leurs produits, mais aucuns d'eux ne lui produisait de l'intérêt. Il n'avait besoin de rien en vérité, si ce n'est cette vengeance.... Soudain, Wonsul stoppa son avancée, observant un petit garçon qui tentait vainement de vendre ses essaies et esquisses. Le jeune shinigami se rapprocha de lui et s'accroupi, tout en ramenant une mèche derrière son épaule gauche avec un mouvement contrôlé et élégant. Son regard clair et expert gratifia un peu les dessins puis reporta son attention sur l'enfant qui semblait tout à coup, immobile et silencieux. Son apparence n'était pas des plus soigné, et il était étonnant de voir qu'il avait pu s'aventurer ici...tout comme lui jadis. Les doigts de Wonsul attrapèrent une esquisse et la retravailla avec son propre crayon, puis stipula d'une voix neutre :


- Tu devrais faire plus attentions aux détails. Ne te précipite pas dans tes tracés. Prends le temps d'observer.

Ses mots achevé, le noble tendit le dessin à nouveau à l'enfant et ce dernier écarquilla son regard sous le résultat. Avant même qu'il ait pu dire quoique ce fut, Wonsul lui glissa dans la main quelques sous, qui ne pouvait être qu'aux yeux du gosse qu'un trésor inestimable. Le shinigami se redressa sur ses jambes puis disparut au milieu de la foule, sans plus de mot s que cela. S'enfonçant encore plus loin, observant sans plus que cela les présentoirs, il crut ressentir quelque chose de familier, une essence qu'il avait croisé il n'y avait point si longtemps. Ses yeux d'azure bifurquèrent sur les étalages de droites et observa une silhouette fine et petite, des cheveux soigneusement attachés en chignon...

* Nataku*

Le 4e siège s'approcha à alors par derrière puis observa tranquillement Nataku qui en effet semblait chercher une épingle. Il y en avait tout un choix, et elle semblait hésiter. De lui même, il parcourut d'un simple regard les peignes et épingles...puis en décela une en bois travailler et sculpté, représentant un fleur, fier et à la fois douce, tout comme l'était cette jeune femme. Il s'en empara avec délicatesse et la présenta au regard de Nataku, qui n'avait point encore perçut sa présence.

- Celle ci te conviendrais ? Nataku.

Le ton qu'il employa était certes neutre, mais dépourvut de froideur, tandis qu'il lui présentait un visage doux et impassible.


Dernière édition par Wonsul d'Ongil le Ven 27 Nov - 3:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-rpg.frbb.net/forum.htm
Nataku Araharu
Shinigami Exilé
Shinigami Exilé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 23/10/2009

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: Quand le destin rencontre la trêve [Wonsul]   Sam 21 Nov - 2:26

Elle était toujours devant le stand, vraiment indécise. C’en était assez pénible et frustrant de ne pas trouver l’objet de ses désirs… après tout il lui fallait un souvenir de cet homme au regard si troublant…un souvenir qu’elle pouvait regarder à loisir, un souvenir qu’elle attacherait dans ses cheveux, comme lui. Il était devenu en quelque sorte…une entité.. Honorable. Et l’honneur, il n’y avait que cela de vrai…honnêteté, grâce, respect. D’un regard plus approfondi, elle fut attirée par une barrette sombre, très jolie…Elle gardait son regard fixé dessus, néanmoins elle voulait s’assurer de mieux… C’est pourquoi elle fouilla des yeux comme des mains dans une botte de foin, et sentit une odeur, extrêmement familière, tout à son coté. Son cœur manqua un battement et une voix alors s’éleva dans l’air, la figeant sur place, les yeux hagards et immenses.

C’était un rêve, une hallucination, une illusion, une chimère. Elle n’avait pas encore regardé d’où provenait cette voix qu’elle avait peur, très peur même, d’être atteinte d’une quelconque pathologie parce que tout simplement l’homme en question lui manquait. Et pourtant…Sa tête pivota très lentement dans sa direction, déposant d’abord soigneusement son regard sur l’épingle, qui l’avait le plus attirée, puis remonta le chemin langoureux pour venir les planter dans les yeux de son interlocuteur. Une bouffée de chaleur lui monta à la tête et elle dut se contenir du mieux qu’elle put pour ne pas tomber. Ses jambes rendues flageolantes, et son maintien fragile, elle resta ébahie et inerte devant.. Lui. C’était impossible !

Nataku ne le lâcha pas d’un seul regard, ses mirettes chatoyantes se fondant dans ceux du ciel de Wonsul et un sourire vint s’épanouir sur son visage, sans qu’elle ne puisse rien contrôler. S’il avait été possible de le faire, elle se serait réfugiée dans ses bras, s’y lover avec amour, avant de marteler sa poitrine d’une petite pluie de coup de poing pour l’avoir tant faire attendre. Mais non.. Ce n’était qu’une connaissance parmi tant d’autre, la plus belle de sa vie certes, mais aussi la plus difficile à cerner et à attirer. Ce fut trop long… Encore heureux qu’il ne l’avait pas fait attendre un an ou elle aurait fini par le chercher. Car, Nataku souhaitait retrouver le Gotei 13, c’était décidé. Elle venait de réaliser que malgré son malheur, les chances pouvaient se retrouver de son coté. Il lui fallait d’abord retrouver son agresseur, autrement dit celui qui avait eu le scrupule de la contrôler mentalement, avant de formuler son vœux de revenir dans le Gotei 13. En outre, elle allait chercher la preuve tangible qu’elle avait été manipulée, donc innocente depuis le début.
Elle tenta d’entrouvrir ses lèvres pour laisser échapper quelques mots, voulant exprimer ainsi toute sa joie et l’accord même de posséder cette épingle mais.. Demeura muette, trop surprise finalement. Sans pouvoir se retenir, des larmes brouillèrent sa vie, et allèrent bientôt quitter le rebord de ses yeux quand elle les essuya avec une rapidité déconcertante, refusant d’afficher une telle fragilité émotionnelle devant autrui.
Surtout qu’elle se retrouvait en plein marché avec.. Lui. Elle ne put alors lâcher qu’un seul mot… doux et éphémère à la fois :

- Wonsul…

Pourquoi ne pouvait-elle pas se réfugier dans ses bras… il était encore plus beau que dans ses souvenirs, c’était injuste de ne pouvoir sentir cette chaleur si agréable émanant de sa O précieuse personne. S’éclaircissant la voix, parce qu’il lui fallut tout de même répondre à sa question douce et adorable, elle déclara sur un ton qui se voulut ferme, et parut malheureusement faible :

- Celui-là me va à merveille.

