Bleach Highway
Bleach Highway

Forum fermé
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Mar 13 Oct - 16:56

Il déambule, sans intérêt apparent. Il avait quitté l’école récemment et on lui colla déjà l’étiquette de : « super homme ». Les effets de ses attaques dû au corps à corps n’étaient pas sans contenter le jeune shinigami, qui malgré lui, avait encore quelques efforts à faire afin de parvenir à son statut de super homme. The Best Man…La Soul Society lui avait apprise quelques valeurs sûres, et la clarté ainsi que le respect de ce peuple évolué firent monter son estime envers les shinigamis. Ban était sévère dans ses jugements et ne paraissait pas souvent s’amuser depuis son lointain accident. 
De plus, pour des raisons inconnues, la plupart de ses partenaires ont été doués pour le trahir ou pour le lâcher en raison de pouvoir, d’argent, et de corruption à l’état pur. La majorité des gens de sa division aime à dire qu’il n’est pas le bienvenu parce qu'il sort complètement de l’ordinaire. Dans l’évidence même, une partie sait déjà de quoi il est capable et fait étalage de ses ressources de petit serpent.

Mais le fourbe n’en a plus qu’assez de supporter les commérages de rapaces diurnes sans réflexion aucune. Qui pouvait-il trouver qui soit à sa propre hauteur ici ? Une partie des lieutenants… les capitaines…Qui d’autre ?
La plupart du temps, il met fin à ses combats de boxe japonais grâce à Jagan ou au Hit and Away. D’ailleurs, il faisait profiter les assoiffés de ragots, et finissait par rejoindre sa solitude pour faire le guet. Le moment alors est venu. Dès le matin, il se fait réveiller par un gros costaud dont le nom lui est inconnu, et c’est en maugréant qu’il lui demande de décamper, quand bien même la montagne ne daignait pas bouger d’un pouce.
- Wo ! Sors d’ici.
- Pas tant que tu resteras là à ne rien faire de tes journées.
Ban arque un sourcil, fort étonné de cette constatation guère ragoûtante et finit par grimacer :
- Tu veux quoi, à la fin… ?
- Si tu acceptais d’aller t’entraîner avec ta division pour une fois, hm ?
C’est ainsi qu’un soupir désabusé quitte ses lèvres et qu’il enfile sa chemise blanche comme l’écume, attrapant au passage son pantalon et ses lunettes pour garder son identité. Parce qu’il ne porterait jamais ces kimonos désagréables sur lui.
- Arrête donc d’en faire qu’à ta tête…
Qu’importe, Mido Ban choisit de sortir de son « logement » la tête haute, les yeux fermés et une clope entre les lèvres et se dirige vers la salle d’entraînement, là où il peut constater qu'une bonne partie de sa division répéte des mouvements bien précis
- Hum… voilà le centre du bétail.
- Quoi ? L’apostrophe-t-il tout en postillonnant.
Mais Ban avait l’habitude de rester stoïque dans des situations pareilles. D’un pas comme d’un autre, il sent déjà les emmerdes grossir comme boule de neige, et lorsque enfin il place son pied sur le seuil de la porte déjà grande ouverte, toutes les têtes se tournent en une vers lui. A dire vrai, l’attitude de Ban n’est pas pour plaire mais bien sagement il commence à pénétrer la demeure quand tous se lèvent et qu'on lui lance.
- On ne fume pas ici.
Il a oublié ce détail.. Malgré tout, la cigarette n’est pas allumée et on trouve le moyen subtil de lui retirer son vice. Mais ce fut la goutte de trop quand un autre se permet de la lui ôter de la bouche. Le coup part, très vite, sans qu’il n’ait besoin de se conditionner pour le combat. Et c’est une avalanche de shinigamis de sa division qui lui tombe dessus. Excepté ses capacités, son comportement reste à désirer, c’est-ce que disaient les professeurs.
- Je n’ai rien à voir avec ça moi… proclame-t-il, très calme et reposé.
Mais le géant se décide à l’aider, et pousse la petite foule tout en grognant. Comme un autre l’attaque par derrière, frustration vengeresse, Ban y répond avec un entrain peu coutumier. C’est ainsi que débute… son entrée ..ici-même
Et qu'il se retrouve dehors avec un shinigami sur le dos.
Qui bien sûr perdrait tout avantage à se battre avec lui....


Dernière édition par Mido Ban le Lun 26 Oct - 22:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Karyudo Hiroki
Shinigami de la 2ème division
Shinigami de la 2ème division
avatar

Nombre de messages : 369
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Sam 17 Oct - 17:55

Hiroki, comme à peu près tout les jours, n'avait pas grand chose à faire. Il se contentait de satisfaire sa soif de connaissance, ou de passer du temps à améliorer s'améliorer avec son zanpakutoh. Il fallait bien avouer qu'il n'était pas évident de s'entendre avec Yuurei, mais Hiroki réussissait encore à se faire obéir de ce dernier. Certes, il avait gagné son respect par la force (ainsi que le nom de son zanpakutoh à y repenser) mais c'était la seule chose qu'écoutait Yuurei: la force.

Mais ce matin, en passant près des quartiers de sa division, il vit Omaeda le gros tas marcher aux côtés d'un homme qu'il n'avait jamais vu ici. Qui était-ce? Probablement un membre de la seconde division. Après tout, il ne connaissait plus beaucoup de mecs de sa division après son séjour en prison. Mais pourquoi le gras Omaeda et ce mec marchaient-il côte à côte vers ce qui semblait être leur destination finale commune, le centre d'entrainnement. Peut-être étaient-ils de bons amis, mais de bons amis parlaient habituellement entre eux durant les trajets. Cet homme était peut-être un nouveau, ou était-il obligé d'aller s'entrainner avec le reste de la division. C'était l'une des rares division qui s'entrainnait toujours en division entière, histoire de conserver cette union qui était essentielle sur le terrain après, chez les forces spéciales. Même si les forces spéciales n'étaient pas uniquement composé de shinigami de la deuxième.

Hiroki décida donc de les suivre pour en savoir plus. Il laissa la distance entre eux, histoire de ne pas alerter le gros Omaeda de sa filature, même s'il doute qu'un tel bonhomme soit capable de reperer ce genre de chose. Mais quand il arriva devant le batiment, il vit que tout n'avait apparement pas tourné comme il fallait. Le gros lieutenant s'occupait de repousser une partie des hommes de la division tandis que l'autre se battait avec un autre shinigami. Hiroki sourit, voilà qui était amusant, mais qui rendrait probablement Soi Fon furieuse.

Voilà qu'Omaeda, vite subjugué par des hommes entrainnés au combat, semblait sur le point de sortir on sabre et de le libérer par la même occasion.

Omaeda: "Explose Gege..."

Par chance, Hiroki était un membre des forces spéciales, un vrai. En un instant, il avait renvoyé le sabre d'Omaeda dans son fourreau et maintenant ce dernier avec sa main droite. Il se tenait à côté du lieutenant, maintenant son sabre rangé par sa main sur le haut du manche. Omaeda fut bien entendu surpris par l'arrivée soudaine d'Hiroki.

Hiroki: "Voyons Omaeda. Aurais-tu oublié qu'il est interdit de libérer son zanpakutoh dans le sereitei? C'est une règle auquelle la seconde division n'échappe pas, hein."

Souriant, Hiroki regarda le reste de la division face à Omaeda.

Hiroki: "Tu ne vas tout de même pas taper sur tes subordonnés sans raisons? Voyons, cela ne serait pas digne d'un noble comme toi, gros Omaeda."

Hiroki évita assez simplement un coup de poing de ce dernier en se baissant subitement. Il profita de l'ocaion pour tirer le zanpakutoh (avec son fourreau) hors de la ceinture d'Omaeda et le posa au sol, un peu plus loin.

Hiroki: "Je pensais que les forces spéciales, et de ce fait, la majeure partie de la seconde division, devaient être soudées. Mais je ne vous empecherais pas pour autant de taper sur ce type."

Hiroki désignait évidement Omaeda, pour lequel il n'avait que très peu de respect, voir pas du tout. Suite à cela, il se rapprocha des deux autres hommes, à savoir l'inconnu copain d'Omaeda et l'inconnu qui s'entrainnait apparement avec les autres.

Hiroki: "Et vous deux, vous faites quoi là? Ce ne sont pas des manières entre copains."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Dim 18 Oct - 6:29

Et encore moins entre des soldats tels que vous.