A dire vrai, elle ne voulait même pas connaître la raison de sa présence en ces lieux, ne souhaitant d’une l’offenser, et surtout ne pas le perdre. Donc, elle lui offrit, une fois n’est pas coutume, son plus beau sourire, sans doute bien plus serein et joyeux que celui d’il y avait un mois, et sortit les sous de sa poche. Elle attrapa rapidement l’épingle et paya en vitesse le monsieur. Si Wonsul se mettait à payer à sa place, elle serait bien embarrassée, et cette fois-ci, ce serait intolérable. En outre, il fallait bien vider un peu sa bourse, n’est-ce pas ? Après cela elle revint rapide comme colibri vers lui et fut outragée par sa propre attitude :

- Mince, vous vouliez que je vous achète quelque chose ?

Il lui avait bien payé des courses l’autre fois, et si celle-ci pouvait se faire rembourser… Un demi sourire coquin vint étirer ses lèvres, très intéressée par l’idée de le rembourser. Mais comment ?

- Wonsul, je suis heureuse de vous revoir. Vraiment ...

Le problème en fait était qu’elle ne savait pas par ou commencer.. Parler du dessin? De son zanpakuto ? De lui ? De sa présence ici ? Elle était bien ignorante de savoir s’il venait au marché aussi peu qu’elle…Elle baissa la tête, tellement déçue par elle-même…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wonsul d'Ongil
Shinigami de la 6ème division
Shinigami de la 6ème division
avatar

Masculin
Nombre de messages : 70
Date d'inscription : 25/10/2009

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: Quand le destin rencontre la trêve [Wonsul]   Dim 22 Nov - 21:41

Wonsul n'avait proférer nulle parole envers Nataku qui semblait s'animer soudain sous ses yeux, alors qu'elle l'avait enfin reconnut. Même s'il ne l'affichait point, le shinigami souriait intérieurement de la voir si bien portante. Elle semblant plus sûr d'elle et surtout en bien meilleurs forme qu'il y a deux mois de cela. Le jeune noble la laissa payer son due, car il subodorait qu'elle 'accepterait point son aide pour cela. En effet, cela serait sans doute, sujet fort bien mal interprété. Arborant ce visage si habituellement calme et impassible, Wonsul s'écarta un peu de l'étalage et inclina légèrement et poliment du chef tout en proférant envers Nataku :

- Je vois que tu ne m'as point oublié, Nataku-chan, et la place m'est heureuse que de te revoir à nouveau. Je n'ai point eut le temps de te remercier pour m'avoir coiffé et m'avoir permit de me reposer sous ton toit.

Le ton employé était certes quelque peu indifférente, mais douce. Pour la jeune femme cela lui semblerait certainement un peu plus étrange que de le voir sans son uniforme et il fallait l'avoué, le shinigami n'était pas toujours enclin de quitter sa demeure, un jour de marché. Non en réalité il avait toujours préférer la solitude, et donc fuyait ce genre d'évènement. Mais pour une fois, il avait eu envie de briser cette habitude, et bien lui en avait prit, puisqu'il la rencontrait à nouveau. Le noble ne saurait dire pourquoi cependant... pourquoi Nataku depuis ce fameux jour, l'attirait. Était ce pour cette force qu'il avait ressentit en elle... cette volonté ou bien cette ressemblance entre son passé et son présent à elle. Sans doute le tout. La jeune femme L'observait de ses yeux noisettes et lui quémanda s'il avait besoin de quelque chose, puis se ravisa en lui exprimant avec une certaine gène, qu'elle était ravis de le revoir. Mais ce qui déplut à Wonsul, ce fut le fait, qu'elle déclina son beau visage.

- Je ne désire rien en particulier Nataku Chan, si ce n'est que vous redressiez votre visage envers moi. Suis je un être si dépourvut d'attraits harmonieux pour que vous me boudiez ainsi?

Bien entendu cette phrase n'avait pour bute que de faire réagir la jeune femme, alors qu'il n'attendit aucune réelle réponse de sa part. De sa main droite il s'empara délicatement de la pince que venait d'acheter Nataku d'entre ses doigts, puisse pencha un peu plus en avant, profitant de cette tête encore inclinée. Son kimono clair se froissa sous le mouvement, tandis qu'habilement il planta l'épingle de manière à valorisé sa coiffe. Ce faisant, le jeune noble ne prêta guère attention aux divers nobliaux qui venaient à passé, estiment dégradant, le fait qu'un noble puisse faire une telle action envers sa servante. Du moins c'est ce qu'ils interprétaient, sous l'indifférence affiché de Wonsul.
Il s'éloigna enfin, n'affichant rien de moins qu'un regard clair et calme. Ses longs cheveux impeccablement lier par son le peigne sombre et noble, tomobaient le long de son dos tout en soulignant d'une mèche son oeil gauche. Ses bras pendaient à nouveau le long de son corps, Son flanc gauche était dépourvu de son zanpakutoh et pourtant ce dernier se manifestait encore et toujours en son esprit. Parcourant les dunes, sous un soleil de plomb et un ciel bleu.

Le noble semblait contempler Nataku sous son silence, ignorant le mouvement de la foule et les cris des badauds. Avait elle décider d'avancer, pour être dans ces quartiers ci... Avait elle trouver un quelconque travail. A en juger par sa bourse il pouvait en déduire que oui. Peu être venait elle de faire un pas afin de le rejoindre lui. De sa voix monocorde il lui demanda donc :


- Que fais tu par ici dis moi? Tu es bien loin du district où nous nous sommes rencontré.

Ce n'était en aucun cas un reproche, mais une simple curiosité. De plus contrairement à la dernière fois, il avait pleinement sa journée, et rien de prévu, si ce n'est d'être présent le soir même en sa demeure pour rassurer ses gens. Il était le seul et unique D'Ongil et de ce fait, ses serviteurs et surtout..Kewil, s'inquiétaient de manière constante pour son existence. De plus les autres maisons n'avaient de cesse que d'être attentif à ses choix et à ses actions. Faisant abstraction de tout ceci, Wonsul éprouvait pour l'instant une joie silencieuse que de revoir celle qu'il avait tenue contre lui, afin de la réchauffer et avec qui il avait partager son repas.Non vraiment, il ne voulait point qu'elle dépense le peu qu'elle avait pour lui offrir quoi que ce fut. Sa seule présence lui suffisait. Chose qu'il ne comprenait que partiellement, car rien ne semblait lui faire oublier ce visage.... celui qui lui fut volé par le passé avec brusquerie....pendant un instant, en son regard passa une ombre qui s'évapora rapidement.


Dernière édition par Wonsul d'Ongil le Ven 27 Nov - 3:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-rpg.frbb.net/forum.htm
Nataku Araharu
Shinigami Exilé
Shinigami Exilé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 23/10/2009

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: Quand le destin rencontre la trêve [Wonsul]   Mer 25 Nov - 1:09

L’oublier ? Elle aurait pu s’étouffer sous son dire. Avait-il au moins conscience qu’elle le considérait comme …un tout ?! L’oublier alors qu’il lui avait ouvert les yeux, alors qu’il l’avait aidé, dont les manières étaient absolument exquises.. L’oublier, lui… alors qu’elle l’avait embrassé pendant qu’il dormait paisiblement... Sérieusement, elle aurait aimé lui dire véhément qu’il était devenu tout à ses yeux. Mais elle ne put que s’abstenir sous le poids de la grâce de cet homme.. Wonsul. C’était à elle de le remercier, mille fois même de tout ce qu’il lui avait apporté. C‘était à lui d‘oublier la pauvre Nataku Araharu. Mon dieu quand elle avait entendu le terme « oublier », elle avait failli échouer dans ses bras et pleurer ses sentiments. Sa gentillesse la touchait tellement. Il jouait involontairement avec sa sensibilité.. Ainsi ses dires l’obligeait presque à garder son visage fixé au sol pour se cacher de lui, dissimulant sa rougeur, son embarras….Après tout Nataku n’était pas aussi forte qu’elle aurait aimé le prétendre. Le rukongai avait laissé quelques cicatrices dans son cœur ; son âme.

La remarque qui suivit la première fit très rapidement lever le visage de Nataku qui ne souriait pas, et semblait ô combien confuse qu’il puisse penser ainsi. Quelle idiote après tout, elle lui faisait croire l’inverse. Il était beau, plus beau qu’un ange, aussi doux que le vent et chaleureux que le soleil, mais le regarder dans les yeux la perturbait parce qu’elle était a…Ses yeux échouèrent de nouveau sur la poitrine de l’homme, bien incapable de planter ses prunelles dans les siennes, d’un si limpide lapis lazuli. Mais elle ne baisserait plus la tête à l’avenir afin de ne pas offusquer Wonsul, qui par miracle était tout de même présent. Elle ne s’y était pas du tout attendu alors autant profiter du mieux qu’elle put de sa si désirable personne.

Finalement sa tête se remit à décliner une nouvelle fois - c‘était trop dur pour elle-, car prise par habitude. La joue empourprée, elle sentit un mouvement au dessus d’elle, une approche qui provoqua un peu plus l’échauffement de son corps. Elle sentit ses longs doigts retenir ses cheveux avant de planter la jolie épingle qu’elle s’était achetée, sous le conseil du shinigami. Le geste en lui-même pouvait paraître anodin, mais pour Nataku, cela la comblait de joie. Bien sûr, elle entrevit rapidement quelques œillades de la part de certains bourgeois, des regards circonspects de la part de couple, mais elle se résolut à accepter le fait que Wonsul veuille bien s’occuper d’elle alors qu’elle ne méritait pas tant de faveur. Au fin fond d’elle, tout ce qu’il entreprenait de faire la bouleversait…et en même temps, lui plaisait. La seule action de sa part qui lui avait brisé le cœur avait été le jour où il était parti pour retrouver sa division. Le jour où elle avait tellement pleuré…sans quoi elle ne pouvait rien faire.

Son regard glissa de nouveau sur le visage aux doux traits du jeune homme et elle tenta un timide sourire, rehaussant un peu son épaule de droite tout en penchant la tête comme pour marquer sa gêne. Et d’ailleurs, en l’observant, elle put remarquer qu’il partait vers des pensées brumeuses, après avoir posé une question qui lui donnait la possibilité de changer de sujet. Non parce que se faire peigner par lui, n’était pas sans la troubler, vraiment. Seulement, pourquoi un moment donné elle crut déceler une pointe de tristesse dans son regard…Peut-être interprétait-elle tout ceci à sa façon.


- Wonsul, … Je suis ici…parce que ..j’ai durement travaillé ces temps ci pour devenir plus forte et plus indépendante. Je souhaiterai vivre ici afin de ne plus me faire honte.. À moi et à vous…laissa-t-elle échapper dans une note inaudible. Elle se reprit…j’ai réussi à obtenir une bonne petite somme et…excepté l’économiser, j’aimerai en dépenser une partie. J’aime certes profiter des bonnes choses tels que paresser dans la nature ou d’écouter le chant des animaux…Seulement, comme je n’en ai jamais le temps, je viens prendre deux trois babioles significatives à mes yeux.