La déclamation était nette, froide et tranchante, tel l'éclat nu d'une lame. En parfaite coordination avec ces mots, les hommes de la seconde division rassemblés devant Hiroki, Ban et Omaeda se raidirent instantanément en un garde-à-vous respectueux, un frisson de crainte les secouant tel une brusque immersion dans de l'eau glacée. Cette voix, chacun dans la seconde division des armées de la cour et les forces spéciales la connaissaient et avaient appris à y obéir sans faillir. Car il s'agissait ni plus ni moins que de celle de Soi Fon, capitaine de la 2ème division et commandante en chef des forces spéciales de la Soul Society. Et si il y avait bien une chose que ses hommes avaient appris au fil du temps, c'est qu'il valait mieux en pas la contrarier. Ainsi les hommes stoppés en pleine bagarre générale espéraient à présent de toute leur force que leur capitaine venait juste d'arriver et n'avait pas surpris leur débordement précèdent. Mais pour cela, il s'agissait déjà d'une cause perdue. En effet, Soi Fon s'était trouvée sur les lieux alors même que Mido Ban y pénétrait accompagné d'Omaeda, observant à l'origine sans qu'ils s'en rendent compte l'entrainement de ses shinigamis. Elle n'avait ainsi pas perdue une miette de l'altercation depuis sa position dissimulée. Et heureusement pour eux tous qu'Hiroki était intervenu pour faire cesser tout ce scandale, car Soi Fon s'était âpreté à faire la même chose, mais de manière beaucoup moins indulgente. Mais il leur restait maintenant à affronter le jugement de leur capitaine, et cela ne serait pas forcement moins douloureux.

Plantée devant ses troupes, ses bras reposants le long de son haori de capitaine, inflexible, Soi Fon les fixaient tous autant qu'ils étaient d'un regard implacable, mais ne semblait pas pressée de parler, préférant soupeser le regard de chacun tour à tour de la terrible intensité du gris de ses yeux. On aurait pu entendre le vent siffler le long des murs durant les quelques instants de cette inspection, avant que leur capitaine ne reprenne la parole d'un ton sec et cassant, sans pitié.


Vous devriez avoirs plus que honte de vous comporter ainsi. Céder si facilement à la provocation et oublier toute façon de raisonner pour agir le plus trivialement possible. Et je ne parles pas du fait que vous ayez échoués à vous tous à terrasser deux personnes seules.

Faites cela en mission, et vous êtes morts. Refaites cela dans ces quartiers, et vous n'aurez plus besoin d'attendre une mission. N'oubliez pas un seul instant la distinction que vous donne le statut de shinigami des armées de la cour et le devoir de votre statut de membre des forces spéciales, où vous ne serez plus dignes ni de l'un ni de l'autre.


Pas un mot de plus. Ni même une punition assortie. Non, cet avertissement suffisait largement. Ils savaient parfaitement qu'elle tiendrait parole à la moindre autre incartade de ce genre, et n'hésiterait pas un seul instant. Leur seule chance était donc de ne plus jamais commettre pareil acte, trop tard pour se rattraper et se faire pardonner. La seconde division formait bien ses hommes, et pas un de l'assemblée présente ne s'aviserait ainsi de refaire la même erreur deux fois, à moins de souhaiter en finir avec son existence. Ce problème était ainsi considéré comme réglé pour la capitaine, qui se tourna ainsi cette fois vers les trois hommes placés malgré eux au devant de la scène.

Avança de quelques plats calmes et contrôlés, elle se plaça à quelques centimètres à peine du premier d'entre eux à recevoir toute son attention. A savoir Hiroki, son troisième officier, en charge du Nid des Asticots, et celui qui avait agit le plus sensément dans la situation passée. Son regard tomba sur celui de Soi Fon qui le fixa ainsi une seconde à peine, échangeant une courte expression appréciation avant de lui parler d'une voix tout juste radoucie. Qui après tout avait entendu Soi Fon s'exprimer légèrement en public?


Bien agi, Karyudo. Je vois qu'au moins une personne ici est digne de son titre. Continue comme cela. Il faudra d'ailleurs que nous reparlions bientôt à propos de la prison et de quelques autres mesures à prendre.

Soi Fon ne s'attarda pas plus que cela sur son cas. Après tout, elle n'était pas du genre à faire de longues éloges et avait dit ce qu'il y avait à dire. Qu'elle complimente ainsi directement à haute voix le shinigami était déjà en soi une grande marque de faveur pour ceux qui la connaissaient. Et quoi qu'il en soit, chacun ici était utilisé au mieux de ses capacités, il n'y avait pas à s'inquiéter pour cela. C'est ainsi pratiquement tout de suite ensuite que Soi Fon appela la personne suivante sur sa liste des gens à qui parler. Sa voix était devenue neutre et impénétrable.

Omaeda.

Aussitôt, son vice-capitaine, éloigné de quelques centimètres à peine sur le coté, se mit à s'agiter en gesticulant en direction de sa capitaine. Il avait visiblement un air de panique certaine et commençait même à suer tout en se remuant sur place. Soi Fon perçut son baragouinage de gémissements et autres formulations maladroites de mots entre eux, mais n'en tint absolument pas compte. Elle se contenta de prolonger ses propos sans broncher d'un centimètre, aussi implacide qu'une statue, son regard delicatement clos.

Il est bien que tu ais défendu un camarade seul contre des agresseurs, cela m'étonne de toi mais cela est bien.

Omaeda se figea sur place, s'étant attendu à ses remontrances ou ayant dans ses bafouillements tenté d'accuser Hiroki, il ne s'attendait en rien à un discours de la sorte. Aussi quand Soi Fon lui fit signe du doigt de s'approcher se pencha il, tout enthousiaste. Il ne reçut ainsi que mieux l'uppercut que sa capitaine lui envoya en pleine face. Elle avait à peine relevé son avant-bras fléchi pour envoyer son petit poing, et pourtant l'homme imposant qu'était Omaeda voltigea en arrière en un court plané pour ensuite s'écraser lamentablement au sol. Les autres shinigamis alignés derrière, habitués à un tel spectacle, ne bronchèrent pas. Soi Fon continua de parler comme si de rien n'était et que son vice-capitaine se trouvait toujours à coté d'elle.

Par contre, que tu ailles à l'encontre des règles de la Soul Society en faisant usage de ton zanpakuto est inexcusable. Qui plus est, que tu en ait eu besoin pour repousser de simples hommes de rang, vu ton grade, est pitoyable. Tu as donc intérêt à ne pas offenser d'avantage ma vue pour aujourd'hui.

Comme si le sujet était clos et ne méritait pas de plus amples explications, la capitaine rouvrit alors les yeux et les tourna vers la dernière personne ici à mériter son attention. Mido Ban, une jeune recrue parmi les rangs des forces spéciales et de la seconde division. Soi Fon n'avait jamais eut l'occasion de le voir auparavant, mais avait lut en détail les rapports le concernant, comme avec chaque personne placée sous ses ordres. Apparemment, un talent certain pour le combat mais un gros problème de caractère. Elle avait pu elle même constater la véracité de ces propos il y avait quelques instants sur place. Elle le jaugea ostentatoirement du regard des pieds à la tête, comme faisant une analyse vivante de sa personne. Ce que c'était plus ou moins d'ailleurs. Et effectivement, son corps recelait les qualités nécessaires à un combattant aguerri. Mais dans un autre temps, il arborait des vêtements qui n'avaient à peu près rien à faire sur un shinigami, et encore moins un membre des forces spéciales. Une chose était donc claire, ce garçon avait des possibilités, assez pour avoir été accepté ici et mériter qu'on fasse plus que le mettre simplement à la porte. Mais il allait faloir pour cela rectifier certaines choses chez lui.

Soi Fon s'y attela donc de sa voix sèche et autoritaire, n'accordant aucune nuance de sympathie ou même de ressentiment à ses propos alors qu'ils venaient frapper sans tergiverser leur cible. La jeune femme était toujours debout face à lui, sans avoir pour autant bougé de sa position immobile, mais détendue.


Mido Ban, souvenez vous que vous êtes un membre de la seconde division des armées de la cour ainsi que des forces spéciales. Qu'avez vous donc à dire pour votre défense à propos de votre attitude récente lors de cette incartade? Ah, et justifiez votre tenue non conforme, tant que nous y sommes.