Elle n’allait pas lui dire que le gentil vieil homme qui avait bien voulu lui offrir cet argent allait bientôt rendre l’âme dû à une sérieuse maladie. La question qui se posait était.. Après la mort sur terre…que deviendrait-il suite à la mort à la Soul Society .. ?
Elle s’était mise à marcher très lentement afin qu’il suive la cadence, l‘invitant à le suivre et non à l‘obliger. C’était certes mal vu de sa part, seulement, elle avait en tête l’idée de lui acheter quelque chose. Alors elle déclara, un doigt sur ses petites lèvres :


- Et vous, très cher Wonsul.. Dites moi… Je ne vous imaginai pas venir au marché, quand bien même je suis mille fois heureuse de vous retrouver,… Mais.. Vous cherchiez quelque chose en particulier ? Peut-être vous faut-il un peigne.. Oui un peigne…Son regard se pencha sur ces longs cheveux clairs d’un blond sableux, finement peignés et se rendit compte de son énorme toupet…Elle renchérit alors, passant devant plusieurs stand aux marchandises très variées. Euh.. Que dis-je…peut-être souhaitez-vous.. Une écharpe… des boucles d’oreilles…Pour un homme ? Elle ferait mieux de se bannir à jamais et de se retrouver sous le sol, loin de lui. … Du parfum…Une babiole ? Laissez moi vous offrir et vous remercier encore et toujours ce que vous m’avez offert, Wonsul…avait-elle fini de dire accompagnant ses dires d'un sourire amusé…le tout premier qu’elle avait envie d’offrir à autrui. Et pas à n’importe qui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wonsul d'Ongil
Shinigami de la 6ème division
Shinigami de la 6ème division
avatar

Masculin
Nombre de messages : 70
Date d'inscription : 25/10/2009

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: Quand le destin rencontre la trêve [Wonsul]   Mer 25 Nov - 19:16


Wonsul gardait un visage paisible devant le petit sourire que lui offrit Nataku. Ses yeux clairs observait en elle , cette gène qu'elle semblait sans cesse éprouver quand il lui adressait simplement quelques mots. En vérité, lui il ressentait juste un certain plaisir de la voir... Des babioles significatives, avait elle proféré. C'était là une chose bine paradoxale, car une chose inutile, ne pouvait être chère à soi même... Cependant le jeune noble ne le releva point verbalement et se contenta d'avancer un peu plus loin sur le marché en sa compagnie. En son silence, Nataku poursuivait à lui expliquer ce qu'elle était venue faire par ici, tout en lui posant une soudaine question. En temps ordinaire, notre 4e siège n'aurait point répondu, mais il appréciait sa compagnie si spontanée.. chose que lui même n'était point. De sa voix sobre,il tourna son visage impassible en sa direction, tout en évitent un passant ma foi fort pressé, et richement vêtue:

- Il n'est point si étrange que de me voir en ce lieu Nataku-Chan. Ma demeure est à quelques minutes de là. Cependant il est vrai que j'y viens peu.

Wonsul n'avait jamais été un partisan du bain de foule, surtout un jour de marcher, mais il désirait en effet trouver quelque chose. Une chose qu'il avait perdu il y avait de cela quatre ans. En effet, si l'on observait à lobe de son oreille droite, on constatait un trou, précieusement préservé afin qu'il ne se rebouche pas. Dans un sens il était étrange qu'il ne porta point de boucle d'oreille, plutôt que de s'évertuer à le maintenir. Mais en vérité, depuis que notre shinigami avait briser le cadeau que lui avait offert Yongil, il n'arrivait pas à trouver un anneau convainquant. C'était peut être l'occasion pour enfin trouver l'objet de ses désires, alors que ses yeux observaient attentivement chaque étalages qui se trouvaient sur leurs route. A ses côtés la jeune femme semblait réellement désireuse de lui offrir quelque chose à son tour.. Sans doute pour le remercier, mais lui n'aimait pas tellement qu'elle débourse le peu qu'elle possédait. Elle en avait bien plus besoin que lui et il le savait pertinemment.

Oui mais là encore, son esprit cartésien dénotait aussi que s'il refusait, il ne ferait de l'offusquer et cela il ne le désirait point. Aussi, alors que son regard se fixa enfin sur un présentoir particulier, Wonsul lui dit encore :


- Soit, je recherche un anneau en or gris qui forme un croissant de lune.

sa voix bien que monocorde, semblait un peu plus éloigné alors qu'il s'était rapprocher de l'étalage qui avait attiré son attention et glissa un regard attentif aux différentes choses qui s'y trouvaient, notamment les boucles d'oreilles. Ses doigts les frôlèrent un instant, puis se stoppèrent sur une boucle certes simple mais exactement de la forme qu'il désirait... Au premier regard ce n'était pas là de l'argent mais bel et bien de l'or gris. Wonsul resta un instant pensif, alors que son regard s'égara un court moment dans les réminiscence de son passé... revoyant son jeune frère lui présenter pour son anniversaire cette même boucle. Jamais il ne reverrait son sourire... un air noble cependant peint sur le visage, planter sur ses petites jambes, ses yeux sombre planter en les siens.

C'était un jour faste, mais qui ne serait plus...et de tout le présent qu'il avait reçut, il avait toujours tenu à cet objet si simple comme envers le peigne qu'il portait en sa chevelure. Mais il l'avait brisé alors qu'il s'était confronter à un élève lors d'un entrainement réel à l'académie. Il avait toujours garder précieusement la boucle avec lui... Et revêtir une autre boucle, même identique lui semblait presque comme un sacrilège.

D'un battement de cils il chassa ses pensées, et son regard reprit cet aspect totalement neutre, sous ses traits juvéniles et insondable, laissant le vent soulever un peu ses longs cheveux en son dos, cachant à demi le dragon qui ornait son kimono. De sa main droite il soutira d'une poche intérieur dans lequel était loger son petit carnet à croquis, et en retira un petit mouchoir, là ou se trouvait cette fameuse boucle couper en deux, de manière nette. Puis il la présenta au vendeur, qui paraissait être l'artisan de ses ventes :


- Sauriez vous reformer cette boucle?

L'homme observa l'objet d'un oeil expert, puis entreprit de le prendre entre ses doigts, non sans demander la permission afin de mieux juger le travail... puis jugea verbalement que cela était faisable et qu'il n'en coûterait point grand chose, car la boucle n'était que sectionné. Il n'y aurait pas une marque....A cela Wonsul acquiesça, et l'homme se détourna de nos deux protagonistes afin de faire le travail, qui parait-il ne durerait que quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-rpg.frbb.net/forum.htm
Nataku Araharu
Shinigami Exilé
Shinigami Exilé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 23/10/2009

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: Quand le destin rencontre la trêve [Wonsul]   Lun 30 Nov - 3:14

Elle était contente. Contente qu’il approuve, qu’il accepte son offre, un peu audacieuse peut-être, mais au final, c’en revenait à du donnant donnant. Et personnellement, elle avait le droit et qui plus est à la possibilité de lui payer une petite babiole. Néanmoins, il mit un petit temps pour trouver ce qu’il voulait posséder. Et ce n’était certainement pas un objet sans utilité ou un autre peigne. D’autre part, le fait tout simple de l’appeler par Nataku-Chan empourprait systématiquement ses joues, rien de tel pour la trahir, elle et ses sentiments.
Elle fut surprise qu’il cherche une boucle d’oreille finalement, mais ce n’était pas pour la déranger. Elle le trouverait encore plus efféminé qu’à l’accoutumé, et il serait encore plus beau. Malheur, allait-elle pouvoir se retenir ? Oui.. Sans doute pour de longues années, du moins elle était obligée. Enfin il n’avait pas à savoir ce qu’elle ressentait. Comment s’intéresser à elle franchement ?
Il était vrai que plusieurs hommes sans manières la draguaient ouvertement, et allaient jusqu’à la toucher sans son consentement mais soit on la défendait…soit ses pouvoirs ressortaient tout naturellement…Et depuis quelques jours, elle reprenait contact avec Raito. Elle était heureuse…car elle ne se sentait plus seule. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle sa vie reprenait souffle. Le fait même que le gentil vieil homme ait accepté de l’aider financièrement parlant, ne pouvait que … l’amener à aimer la vie de plus belle.
Et qui retrouvait-elle sur le marché ? Que de bonnes surprises après avoir passé le cap de la tragédie.

La jeune femme le vit s’affairer avec un marchand. Mais il ne semblait pas être très connu ici… Lui qui disait habiter dans le coin, c’était étrange. Peut-être parce qu’il se faisait tout simplement discret ? Ça devait être ça. En tous cas, son calme olympien apaisait nettement la jeune femme, qui de toute façon, se sentait relativement à ses aises aujourd’hui. Il était vraiment adorable, et la question se posait : Avait-il quelque un ? Elle n’osait y repenser finalement, et s’en remit au temps. Patient et souverain. Elle attendrait le temps que ce bijoutier s’occupe de la commande de Wonsul.

- Je n’aurai pas cru que c’était ce dont vous cherchiez. N’est-il pas trop difficile de vous balader sans Ghanima ?

Bien sur, elle se souvenait du nom de son zanpakuto. Nataku n’avait oublié la moindre bribe d’information le concernant. De plus, l’envie irrémédiable de lui montrer Raito la poussait presque à agir sans réfléchir. Seulement, elle ne pouvait décemment pas le montrer en lieu public. Mais elle semblait si fière de son compagnon. La foule passait sans les voir.. ce n’était pas pour déranger la jeune fille qui n’avait pas vraiment sa place en ces lieux. Mais d’avoir à son coté un noble lui permettait de subsister un peu plus. Et même sans, elle commençait à blâmer sa condition de roturière.

- Je ne vais pas pouvoir rester longtemps, messire…

Elle se demanda combien coûterait la petite opération demandée par Wonsul, afin de savoir si elle avait assez.
Et d’ailleurs, ce dernier eut fini, et le signala auprès de Wonsul. La somme fut tout indiquée aussi, et elle jeta rapidement un œil pour comptabiliser, avant de donner la somme demandée. Contente, il lui restait encore une bonne moitié de sa petite bourse. Son visage se tourna vers son ..quoi ? Ami ? Simple connaissance ? Rêve ? Elle en rougissait sans baisser la tête toutefois. Un grand sourire s’afficha et ses yeux se fermèrent même pour ponctuer le geste.

Après quoi, elle s’inclina rapidement, et proposa :

- Je dois me rendre de nouveau à la bibliothèque, j’ai promis de retrouver .. de veiller sur quelqu’un. J’aurai beaucoup apprécié voir votre demeure, elle doit être magnifique, à n’en point douter. Merci de votre présence, Wonsul…Vous ne savez pas combien elle me fait du bien

Il était hors de question de le réinviter chez elle, ce serait une honte. Ferme et décidée, elle se recula un peu, ne souhaitant pas lui faire dos desuite, ce serait un manque de respect profond, avant de le quitter définitivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wonsul d'Ongil
Shinigami de la 6ème division
Shinigami de la 6ème division
avatar

Masculin
Nombre de messages : 70
Date d'inscription : 25/10/2009

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: Quand le destin rencontre la trêve [Wonsul]   Mer 2 Déc - 13:47


Alors que l'artisan s'évertuait à remplir sa tache, Wonsul porta son regard clair sur Nataku, qui l'observait en silence. Ce n'était en rien désagréable, mais cela attisa sa curiosité. Curiosité qui fut rapidement comblé car, le noble n'eut point à demander le pourquoi d'une telle contemplation, que la jeune femme avait déjà entrouverte ses lèvres pour lui faire part de son étonnement. Il est vrai qu'il ne portait point Ghanima en son flanc, mais que pouvait il craindre en ce lieu. C'était une preuve de confiance en soi un peu désinvolte, mais n'oublions point le jeune âge de Wonsul.... Il n'appréciait pas par fierté qu'on sous estime ses capacité, même sans zanpakutoh. Affichant un visage des plus calme cependant, notre quatrième siège lui répondit sur un ton fort simple :

- Certes non, car même si je ne la porte pas, je sais qu'elle est toujours avec moi. Tant que nous comprenons tout deux l'hadhdhab. De plus il est n'est guère séant pour un seigneur de toujours se présenter armé au sein du peuple. Du moins à mon sens, c'est faire preuve d'agressivité.