Soi Fon resta ensuite là à attendre. Le fait de laisser tout les hommes derrière au garde à vous ainsi qu'un Omaeda gémissent ne la dérengeait visiblement pas le moindre du monde. Elle semblait au contraire avoir tout son temps devant elle pour recevoir l'explication de Ban, mais d'une tranquillité qui sous-entendait que toute lenteur dans son exposé lui couterait, tôt ou tard, assez cher. Selon la réponse du jeune homme, la suite serait plus ou moins désagréable pour lui, mais elle n'y verrait aucune différence. Il était après tout temps de faire quelque chose de cette jeune recrue....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Mar 20 Oct - 17:52

Il s’arma de son poing le plus vindicatif et envoya valser le shinigami sans utiliser la moindre technique spécifique à la division. Tous, sans exception, avaient cherché les ambages, comme il était coutume chez Ban de ce genre de situation. Même dans ces quartiers-ci, il trouvait involontairement le moyen de faire naître quelques rixes inutiles. Et Mido Ban arrivait sans difficulté à se défendre jusqu’à se faire respecter.

Il sentit le reatsu du gras double tripler, si ce n’est plus. Le voici prit entre deux feux, à savoir défendre un membre ou remettre en ordre la division. Ban ne connaissait bien évidemment pas ce shinigami mais entendait au moins saisir son nom. Ce qui étonna l’homme au Jagan fut lorsqu’il dégaina son zanpakuto. Il douta alors de ses performances de persuasion.
Mais qui était-il … ?

Ban sentit alors une nouvelle attaque de son risible adversaire, et esquiva de peu l’uppercut. Si le quatrième siège ne se ressaisissait pas, il allait utiliser son attaque favorite, à savoir le snake Biter. Et si ce siège en subissait les conséquences, c’est-à-dire, la mort, lui aussi allait connaître le même sort. Tuer un membre de sa division était pour ainsi dire un acte passible de mort. Qu’advienne qui pourra, il l’assomma une seconde fois, et de sa main, il lui ceintura le cou pour l’élever à hauteur de son visage. Grognant sa mésentente, il sentit seulement maintenant l’énergie spirituelle d’un autre homme. Pivotant sa tête afin de rencontrer du regard l’inconnu, il lâcha l’inanimé -mais pas mort- et rentra ses pognes dans ses poches.

Il n‘eut plus qu‘à attendre bien gentiment. Le dénommé Omaeda en prit pour son compte, et Mido en fut secrètement satisfait. Voilà ce que ça fait d’aller réveiller le grand Mido, lui qui était tranquille dans son lit à rêver de son Cap…
Une main à ses cheveux, il se les gratta afin de dissimuler son trouble. Heureusement pour lui, personne n’était apte à lire dans les pensées. Obliquant son regard indigo sur son camarade aux allures d’un cadavre, il ne vit pas venir le sermon de l’inconnu.. Jusqu’alors, personne n’avait daigné s’intéresser au quatrième siège.

Et il en était fort aise !
D’un ton un peu bourru, il se fit apostrophé et Ban ne répondit pas sur le champs, préférant narguer cet homme sans broncher. Puis, d’un soupire, il comprit qu’il n’avait pas le choix.

- Mon .. Copain ?... Fit-il tout en levant ses coudes vers le ciel, ses mains contre sa nuque pour prendre une allure des plus négligées.
Sérieusement, croyait-il vraiment ce qu’il disait ? Son « copain » s’était fait tout bonnement tabassé, et il le prenait pour tel ? Les humains de nos jours…
Mido Ban n’était décidemment pas friand de ces regrettables combats journaliers et se faisait consumer par sa propre fureur.

- Si tu venais aussi m’aider, peut-être qu…

Soudainement, la surprise fut de taille. Considérant quiconque dans son champs de vision comme étant de stériles individus, rien ne pouvait le faire plus faillir que le reatsu de son Capitaine. Cette dernière ne l’utilisait en rien, seulement Ban le ressentait avant même qu’il n’ait l’occasion de l’entendre réprimander son…vice-capitaine.. Omaeda ?!

Fort étonné de la violence dont fit preuve le Taisho, il dût jusqu’à se demander s’il devait se préparer à la même scène. Cependant, rien ne ferait plus plaisir à Mido que de retrouver sa paisible quiétude chez lui. Ou accessoirement obtenir un rendez vous romantique avec cette femme là. Ou encore….ou encore…Le voici qui se perd dans ses pensées, omettant la jeune femme qui droite comme un I se tenait face à lui, ferme. Inébranlable. Inflexible.

De très loin, il l’avait aperçu, le premier jour de son intégration dans l ‘équipe. Un seul regard…et…

- …[…Maya l'abeille :..]..Ah, et justifiez votre tenue non conforme, tant que nous y sommes.

Sonné par ce reproche auquel il s’attendait, il sentit l’éclair d’injure traverser son corps. Il serra lentement son poing, ce faisant discrètement. De sa hauteur, il aurait parfaitement put la jauger, et recevoir en retour de chauds coups physiques, ou de glaciales répliques. Que diable voulait-elle. Le remettre dans le droit chemin ? Non sérieusement il aurait beaucoup voulu sourire.
Trêve de plaisanterie, Omaeda allait chèrement payer son erreur. A cause de lui, il se retrouvait avec toute la division sur son dos, et la cerise sur le gâteau - une charmante petite cerise dirai-je- elle était là. D’ailleurs, par quel miracle ce cher Capitaine avait la velléité de s’intéresser à sa petite troupe un lundi matin ? Pendant ces deux semaines, jamais encore il n’avait entendu quelconque rumeur sur sa potentielle présence.

Il chassa finalement ses pensées, ne pouvait que se blâmer, lui et ce gras double d’incompétent.

- Taisho, je…

Il s’interrompit, se rendant seulement compte qu’elle connaissait son nom. Ce fut honteusement bouleversant pour lui.

- Pfff.
Il sortit alors de la petite poche de sa veste terreuse un paquet de cigarette, et…
…le présenta à son Capitaine.

- C’est l’unique raison du comportement…de vos subordonnés. Ils n’ont guère toléré ma venue ici vêtu de la sorte, et ma clope au bec, bien qu’éteinte. Et, j’ajouterai que je suis parfaitement d’accord avec eux. Fit-il les yeux fermés, nullement troublé par sa présence. Du moins, cela restait extérieur, car un tourbillon d’émotions l’arrachait à ses racines. Ne connaissant décidemment pas le caractère de la jeune femme, -mauvais sans aucun doute-, il ne sût si sa justification aurait raison de lui. Au moins, il avait le mérite d’avoir dit la stricte vérité.

Mido persévérait en gardant cet air indolent, sans cette fois-ci la regarder. Non, décidemment, le malaise s’insinuait en lui. Et la présence de ce gars, Hiroki, qui semblait être proche d’elle.

Puis…son regard coula de lui… jusqu’à elle et un sourire espiègle naquit sur ses lèvres.

Allez, vas-y. Punie-moi, ma petite Soi Fon. Contrairement à toi, il ne me restait plus que l’humiliation.
Revenir en haut Aller en bas
Karyudo Hiroki
Shinigami de la 2ème division
Shinigami de la 2ème division
avatar

Nombre de messages : 369
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Mar 20 Oct - 21:50

Soi Fon était arrivée si rapidement que Hiroki se demanda si la jeune femme n'était pas là depuis le début des hostilités. Elle laissa entendre son mécontentement à ses hommes pour leur comportement inadmissible. Mais, quand vint le tour de s'adresser à Hiroki, l'abeille radoucit légèrement sa voix et lui envoya des compliments et félicitations. Il va sans dire que le fantôme était tout de même surpris d'entendre Soi Fon s'exprimer ainsi. Même durant l'époque où ils étaient au même rang dans les forces spéciales, jamais Hiroki n'avait entendu parler ainsi. Il avait toujours eu d'elle l'image d'une femme plutôt autoritaire et totalement dévouée à Yoruichi. Mais Yoruichi avait quitté la soul society il y a bien longtemps.

Hiroki: "Err, merci cap'n. Parler de geôles et de mesures? Pas de problèmes."

Cela intriguait tout de même le shinigami Que pouvait-il se passer avec ses geôles? Une mesure pour un prisonnier spécial peut-être. Ou autre chose. Quoi qu'il en était, Hiroki le saurait bien assez tôt.

Hiroki écouta d'une oreille relativement attentive les sermons adressés aux deux autres figures proéminente de la masse de shinigami, à savoir le gros Omaeda, et le nouveau habillé bizarrement.

Omaeda se fit reprendre assez sèchement, ce qui procurait un certain plaisir à Hiroki qui ne comprenait toujours pas ce qu'il faisait dans les forces spéciales. Mais le dit lieutenant semblait pourtant apprécier de se faire sermonner de la sorte. En plus d'être idiot était-il masochiste? Probablement.