Après cela le jeune noble garda un certain silence, patientant tranquillement que l'artisan est terminé sa commande, tandis que Nataku semblait un peu plus ennuyer que d'ordinaire...Cela ne passa point inaperçu pour Wonsul qui fronça un court instant les sourcils alors qu'elle lui avoua qu'elle devait se retirer sous peu. Même si cela ne s'affichait pas ouvertement sur son visage, le shinigami en éprouva une forme de déception. En ce moment il lui était rare d'avoir des moment si agréable..oui mais éphémère comme toujours. En effet cela faisait un mois qu'il était sous la pression de la famille Shizunara, qui désirait le lier à leurs fille unique Kohare. Comme il se devait, et comme l'aurait sans nul doute imposer son défunt père, le noble avait accepter les premiers usages des rencontres officielles....sachant qu'en plus il se devait de travailler avec Kohare au sein d'une même division et ce à un siège près. Leurs débuts n'étaient point très heureux..du moins ils étaient conflictuels. En effet, leurs caractères étaient bien trop différents. L'un était aussi calme qu'un lac, tandis que l'autre était aussi explosif qu'un volcan en plein éveil...

A dire vrai ce n'était pas réellement le seul point. Notre 4e siège était du genre stratégique et optimisait ses attaques, tandis que Kohare était bien plus agressive et impulsive...après tout elle venait de la 11e Division. Cependant, le noble la respectait, et ne cherchait pas querelle lorsqu'ils étaient en service, encore moins en présence de Kuchiki Taisho. Pourtant, entre deux couloirs il n'était pas rare d'entendre la jeune héritière des Shizunara, le taquiner en l'affublant d'un surnom ridicule...et de n'entendre qu'un silence qui en disait long de la part de Wonsul qui au fond de lui même en éprouvait de la frustration.Passant cela, le dernier des D'ongil ne releva point l'affirmation de Nataku, qui payait donc l'artisan qui s'en était revenu avec l'oeuvre accomplie... Des ses doigts habiles, le noble s'empara de la boucle et la plaça directement à son oreille gauche. Le poids en son lobe le surprit un peu, car il en avait perdu l'habitude, mais n'en fit rien paraître alors qu'il salua d'un mouvement du chef l'homme pour son travail. Puis il tourna à nouveau son attention sur la jeune femme qui semblait s'empêtrer dans ses excuses...pour prendre congé. Ceci le fit sourire intérieurement, alors qu'il lui répondit de sa voix calme et insondable :

- Tu mens bien mal Nataku-Chan, et notre rencontre fut bien trop courte pour que je souhaite réellement votre départ. Accepterais tu de suivre un seigneur en sa demeure pour converser encore un peu? Puisque tu sembles tant désirez connaître mon domaine.

Proférant cela, Wonsul avait plaqué son regard clair et serein dans celui de la jeune femme, tout en affichant un visage tout à fait impassible et doux. son invitation n'était en rien une obligation, mais dans le fond il espérait qu'elle ne refuserait point. D'ailleurs pourquoi ce genre de sentiment étrangement? lui qui n'acceptait que la solitude et accomplir son rêve. Oui mais Nataku était un tel rappel de son passé, qu'il ne pouvait empêcher d'être protecteur envers cette femme. Le silence s'installa un peu entre eux, laissant le brouhaha de la foule envahir ce vide. Nataku s'était un peu éloigné de lui, tendis qu'il gardait une posture impassible, noble mais nullement provocante ou dédaigneuse, sous son habit clair, arborant toujours ce symbole si représentatif de sa maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-rpg.frbb.net/forum.htm
Nataku Araharu
Shinigami Exilé
Shinigami Exilé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 23/10/2009

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: Quand le destin rencontre la trêve [Wonsul]   Dim 6 Déc - 22:22

Effectivement la boucle d’oreille lui allait à ravir, et cela contentait amplement la jeune femme qui n’avait encore jamais fait face à un homme aussi beau, et droit, quoique nonchalant. Enfin, ce n’était pas pour rien qu’elle prenait la fuite, au moins, ses joues ne brûleraient pas en sa compagnie, et il ne verrait pas le trouble qu’il lui causait. Mais elle bénissait cette journée, pour avoir au moins vu son ange salvateur, celui pour qui elle avait décidé de vivre. Elle ne s’était alors pas attendu à ce que Wonsul la retienne de par ses mots, qui au début la surprirent. Bien que finalement, il était vrai qu’elle ne savait pas mentir, elle ne savait ni voler et encore moins faire du mal… Alors… que faisait-elle encore ici, au Rukongai ? Ce n’était pas sa place…

Enfin le reste de ses mots la touchèrent plus que nécessaire et ses yeux se mirent à briller, du fait qu’il avouait apprécier sa présence. C’était vrai ? Elle aussi.. Plus qu’il ne le croyait. Mais le lui dire aurait été familier, et comme elle ne voulait pas lui semblait malpolie, elle se retint. Enfin, il y avait bien des manières de dire à un homme tout le plaisir qu’il égayait. Seulement, Wonsul était si rare…Et puis les sentiments jouaient sur tout ceci.
Enfin, elle tentait tant bien que mal de garder la tête haute, d’adopter finalement un port altier afin de ne pas lui montrer qu’elle était déstabilisée et se pinça les lèvres quant à ses derniers dires. Aller chez lui ? Dans son domaine. Un seigneur. Avait-elle ce droit ? Il sembla que oui. Alors pourquoi se retenir quand on le lui proposait de la sorte, surtout que si celle-ci refusait, ce serait bien irrespectueux de sa part. Puis, quand bien même.. Elle mourrait d’envie de tout connaître de lui. Dans ce cas, elle se retint de trépigner d’impatience, et demeura entière à son attention, droite et le visage levé vers lui.. Rien que lui. Le reste l’importait peu.

Enfin… l’envie de lui suivre était assez pressante, qu’elle accepta d’emblée :

- Oui, Wonsul -kun, ce serait avec grand plaisir !

Hé bien, quel entrain. Le Kun avait été pensé puisqu’elle n’oserait jamais l’appeler autrement que par son nom. Ou peut-être pouvait-elle se permettre le Wonsul-san. Elle lui demanderait la prochaine fois. Pour le moment, elle allait suivre le jeune homme. Seulement, elle …elle voulait lui montrer Raito, c’était d’un besoin indéniable. Or, elle ne l’avait pas sur elle… et oser lui demander de l’attendre n’était pas non plus dans son code d’honneur. Bien incapable aussi de savoir où il vivait, elle ne vit là qu’une seule solution. Reprenant toute sa confiance pour lui faire de nouveau face, aussi gracile que menue, elle plongea son regard caramel dans le sien pour lui déclarer d’une voix… neutre. Elle avait beaucoup perdu de sa timidité et de sa fragilité. Grand bien lui fasse :

- Cependant, je .. J’aimerai beaucoup vous montrer quelque chose, c’est très important pour moi. Pour cela, je dois retourner chez moi. Alors, serait-il possible de m’indiquer la position de votre demeure ?

Après quoi, s’il acceptait, elle pourrait tourner les talons, et quitter le marché, pour ensuite utiliser le shunpo, technique qu’elle avait récupéré il y a peu grâce au regain de force spirituelle. Oui, elle avait hâte de lui montrer. En espérant qu’il en soit fier déjà… Ensuite ? Ensuite… elle retrouverait son zanpakuto qu’elle dissimulait bien comme il faut dans son taudis, espérant tout de même que rien ne lui arrive. Sait-on jamais avec les voyons du Rukongai, ils avaient l’habitude de prendre ce qui ne leur appartenaient pas. Et Raito, quant à lui, allait-il apprécier Wonsul ? Comment la lumière pouvait elle refuser un ange …C’était tout bonnement impossible. Diantre, elle avait hâte.

Par contre, quand bien même elle connaissait bien le coin pour l’avoir souvent cheminé, elle espéra comprendre l’itinéraire que lui donnerait Wonsul. Et si contre toute attente, il se proposait pour la suivre ! Elle n’était jamais sûre de rien, surtout avec un être aussi imprévisible que lui. A l’instar du désert… Aussi versatile que le vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wonsul d'Ongil
Shinigami de la 6ème division
Shinigami de la 6ème division
avatar

Masculin
Nombre de messages : 70
Date d'inscription : 25/10/2009

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: Quand le destin rencontre la trêve [Wonsul]   Mer 9 Déc - 18:23

Wonsul eut un faible sourire si furtif que cela semblait quasi irréel. En effet, depuis le drame, on ne lui avait que rarement connu une telle chose de sa part. Lui qui était devenu aussi inexpressif qu'une glace...quoi que sans froideur aucune. Ses yeux clairs avaient perçut l'éclat dans le regard de Nataku alors qu'il lui avait proposé son invitation. Tout en y réfléchissant il voyait encore la réaction qu'aurait eut les ancien en sachant cela de leurs vivants. Sans aucun doute les réprimandes pleuvraient, bien que son père lui n'aurait proférer aucun mot. Non point que Teyu l'avait considérer différemment que sa fille ou son second fils..non bien au contraire, mais il aimait observer les réactions de ce fils adoptif qui n'avait point subit dès son enfance le carcan de l'éducation si rigide de la noblesse. Pourtant en ce jour, le jeune noble, maintenant shinigami, avait bien moins d'entrain à faire les choses de manières un peu moins protocolaires. Quoi qu'il en soit... Wonsul n'aurait proférer qu'une excuse des plus simples, comme prétexter vouloir tromper son ennuie, où juste posséder un peu de compagnie.

La seconde option était la plus proche de la réalité en vérité. Même s'il aimait la solitude, il n'en était pas moins que parfois cela lui semblait éprouvant, combien mêmes ses discussions avec Ghanima était passionnante. Enfin.. cela lui changerait certainement les idées, après ses diverses entrevues avec Kohare. Il ne s'était encore point fait à l'idée de son choix. Pourtant il savait qu'il se devait d'accepter par devoir.Les paroles qui suivirent ramenèrent Wonsul de ses songes et reporta son regard azure sur le visage de la jeune femme qui lui quémandait où se trouvait sa demeure. A cela le jeune 4e siège se tourna à demi et observa sur le toit un de ses garde du corps qui ne le quittait point du regard...Combien même il était un shinigami connaissant le kido, il ne possédait point son zanpakutoh et on ne savait jamais. De toute façon il n'avait pas le choix de ne point être accompagné, hors service. Il retourna son attention sur Nataku et dit d'une voix calme et monocorde :


- N'aies crainte, si ton absence n'est point trops longue, je puis t'attendre ici même. Le marché devrait bientôt cesser, et il te sera plus aisé de me retrouver.

En effet, quelque uns des étalages commençaient à se fermer, tandis que les passants désemplissaient les lieux. Cela était un peu moins bruyant, mais l'inconvénient fut que Wonsul était désormais enclin à être plus exposé. Ce dernier repéra la présence de deux gardes de plus de sa demeure sur les toits. Leurs présences étaient discrètes , mais il avait apprit à les reconnaître depuis ce fameux soir, où il était complètement tétanisé, à genoux sur le sol, tenant contre lui le corps froid et inerte de sa soeur ainée. Comme pour mettre fin à cette discussion et hâter la jeune femme, le noble tourna les talons, laissant entendre le froissement léger de son kimono blanc aux reliures bleu formant un dragon et alla se positionner juste à l'angle de la rue, ne s'appuyant pourtant point au mur, car cela n'aurait point été digne de son rang. Non il s'évertua simplement à garder ce visage si dénuder de toute expression, confiant sur le fait que Nataku reviendrait... Il avait par ailleurs eut l'étrange impression que cette dernière avait retrouver une force particulière... une chose qu'elle semblait ne point avoir la première fois qu'il s'était vu...