Le nouveau, lui, se fait reprendre sur sa tenue. Il était vrai qu'elle n'était pas très adéquat à un membre des forces spéciales. Cette tenue était plutôt voyante et permettait d'être vu sans voir peut-être. Mais il devait être relativement nouveau se dit Hiroki, ce qui expliquait probablement le pourquoi du comment. Hiroki ne connaissait pas le rang de cet homme, et se disait qu'il ne devait pas être bien haut. Il avait du mal à imaginer un shinigami n'ayant jamais été dans les forces spéciales, catapultés à la tête d'un corps spécial, même s'il s'agissait du corps plutôt peinard des transmissions.

L'homme présenta alors un paquet de cigarette. Hiroki avait déjà eut l'occasion de voir ça sur terre, mais il ne connaissait pas vraiment l'utilité de ces choses. Il avait de vagues souvenirs humains qui lui disait que les gens aimaient les fumer pour se détendre. Mais la fumée pouvait incommoder les uns, ou plaire aux autres. En tant que force spéciale, il fallait avouer que ce n'était pas la chose la plus pratique qui soit, mais Hiroki utilisant lui aussi la fumée, ne lui en tiendrais pas grief.

Par contre, l'apparition d'un sourire espiègle sur le visage de l'homme engueulé le laissa perplexe quelque secondes. Aimait-il lui aussi ce genre de chose? Ce qui expliquait peut-être alors son lien avec Omaeda. Les deux étaient masochistes? Étrange division.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Mer 21 Oct - 5:19

Soi Fon ne s'attendait pas à cela de la part du jeune shinigami. Elle croyait avoir été claire dans sa question, pourtant. Les faits, elle les avaient vu d'elle même, pas la peine de les lui rappeler. Non, ce qui l'intéressait, c'était de savoir pourquoi Mido Ban avait agi ainsi. Si l'on intègre les forces spéciales, ainsi que la division shinigami qui les abritent, on se devait de respecter une certaine façon de faire. Arriver en tenue aussi peu discrète qu'elle vous faisait repérer à des kilomètres, exhiber ostensiblement un objet donc l'odeur vous faisait piéger facilement, puis faire preuve ensuite d'assez peu de sang froid pour déclencher une bagarre générale, elle ne s'attendait certes pas à cela de la part d'un de ses hommes. La force et la puissance ne faisaient pas tout, si l'on ne pouvait pas bien l'exploiter, elle devenait même presque plus entravante qu'utile. Et Soi Fon n'était pas décidée à voir ainsi perdre un potentiel si prometteur. Si l'on avait les capacités physiques et spirituelles d'un bon combattant, il ne manquait plus ensuite qu'a entrainer votre esprit pour faire de vous un parfait guerrier. Et la capitaine de la seconde division n'aimait pas voir de potentiel gâché.

Elle prit donc plus de soin et de patience avec cette homme qu'elle n'en aurait d'habitude. En plus, elle avait rencontrée Dame Yoruichi il y a peu de temps, elle était donc d'une excellente humeur à l'origine, c'était donc une grande chance pour Ban, qui n'aurait ainsi peut être pas à expérimenter directement le courroux de sa capitaine. Laquelle se contenta de rester devant son subordonné sans bouger, reprenant la parole comme si Mido n'avait rien dit auparavant.


Je ne t'ai pas demandé cela, l'explication de la réaction de tes camarades, Mido Ban. Je veus savoir pourquoi tu ne viens quasiment jamais à la division, arrive ici en traitant les autres de bétail, et finit par te battre alors que l'on te confisque un objet impropre à l'entrainement ici. Sans parler de la raison qui te fait porter une tenue si voyante et de ces cigarettes si odorantes et détectables. Je veus juste savoir cela, le reste m'importe peu.


Puis, comme si elle menait deux conversations tout à fait différentes sans s'en soucier, Soi Fon tourna uniquement sa tête dans la direction d'Hiroki, pour le fixer du regard et s'assurer d'avoir son entière attention pour répondre aux propos qui allaient suivre. Semblant attendre une réponse des deux personnes à la fois, Soi Fon patienta, impassible. Mais ceux qui la connaissaient savaient que cette patience ne durerait pas longtemps, juste le temps jugé nécessaire selon elle pour répondre à ses interrogations, pas un moment de plus.

Hiroki, quelles mesures peuvent être prises dans le Repaire des Asticots concernant l'emprisonnement en son sein de plusieurs personnes hautement dangereuses en même temps?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Jeu 22 Oct - 23:27

Pourquoi attendait-elle ? Il croyait devoir accuser quelques coups, comme l’avait si justement fait son lieutenant. Quelque chose comme ça. Cet homme à la carrure grossière n’aurait jamais dû naître aussi haut gradé, de par ses airs ridicules, de son attitude vulgaire, de son intelligence réduite..
A ne jamais sous estimer ses adversaires, Mido Ban s’en venait à se leurrer. Mais jamais il n’aurait à faire avec ce bon à rien, sauf si le capitaine avait décidé de trouver en lui le châtiment divin à exécuter.
Mais d’après la nouvelle rétorque du Capitaine Fon, lui demandant cette fois ci beaucoup plus de précision, et une remise en cause de ses agissements et non des autres, il comptait éluder tout ceci d’une toute autre manière.

Elle n’était pas si vindicative. Et quand bien même son cœur lui se serrait, sa raison le poussait à se méfier d’elle. Somme toute, il ne donnait sa confiance à personne. En regardant alors le soi-disant troisième siège, la curiosité le poussait à vouloir en savoir plus sur lui…

Mido Ban en était venu à ce constat : afin d’éviter les ambages, et ne point férir, le seul comportement à exécuter serait celui de l’exemplaire Soi Fon. Jusqu’à faire quelques connaissances pour redevenir ce qu’il fut autrefois, en attendant : il serait froid, hostile et .. dans sa brave limite, respectueux.
Quant à la force, il ne se soucia guère de cela. Toute sa puissance était son point fort, ainsi que son souhait de protéger autrui…

Il restait assez immobile pour lui faire face, mais considérer cette place comme inconfortable. Qu’aurait-il donné pour retrouver le confort de son lit. Il préféra alors s’adosser à l’un des murs des locaux, évitant le regard du taisho. Il fallait bien qu’elle comprenne qu’un garde à vous ne lui seyait guère. Du tac au tac, il répondit sur un ton.. qui se voulait doux, alors que sa voix elle, était rauque :

- Personne n’est venu me chercher, je suis, à l’instar d’un fantôme, translucide. Et, la raison qui pousse ma division à m’ignorer est sans doute la tenue que j’aborde…
Je ne porte pas de shihakushô car il me faut un certain temps d’adaptation pour cela. A l’académie, il en était de même. .. Cela dit, comme je n’ai rien d’autre à faire qu’à écouter les ordres de mon supérieur, j’irai troquer mes vêtements… Si cela vous convient.


Qu’a-t-il oublié de justifier… Il lui fallait un temps, mais cette petite mise en scène lui avait valu au moins un tête à tête -peu intime- avec son Capitaine. Ses mirettes descendirent jusqu’à sa poitrine et d’un coup d’œil il revint les planter dans ses yeux.

- Ah oui, j’oubliais.. Je remplacerai mes clopes par une tige. Quant à la raison qui m'a poussé à frapper cet homme à terre... hé bien... C'est un vieux reflexe chez moi, de cogner quand on touche à ce qui m'appartient.

On m'a dit de changer ça aussi, mais il n'y a rien à faire... aurait-il bien voulu continuer, bien qu'il trouva l'occasion de se taire.
Il n’en dit pas plus, ne tenta pas de lui expliquer ses rancunes par rapport au mode de vie de la Soul Society car tout lui était personnel. Et jamais il ne s’abaisserait à agir comme des sous-sièges. Surtout qu’il était persuadé qu’elle ne comprenait très rien de sa position anticipée.
Du cours de ses pensées découla alors quelques idées, à savoir celle-ci :

- Puis-je avoir cet homme, Karyudo Hiroki, comme entraîneur ?
Revenir en haut Aller en bas
Karyudo Hiroki
Shinigami de la 2ème division
Shinigami de la 2ème division
avatar

Nombre de messages : 369
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Ven 23 Oct - 18:56

Hiroki écouta Soi Fon avec attention. L'emprisonnement de plusieurs personnes très dangereuses en même temps? Même pas, il s'agissait de personne hautement dangereuses. Ce qui sous entendait des criminels aguerris et autres ennemis. Hiroki n'était pas tout à fait sûr de bien suivre sa capitaine. C'est pourquoi il interrogea cette dernière.

Hiroki: "Des personnes hautement dangereuses...Déjà, je ne suis pas sûr que leur place soit dans le repaire des asticots. Tu sais Soi Fon, je suis le chef des geôliers. J'ai à ma disposition plusieurs bâtiment pour l'enfermement. Le repaire des asticots n'est là que pour les sujets jugés dangereux par la chambre des 46 sans aucunes preuves. Si ce sont des criminels confirmés, je les enverrais plutôt dans d'autres prisons, histoire de ne pas surchargé le repaire, qui est déjà bien remplie par ces 46 idiots."

Il était vrai qu'en tant que troisième siège, Hiroki avait la charge des prisons de la soul society. Cela allait de la tour blanche au repaire des asticots. Toutes les prisons de la soul society étaient sous son contrôle et tout les geôliers faisaient parti des forces spéciales. Ainsi, Hiroki jugeait lui même de la dangerosité des incarcérés et choisissait leur lieu de destination parmi les différentes geôles qu'il avait à disposition. Néanmoins, il répondit quand même aux mesures pouvant être prises.

Hiroki: "Sinon, concernant les mesures, je peux bien retirer quelques geôliers de prisons faciles pour les mettre là où il y a besoin. Je peux aussi prendre quelques assassins, les moins efficace principalement, pour garder des prisons. Demander à ce crétin d'Omaeda de me filer des patrouilleurs, ou alors en prendre au quatrième siège, voir même des bourreaux, pour gonfler ma division, et ainsi mater ces soit disant criminels dangereux."

Hiroki fixait Soi Fon un long moment. il était vrai que l'ensemble des forces spéciales était divisé en 5 division, ou corps, chacun sous la direction d'un des 5 premiers officiers de la seconde division. Ainsi, les membres des forces spéciales étaient plus ou moins déplaçables. On pouvait changer leur affectation selon les besoins, et c'est ce sur quoi comptait Hiroki pour mieux garder les prisons en cas de problèmes. Soi Fon savait ce genre de choses, puisque c'était très fréquent dans les forces spéciales.

Puis Soi Fon et l'inconnu qui s'appelait apparemment Mido ban échangèrent des paroles qui n'avaient que peu d'intérêt pour Hiroki. Soi Fon reprochait à l'homme de s'être battu et ce dernier justifiait sa conduite. Tout cela résonnait loin aux oreilles du fantôme, quand une phrase l'interpella et le fit sortir de sa torpeur.

Mido Ban: - Puis-je avoir cet homme, Karyudo Hiroki, comme entraîneur ?

Hiroki fut surpris d'entendre cela. Lui? Un entraineur? Qu'avait ce Mido Ban derrière la tête? Il ne le connaissait même pas. Pourquoi voulait-il être entrainé par ce dernier?

Hiroki: "Euh, je suis pas un entraineur moi, ok? Dis moi, cher Mido Ban, quel siège es-tu? Tu es là depuis peu, non? Le truc c'est que j'entraine personne moi. J'ai fait de la prison hein. Tout le monde le sais ici. J'suis un criminel, tu vois l'tableau?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Dim 25 Oct - 19:10

Soi Fon resta silencieuse et immobile un instant après les propos de ses deux hommes. Son regard lui aussi n'avait pas changé à un seul moment durant leurs propos, comme si tout cela indifférait. En fait, il s'agissait plutôt d'une absence totale de démonstration d'émotions de la part de la capitaine. Après tout, à quoi bon montrer ce que l'on pensait à autrui? Tant qu'ils n'avaient pas besoin d'avoir accès à de telles informations, la commandante des forces spéciales ne voyait pas pourquoi elle devrait s'afficher face à ses subordonnés. Aussi réceptionna-elle les bonnes nouvelles comme les mauvaises de la même façon, et deviner ses intentions et réactions devenait ainsi impossible. Pour le moment, son regard était rivé sur Mido, mais aurait aussi bien pu contempler le vide, pour toute l'expressivité que cela lui faisait.

Donc, visiblement, tout ces problèmes étaient advenu à cause du manque de conformité du nouveau venu. Ne savait il pas à quoi il devait s'attendre en venant ici? Qu'avaient donc bien pu faire les recruteurs pour laisser passer un tel défaut sans le corriger un tant soi peu? Les personnes réunies ici ne seraient finalement pas les seuls à être réprimandées au final. Quand Soi Fon agissait, elle ne tolérait pas ce genre d'erreur de la part de ses hommes. Elle avait du coup un cas particulier à traiter de par leur faute. Une personne pas vraiment en adéquation avec la seconde division et les forces spéciales, pour l'instant, mais qui s'avérait prometteur dans certains domaines et voulait bien se confondre aux intérêts de l'organisation. Son cas n'était ainsi pas tout à fait perdu, Soi Fon l'aurait supprimé depuis un moment si cela n'avait pas été le cas. Il suffisait juste de faire ce qui n'avait pas été fait plus en amont, en faire un membre des forces spéciales digne de ce nom.

Elle s'approcha donc encore plus de Ban, n'étant plus séparée à présent que de quelques centimètres de lui. Elle ne montrait aucun agacement à devoir lever son visage pour rencontrer son regard, plutôt une absence totale d'intérêt pour la chose. Elle n'était pas du genre à complexer à cause de sa taille, sachant pertinemment que cela ne voulait rien dire au niveau des qualités d'un individu, et étant plus qu'habituée à côtoyer des gens plus grands qu'elle. Elle s'arrangeait même pour regarder de haut même ceux la dépassant largement en taille avec une simplicité déconcertante. Quand elle interpella à nouveau Mido Ban, son expression faciale n'avait pas plus bougée qu'auparavant, se contentant de refléter un calme impassible. Sa voix reflétait détachement et assurance, avec en plus une inflexibilité ne laissant pas place à la contestation.


Bien. Lorsqu'on officie dans la seconde division et les forces spéciales, on ne peut se permettre de porter une tenue voyante ni une odeur si caractéristique. Fait ce qui te plait durant ton temps libre, mais lors de ton service, tu te doit de te plier à ces règles ou tu ne seras jamais un homme efficace.

Ah, et en ce qui concerne ton comportement, là aussi, si tu fais cela en mission, tu ne vivras pas très longtemps. Mais tu vas t'en rendre compte très bientôt. Mais Hiroki a un caractère qui te ressemble trop pour faire un bon entraineur pour toi. A la place, je me chargerais moi même de te former. Et l'on verra alors de quelle fonction tu es digne.


Sans un mot de plus, Soi Fon se détourna de Mido et se mit à avancer vers Hiroki, Omaeda gisant toujours au loin en pleurnichant et ne méritant donc pas qu'on s'y intéresse. Elle dépassa néanmoins son troisième siège et se mit à passer entre les rangs des shinigamis rassemblés derrière eux, les passant méthodiquement en revue. Pourtant, elle n'en continua pas moins de s'adresser à Karyudo de son ton impérieux.

Tu crois que je ne le sais pas, Hiroki? Si je te parles du repaire des asticots, c'est bien pour le cas de personnes dangereuses mais n'ayant justement pas encore agis en flagrant délit. Autant eviter d'autres cas comme Aizen et ses complices, à l'avenir.

Pour ce qui est des gardes, cela devrait peut être suffire, avec peut être l'ajout de rondes passagères de certains sièges. Au niveau des cellules individuelles du repaire des asticots, combien peuvent être aménagées de façon à ne laisser personne s'échapper en usant intensivement du reiatsu?


La capitaine de le deuxième division attendit la réponse des deux hommes sans se presser, continuant sa ronde parmi ses soldats présent dans cette sale d'entrainement. Le pire était pour le moment passé pour tous ceux ici présent, mais il faudrait tout de même veiller à ne pas chercher plus encore la capitaine, sa patience était après tout assez limitée...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Dim 25 Oct - 21:23

Le soleil était maintenant présent dans le ciel depuis déjà un bon petit moment. Ce dernier dissimulé, de temps à autres, par quelques petits nuages blanc cotonneux passagers. Une journée bien belle, il va s'en dire. Le genre de moment où tout le monde ne pouvait rêver que du monde extérieur. Cependant, tous n'avaient pas cette chance absolue que de sortir quand bon leur semble. Après tout, dans une entreprise militaire comme l'était le Gotei treize, plus ton rang se trouve élevé dans l'échelon, plus il y a de responsabilités à remplir. Enfin, peut-être certains moins que d'autres puisqu'il préféraient torturés leur sous-fifres! Voilà comment raisonnait la pensée d'Akane en ce bel avant-midi alors qu'elle se trouvait derrière sa table de travail avec une tonne de paperasse assez énorme. Ce très cher "Iba-kun" les lui ayant apportés en une seule fois, tout en les échappant toute sur le sol dans un déluge de bois transformé. Ce dernier lui disant alors rapidement qu'il avait à faire et lui confiait donc toute sa paperasse pour l'occasion. Le voyant avec une bouteille de sake dans les mains, la jeune femme comprit où il voulait en venir et tenta de l'empêcher de partir mais trop tard... il n'était déjà plus à l'horizon... Ce petit gêneurs d'ivrogne venant de lui donner une assez grosse charge de travail pour qu'elle ne puisse même pas sortir de la journée! Celui-là lui en devrait une sa c'était clair... ce fut donc d'humeur un peu massacrante, ayant du travaillée aussi la soirée d'avant pour faire un rapport à son capitaine au sujet de l'attaque des trois particuliers Hollows ayant sévit dans la septième division il y avait de cela peut de temps. Attaque gérée par la demoiselle de la place ainsi qu'un homme de la deuxième division. Sa vengeance étant au moins assurée par une mention noir sur blanc de l'absence de se lieutenant de pacotille. Mais, justement, comme la troisième siège commençait cette lourde besogne, à peine dix minutes plus tard, le visage de ce désiré lieutenant de la septième division, moins assuré que plus tôt, se présenta de nouveau à elle. Ce dernier, un peu embarassé prit alors la parole:

-Hé bien... content de te faire de nouveau coucou Kilakiro-chan! Euh... hum... le capitaine m'a demandé de te rapporter ton rapport au sujet de la petite catastrophe et... te demande d'aller le donner au capitaine de la deuxième division... pour avoir un avis extérieur... le capitaine Soi Fon étant... certainement la mieux placée pour faire enquête. Héhéhé... tu m'en veux pas trop hein?

Se levant alors de son bureau sans démontrer la moindre émotions, cette dernière approcha d'Iba qui lui, trouva le moyen de reculer en souriant, avançant plus vite soudainement, lui prendre le petit amas de feuille de papier des mains fut assez aisé. L'homme maintenant acculé contre un mur, cette dernière mit son visage très proche du sien avant de lui dire:

-Mais non, je ne t'en veux pas Iba-kun... Je comprend qu'en cette journée, aller te faire une gueule de bois avec l'un de tes petits copains soit très tentant. Je vais donc de se pas à la deuxième division. Ho et au fait, si tu n'as pas reprit ta paperasse d'ici mon retour, là tu auras de bonne raisons de me fuir. À plus tard!

Alors que les premières phrases d'Akane avaient été dites avec un visage calme serein et neutraliste, l'air de cette dernière c'était profondément assombrit en disant les deux dernières phrases. Ce fut donc un Iba soupirant de ne pas avoir connu une vengeance monumentale que notre dame shinigami laissa derrière son sillage. Ce fut d'un pas léger et lent que notre messagère partit donc en direction des locaux de la seconde division de combat du Sereitei. L'usage du Shunpo aurait pu être adéquat pour cette situation, mais, en fait, n'étant pas pressée, marcher lui semblait simplement plus approprié. Ce n'était pas comme si la division rechercher allait se déplacée au fur et à mesure qu'elle avancerait. D'une certaine manière, aller là-bas serait plutôt distrayant puisque cela lui permettrait de revoir cet homme drôlement vêtu qui l'avait aidée contre ces trois Hollows à pouvoirs qui avaient réussit à infiltrés le Sereitei. Après tout, à l'exception son Lieutenant, la personne arborant une le corps d'un être à peine âgée de dix-sept à dix-neuf ans, ne connaissait personne d'autre que cet homme à la chevelure brune dans tout les Sereitei. Elle ignorait même le nom des autres capitaines, Lieutenants et gradés diverses de cet endroit. C'était un peu étrange mais bon, il fallait avouer que cette femme faisait à peu près qu'à sa tête, respectant les règlements dans ;a mesure du possible sans toutefois se plier à toutes les exigences qui soient. Profitant du beau temps en chemin, ces pensées étaient tel que son âme se disait que même si c'était de court duré, au moins, cette sortie lui aurait été profitable pour prendre une bonne bouffée d'air. Au minimum, cette demande de son capitaine lui avait permit d'avoir un bon tête à tête avec son tortionnaire. Il faudrait pensé à remercié ce cher haut gradé. La fraiche petite brise venant agréablement circuler entre chacune de ces mèches violacée qui constituaient son épaisse et longue chevelure.

Ce fut après tout de même une bonne marche qu'elle arriva au lieu souhaité où était établit la division arborant le numéro deux. Cependant, il ne semblait pas y avoir grand grand animations dans le coin, l'extérieur des bâtiments étant tout sauf bondés... Mais où était-donc passé tout le monde? Le son de quelqu'un criant (Omaeda) alerta alors Akane qui se rendit vers l'origine du son dans un seul Shunpo. Cependant, arrivée face au bâtiment d'où provenait cet appel, marcher fut de nouveau son action. Se positionnant sur le bord de la porte, la jeune femme ne regarda qu'en penchant sa tête sur le côté pour qu'un seul de ces yeux dotés d'une vue perçante, très utiles pour satisfaire sa curiosité, puisse voir ce qui se passait à l'intérieur. Ce fut donc à une scène de discipline que put assistée la troisième siège de la septième division. Voyant une belle mais froide jeune femme, qui ne semblait pas bien bien plus vieille qu'elle, sermonner ou plutôt, dominer les hommes présents dans la salle. Sa voix semblant être maitre dans ces lieux et avec raisons. Son haori prouvant que son titre était celui de capitaine. Deux personnes parmi le lots étaient principalement visés par cette furieuse et sévère demoiselle. L'un d'en eux étant bien sûr Mido qui semblait s'être de nouveau attiré des ennuis. Cela réussit presque à faire naitre un sourire sur le visage inexpressif de la jeune dame. Ce ne fut qu'à se moment là, qu'elle se rendit compte d'être observée depuis un moment par une seule et même personne. Un grotesque personnage dont l'estomac était la partie anatomique dominante donc les petits yeux insignifiants fixaient Akane depuis quelques instant et semblant chercher ces mots. Avec son manque d'expression naturel, la shinigami arrivée dans le Gotei treize que depuis peu, le salua. Ce dernier sembla bafouiller en commençant à se relever, voulant probablement prévenir les autres de l'arrivée de la "beauté" au dires de certains mais, de toute manière, cette dernière avait déjà ouvert grand la porte coulissante et s'était positionnée et adossée dans le cadre de porte. Un léger sourire naissant sur ces lèvres où résidait toujours une sucette, ces paroles furent:

-Bonjour à tous, et bonjour Mido-kun. Encore réussit à t'attirer des embêtements? Sa ne te dérange pas que je sois moi aussi venue te rendre visite à ta division hein?

Le vent frais commençant à s'infiltrer dans la pièce, les cheveux aux couleurs des fleurs de lilas d'Akane continuèrent de s'agiter doucement. Son habit n'était pas celui pouvant garder le plus au chaud qui soit une femme mais bon, il ne faisait tout de même pas si froid. En somme, son apparence vestimentaire était constituée du même type de kimono que celui de Nemu, de la douzième division. Cependant, le col avait été cousu dans le et là où se trouvait normalement les épaules ne résidait plus qu'un vide laissant cette partie de la jeune femme à découvert. Le tout semblait être retenu par des bretelles mais, une petite camisole noir subsistait sous cet habit en cas de problème, la nudité n'étant pas une de ces passion. Tout comme Nemu, il n'y avait pas de longs pantalons mais une simple jupette si l'on puis dire. Bien que celle que revêtait la femme en ce moment était un peu plus longue et n'était pas serrée à sa finition. Cet accoutrement donnant plus de liberté de mouvements à notre jeune bourrin au zanpakutoh. Pour dissimuler les jambes, deux longs bas ou collants bicoloriés dans les teintes de violet parcourait ces deux parties servant à la marche et à la course pour se terminer dans les sandales que tous portaient, donnant un aspect plus coloré à son physique. Suite à sa déclaration. Ces yeux de saphirs se promenèrent dans la salle où tous semblaient la regarder. Puis, en revoyant la silhouette de la capitaine, un éclair lui passa en tête, lui rappelant un détail majeur.

-Oh, j'oubliais, je dois remettre un rapport de la septième division concernant des événements récents à la Capitaine de la seconde division. Le Capitaine Soi Fon, c'est bien vous si je ne m'abuse?

Tendant les quelques feuilles de papiers expliquant l'attaques des trois hollows à pouvoirs qui avaient sévis depuis peu. Son air neutre ayant reprit le dessus de sa personnalité habituel alors que peut-être encore beaucoup devaient regardez cette femme qui ne semblait pas craindre la Capitaine, à bonne raisons de ne pas la connaitre, et se tenait dans leur salle d'entrainement sans avoir eut la permission d'entrer. La téméraire messagère termina en disant à Soi Fon qu'elle pouvait lui demander plus de détail en personne au sujet de ces quelques bouts de papiers puisque c'était elle-même qui les avaient rédigés. Restant là de son air peu communicatif mais patient, Kilakiro Akane attendait désormais le verdict.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Jeu 29 Oct - 4:49

Il fit très surpris par la réponse et le ton qu’employa ce supposé troisième siège. Il en fut même très déçu, sachant qu’il en savait bien assez au sujet d’Hiroki pendant qu’il pensait tout bonnement le contraire. Parce que oui, Mido fouillait dans les archives sans que personne ne le sache. D’ailleurs, s’il se faisait prendre à ce petit jeu, peut-être allait-il mettre fin à sa situation actuelle, mais qu’importe, il est doué…n’était-ce pas Makube qui le lui avait appris ? D’un soupir, il savait que les anales de la Soul Society résidait dans un seul et même endroit : la bibliothèque. Seulement…, certaines archives restaient définitivement secrètes.
A dire vrai, la condition dans laquelle baignait ce troisième siège le rendit très indifférent, et son attitude d’un léger je-m’en-foutisme allait en contrastant avec l’idée qu’il s’était fait de lui au début.

- Je vois parfaitement le tableau et ça me laisse de glace. Fit-il presque condescendant alors qu’il y avait sa supérieur devant lui. Qu’importe, son maigre discours quant à son étiquette de prisonnier l’avait mis sur un autre piédestal. En quoi cela pouvait-il le déranger ? Son passé n’avait rien à voir avec les entraînements et s‘il était si occupé que cela, que faisait-il à flâner de si bon matin ? Une folle envie de fumer lui prit et il commençait tout juste à maudire cette règle ridicule interdisant cet usage très.. urbanisé. Après tout, il fumait des herbes spirituelles…

Il aurait aimé ne pas lui répondre quant à son numéro de siège puisqu’Hiroki semblait n’avoir que faire de lui, mais il fut bien obligé de faire montre d’un peu de ..tenue :

- En attente concernant le siège...mais il fait mieux de ne pas me sous-estimer...

Cependant, à peine avait-il pu répondre au troisième siège qu’il fut happé par la toute grande personne au devant de lui. Soi Fon, sa petite mais non moins prestigieuse Capitaine. Il se mit à la fixer avec une attention toute particulière. Il lui fallait troqué de manière irréfutable son jean et sa chemise blanche qu’il affectionnait tout particulièrement pour… ces uniformes sombres et larges. Il ne s’y ferait pas. Il avait mis un mois avant de porter celui des académiciens. Cela dit, il devait bien se plier aux règles qui régissent la Soul Society, ainsi qu’aux ordres de cette demoiselle autoritaire.. froide.. mais sexy.
Cependant il fut indigné de constater qu’elle trouvait leur caractère respectif -hiroki et mido- similaire.. Alors qu’il en doutait fort. Hiroki était certainement très fort, ou possédait des qualités profondes, mais Ban réfuta cette comparaison. D’un haussement d’épaule, il ferma les yeux et obliqua son visage vers la gauche, soupirant. La toute seule et dernière chose qui toucha son cœur, parce qu’il en possédait un, -si, si,- fut sa proposition…ou plutôt son choix, de bien vouloir l’entraîner. Elle… Soi Fon.. Son capitaine.

Qu’elle ait du temps à perdre pour lui le laissa quelque peu penaud, mais il garda bien secrètement toute pensée comparable pour ne pas fausser cette expression dédaigneuse qu’il arborait au visage. Il ne semblait accepter les requêtes de son supérieur, mais intérieurement, il lui tardait déjà de la combattre, et de l’admirer par la même occasion. Il voulait sérieusement lui ressembler…

L’envie de changer son accoutrement le mit dans un état de trépignement mental, se demandant quand enfin ce petit échange se terminerait-il. Il se demanda aussi la date. Aujourd’hui, demain.. ? Il brûlait d’envie de le lui demander mais ne voulait pas user sa salive néanmoins. Peut-être souhaitait-il qu’on lui foute la paix.

Alors que Mido Ban avait pensé s’en sortir indemne, avec en prime des rendez vous avec la femme qu’il admirait le plus au monde, il se rendit compte que Dieu le maudissait définitivement. Merci.
Pour cet accueil inopiné, pensant que cette petite affaire d’il y a une semaine à peine aurait eu son content de quotas sans qu’il ne soit embarqué dans l’affaire. Foutaise, le voici derechef happé dans une toute autre situation, où la jeune Akane rajoutait une couche de son stoïcisme incontournable : ‘Encore réussit à t'attirer des embêtements? ‘
Pour toute réponse, il lui sourit sans gène, comme pour lui signifier que sa gentille compassion le touchait profondément. S’il avait pu la laisser mourir finalement lors du combat, peut-être que…
D’un haussement d’épaule, il croisa les bras sur sa poitrine et s’adossa quand le reste de l’équipage restait comme des poteaux sous le joug du Taisho. Il ne put s’empêcher de la dévisager un long moment, et fuyait son regard quand elle s’intéressait enfin à lui. Chose très rare en somme.

Ce qu’il redouta le plus néanmoins fut le rapport d’Akane. Il avait certes bien agi en aidant les sièges de la septième division mais Soi ne manquerait pas de lui demander le pourquoi de cette rencontre…Quelle histoire. Si elle devait apprendre que par la suite, il avait ouvert un dossier sur cette histoire sans lui en avoir parlé.

Il haussa les épaules et referma les paupières, priant finalement pour son salut.
Revenir en haut Aller en bas
Karyudo Hiroki
Shinigami de la 2ème division
Shinigami de la 2ème division
avatar

Nombre de messages : 369
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Mer 11 Nov - 22:44

Hiroki ecouta la réponse de Soi Fon, qui faisait echo à sa propre réponse à une question de la dame. Ainsi il s'agissait vraiment d'individus supposé comme dangereux, ou subversifs par la chambre des 46, la "meilleure" de faire une société elitiste où il fait bon vivre.

Puis Soi Fon demanda de façon claire si le geôlier en chef pouvait amennager des cellules individuelles dans le repaire des asticots. Certes, ces cellules étaient réservées aux individus les plus potentiellement dangeureux, mais avaient bien souvent pour effet de les rendre encore plus dangereux. Dans le reste de la prison, les prisonniers, bien qu'enfermés, jouissaient d'une certaine liberté de mouvement, de paroles ou d'actes dans l'espace certes confiné de la prison. Les cellules individuelles avaient ce pouvoir de retirer toutes ces libertés à ceux qui y étaient confinés. Beaucoup y devenaient fous, s'emplissaient de rage, et parfois réusissaient à jaillir de leur espace individuel pour semer le chaos dans la prison, juste le temps que le chef arrive et ne matte ce problematique individu.

Hiroki: "Alors euh, il doit y avoir une vingtaine de cellules individuelles libres pour l'instant. On peut probablement en amenager une dizaine d'autres. Je ne pense pas pouvoir faire plus sans vraiment empieter sur la liberté des autres detenus, ceux qui sont libres de mouvement. Et tu dois savoir chere Cap'n qu'il n'est pas envisageable de corser le quotidien des libres..."

Cette phrase, bien que pouvant paraitre enigmatique pour les shinigami d'autres divisions, ou n'ayant pas connaissance du repaire des asticots. Pourtant, elle n'en restait pas moins lourde de sens. Tout les geôliers savaient que plus les conditions de vies sont difficiles, comme dans les cellules individuelles, pour les prisonniers étaient tendus. Et plus les prisonniers étaient tendus, plus dangereux ils étaient. Hiroki se doutait bien que si tout les prisonniers s'entendaient pour renverser leur geôliers, ils y arriveraient probablement. Du moins, ils y seraient parvenus avant l'arrivée de Hiroki à ce siège. Il avait pu penser à ces cas de figures et avaient prévu des solutions.

Il tourna la tête vers Mido Ban qui lui répondait vaguement concernant son numero de siège. Pour tout dire, il ne répondit rien, ce qui n'eut pas pour effet de réjouir Hiroki sur cet individu.

Hiroki: "Tu es le seul ici à parler de sous-estimation. Sache que dans cette division, tout le monde a appris à ne jamais sous-estimer personne, mais à se baser sur de vraies informations. Je voulais juste connaître à quelle position Soi Fon t'a placée. Et puis, plutôt que de lui demander directement, je te demande à toi. Ca fait un peu d'interactivité. Vois-tu, les 5 premier siège de cette division ont la particularité de n'être pas doublable, puisqu'ils occupent chacun un rôle de dirigeant dans les corps des forces speciales. Je me demandais si en tant que nouveau venu, la capitaine avait pu te mettre à l'une de ces places. Si c'est le cas, tu risque de souffrir..."

Il n'y avait pas une once d'agressivité dans les propos d'Hiroki, juste de la mise en garde. Il se doutait bien que si les forces spéciales, de n'importe quel corps, recevaient un nouveau chef sortit de nul part, n'ayant même jamais fait partie des forces spéciales, ils risquaient de ne pas vraiment l'accepter, et dans le pire des cas lui mener la vie dure. Hiroki voulait juste prevenir le nouveau venu. Il se doutait bien qu'il avait echoué à une place relativement haute, pusique Soi Fon même connaissait son nom, chose dont la jeune femme n'était pas coutumière. Mais d'un autre côté, il douta vraiment de la position de cet homme après que celui-ci lui ai demandé un entrainnement.

C'est alors qu'une curieuse personne se permit de débarquer dans la division en faisant coulisser la porte un peu trop brusquement, ce qui eut pour effet de faire claquer la dite porte contre son batant. De plus, cette personne s'adossa nonchalamment dans le cadre de la même porte citée juste avant (tant qu'à faire). Qui était-ce? Comment une shinigami pouvait ignorer la réputation de la seconde division? Tout shinigami connaissant, ne serait-ce que de loin, la seconde division, ne se comporterait pas ainsi dans les locaux de la dites division. C'etait de loin la division la plus ordonnée du Sereitei, la plus crainte par les autres aussi.

Hiroki: ...

Cette étrange personnage semblait bien connaître le dénomé Mido Ban, qui avait causé tout ce rafus quelques minutes auparavant. Voilà qui n'arrangerait pas son cas, ni celui de la jeune femme d'ailleurs. Hiroki se ficha eperdumment du sort qui leur serait reservé. Il ne les connaissait pas, et n'avait pas forcément envie de prendre leur parti. Il se contenta d'observer silencieusement la scène, reculant de plusieurs pas pour aller s'adosser à un mur, poser le pied contre celui-ci et croiser les bras. Mais lui, il était de la seconde division.

HJ Bon voilà, pas vraiment d'inspiration, mais me suis forcé à répondre pour vous débloquer...allez-y, jouez gaiement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Mar 17 Nov - 23:58

Un bon point dans tout cette affaire, au moins le repère des asticots pourrait être aménagé selon les projets de son capitaine. Cette dernière espérait ne pas devoir à en arriver là, mais au moins, ils seraient prêts le cas échéant et c'était tout ce qui importait. Cela au moins était réglé. Le cas du shinigami Mido Ban, par contre, était loin de faire de même. Car si il avait bien une chose qui n'était pas dans les habitudes de Soi Fon, c'était de laisser ses subordonnés dans un relâchement total et une absence de sérieux. Et elle n'allait pas commencer aujourd'hui, le nouveau venu à sa division pouvait donc s'attendre à un programme de redressement d'enfer à partir de maintenant....si il avait de la chance!

Hors, la chance ne semblait pas être au programme pour l'instant au vu de ce qu'il survint ensuite, à savoir une shinigamie fort peu prudente au vu de son arrivée. Et qui apparemment connaissait le dénommé Mido Ban, mauvais pour lui , ça. Lequel reçut ainsi sans tarder de Soi Fon un regard glacial, lui faisant passer en un coup d'œil le message de phrases entières, à savoir qu'il allait vite regretter d'avoir permit à ses connaissances douteuses de se ramener l'air de rien à la division. Et que si cela se produisait à nouveau, il ne pourrait plus rien regretter pour des raisons du genre définitif. Mais il semblait disposer pour le moment d'un répit provisoire, la personne d'Akane paraissant en effet attitrer plus l'attention de son capitaine que lui. Soi Fon s'était d'ailleurs tournée vers la jeune femme lentement, très lentement, d'une lenteur qui ne présageait rien de bon après être restée figée au moment de l'arrivée de l'intruse.

Curieusement, elle fixa Akane d'un regard d'une totale neutralité, comme si il ne s'agit que d'une simple personne et pas de quelqu'un ayant eut l'outrecuidance de pénétrer sans autorisation dans sa division, de ne pas se présenter tout en saluant négligemment les personnes présentes, et finir par s'affaler de façon fort peu protocolaire contre la porte en faisant passer ses intérêts personnels avant sa mission. Autant dire que son compte à elle aussi était loin d'être satisfaisant, ce n'est pas parce que elle faisait partie d'une autre division qu'elle avait le droit de ne pas être digne de sa fonction de shinigamie après tout, surtout quand elle mettait le pied dans sa juridiction.

C'est ainsi que la capitaine de la deuxième division disparue à la vue de tous. Pour réapparaitre derrière Kilakiro Akane, à quelques mètres de distances et donc dans la cour faisant face au bâtiment. Au même moment, la troisième siège de la septième division sentit plusieurs impacts tout le long de son corps. Sentant ses membres se mouvoir par la force contre son grès, elle se retrouva soudainement projetée au milieu de l'espace de l'encadrement de la porte du bâtiment, à genoux et légèrement en retrait, la tête même abaissée vers le sol, comme en position des plus respectueuse. Le rapport avait disparu de ses mains pour apparaitre comme par magie dans celle de la capitaine derrière elle, qui était déjà en train de le lire et de l'éplucher page par page avec une rapidité et une clarté que confère l'habitude. Sans se départir de son calme extérieur et de la tâche qu'elle était en train d'effectuer, Soi Fon adressa finalement la parole à la jeune femme affalée par terre d'un ton figé et autoritaire, bien que conservant une certaine calme neutralité.


Sachez être digne de votre rang de shinigamie en premier lieu, au lieu de baguenauder de la sorte, d'entrer sans autorisation dans des quartiers réservés, de manquer cruellement de politesse et de ne penser à votre devoir qu'à la fin. Ce n'est pas parce que vous êtes négligente dans votre division que vous pouvez vous le permettre ici, car ici, c'est moi qui commande.

La capitaine retourna alors subitement son visage en arrière, sans que le reste de son corps bouge d'un poil, son regard passant au dessus de la shinigamie pour aller directement fixer les deux shinigamis ayant crus eux aussi pouvoir faire preuve de relâchement. Le rappel de leur capitaine fut assez cinglant.

Je ne me souviens d'ailleurs pas d'avoir permit à certains un comportement négligé en ma présence...

Retournant à sa lecture, Soi Fon ne rajouta pas un mot de plus, c'était amplement suffisant. Après, ses hommes pouvaient persister dans leur attitude, mais ils savaient à quoi s'attendre, eux, et donc pourquoi ils ne devaient en rien s'y risquer. Continuant donc à porter son attention à scruter le rapport, la commandante des services spéciaux ne mit ainsi guère de temps à en avoir finit avec lui. Laissant alors la liasse de papier retomber à bout de bras, comme ne présentant plus d'intérêt, c'est sans se retourner, comme fixant le vide de al cour devant elle, que la capitaine s'adressa une fois de plus à ses subordonnés...à un en particulier en fait.

Mido Ban, puis-je savoir pourquoi je n'ai reçu le moindre rapport sur un certain incident ayant rapport à des hollows, votre propre personne et cette shinigamie? J'ose espérer qu'il y a une raison valable à cela...

Si raisons valables il n'y avait pas, mieux valait ne pas songer à la suite, qui serait assez désagréable pour certains. Néanmoins, Soi Fon ne s'arrêta pas à cela et continua, tout en attendant sa réponse, à réfléchir à ce qu'elle venait de lire. Qui était assez préoccupant à vrai dire. Il allait falloir s'en occuper rapidement afin d'éviter que le phénomène ne devienne incontrôlable, quel qu'il soit. Et il pouvait déjà être un grand nombre de choses....

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Mer 18 Nov - 10:46

Bizarrement, il semblerait que son arrivée ne soit pas trop appréciée... Au vu du fait que se soit Mido et un autre homme qui se trouvaient tout deux au milieu des autres gens, la déduction logique était apparemment que celui-ci avait du provoquer quelque chose qui avait attirer