Lui montrer quelque chose....mais quoi donc?... qu'avait elle bien pu faire en ce mois où ils ne s'étaient vu. Alors qu'il patientait, sa vieille suivante le rejoignit avec un panier plein. Elle lui adressa un salut des plus protocolaire, sous le regard curieusement plus attentionné de Wonsul. En effet, ce dernier avait beaucoup de respect pour celle qui le connaissait depuis qu'il avait intégré le clan. Il la considérait presque comme une parente à part entière. Ils échangèrent quelques paroles, avant que le shinigami lui stipula de rentrer et de ne point s'en faire, et qu'il était probable qu'il faille préparer un peu de thé, pour son invité. A cela la vieille femme acquiesça et entra en la demeure des D'Ongil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-rpg.frbb.net/forum.htm
Nataku Araharu
Shinigami Exilé
Shinigami Exilé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 23/10/2009

Connaissances
Race: Shinigami
Connaissance:

MessageSujet: Re: Quand le destin rencontre la trêve [Wonsul]   Lun 14 Déc - 4:34

Ses yeux déjà bien immenses s’agrandirent davantage sous les paroles de l’ange du désert. Il parlait de l’attendre alors que c’était sans doute la dernière chose qu’elle lui aurait demandé. En revanche, son attention la toucha et elle tenterait alors d’aller au plus vite pour lui convenir. Dans les plus brefs délais ? Bien.. Dans ce cas, elle émit un bref salut, très rapide, et tourna les talons une énième fois, la bonne fois, pour quitter définitivement le marché. Sous ses pas agiles, se revoyant agir de la même manière cent ans auparavant, ses cheveux ondulaient au gré d’un très léger vent qu’elle même créa, puisqu’elle avait accéléré le pas dans quelque shunpo, reprenant son souffle pour puiser un peu plus d’énergie spirituelle. Après ça, il lui fallut à peine cinq minutes pour retrouver son antre, quand bien même elle se trouvait à bien deux kilomètres du marché. C’est que le Rukongai était immense, et heureusement pour elle, son petit taudis se trouvait à quelques mètres de la frontière partie riche, partie pauvre.

Le soleil se faisait princier aujourd’hui, et le principal était que la chaleur s’insinue en elle afin de rendre fluide ses mouvements et ses muscles, espérant ainsi en profiter pour user de ses capacités qu’elle venait de retrouver. À L’intérieur, le silence, sinon l’obscurité. Une obscurité à en faire pâlir plus d’un. La jeune femme elle-même sentit un poids lourd s’écraser sur elle, regrettant d’emblée la chaleur agréable du soleil… ainsi que le doux regard de l’homme qu’elle aimait. Et plus elle le voyait, plus elle nourrissait de nobles sentiments à son égard. Pire encore, elle était prête à tout pour lui. Le grand malheur dans cette histoire était qu’elle ne dirait mot sur ce qu’elle ressentait. Elle dirigea ses pas vers son futon, et le retroussa vers elle pour en sortir un Zanpakuto, le sien naturellement, qu’elle avait réussi à récupérer avec l’aide du très charmant Tempa. La garde dans sa main, elle le détailla pendant de longues minutes, appréciait sa finesse, sa toute grande beauté, et bien que l’arme soit en forme d’un katana sans trop de fioritures, elle en était fière. Elle devait néanmoins se changer. Porter une arme avec un kimono citoyen…

Alors, elle se dénuda dans des gestes rapides et doux, faisant toujours preuve, même quand il y avait personne, de discrétion. Le regard planté au loin, elle repensait à la longue chevelure de Wonsul qu’elle aimerait tant repeigner, à défaut de pouvoir la caresser. D’un soupir, elle enfila son ancien uniforme mais délaissa l’insigne. Elle ne pouvait pas la porter n’en étant guère digne. La seule chose était qu’elle avait envoyé une missive au So Taisho puis à la chambre 46 afin de reprendre en main sa vie. Il était temps.
Elle plaça son arme à son flanc droit, étant gauchère, et se demanda quoi prendre…Elle lui avait certes payé une réparation de boucle d’oreille mais ce n’était guère suffisant. Le dessin.. Elle le conservait toujours précieusement sous un fin voile afin que le temps n’ait aucune prise sur lui. Le bocal était toujours resté à sa place. Bonne chose. Mais quoi d’autre ? Après tout, elle possédait maintenant une magnifique barrette dans les cheveux, que celui-ci avait placé avec romantisme - huhu - et en plus de ça, une invitation à aller le rejoindre !

Heureuse au final, mais loin d’être expressive, elle tourna les talons et quitta son petit havre. Là encore, elle avait passé.. Cinq minutes. Il lui restait maintenant le retour et le timing serait bon. Alors, elle se pressa, espérant ne pas l’avoir trop fait attendre, sinon quoi elle rougirait de honte. Bien sur, elle se demanda s’il apercevrait un changement, et si c’était le cas, sa réaction serait des plus intéressantes. A voir. Rapidement, elle réutilisa son shunpo, fière et agile dans sa posture, avant de voir de loin le marché qui pliait bagage. Encore quelques pas, et elle s’arrêta, de peur qu’il n’ait remarqué son shunpo. Il ne fallait pas aborder la chose pour le moment, car son seul souhait était de connaître sa demeure, de parler de lui et que de lui. Elle n’était rien à côté, c’est pourquoi elle se devait d’agir ainsi. De petits pas bien ferme et rapide la menèrent vers lui, habillé de son uniforme, de son zanpakuto… Évidemment, il remarquerait le changement. Que pouvait-elle bien dire pour glisser un sujet autre ?

- Wonsul, j’espère sincèrement ne pas vous avoir trop fait attendre. …Hum… un petit moment d’hésitation s’immisça en elle. Malheur.. Cette boucle d’oreille doublait son charme sans qu’elle ne comprenne pourquoi. Je vous suis. Pardonnez moi encore de vous avoir dérangé. Et concernant ce petit quelque chose dont j’avais besoin, permettez-moi, je vous prie, de vous en parler quand vous en ressentirez vraiment l’envie. Et puis ici… finit-elle par dire en regardant ailleurs, avant de lui faire de nouveau face, plongeant ses grande prunelles dans les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le destin rencontre la trêve [Wonsul]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le destin rencontre la trêve [Wonsul]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le destin croit bien faire Joshua/ Quentin pg-13
» Quand la vie nous sépare (pour Jean-Charles)
» MAYBERRY Sarah
» Le Destin. [Huddy] ♥
» [REQUETE] garder le wifi en continu meme quand telephone vérrouiller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Highway :: PREMIERE SAISON-
Sauter vers: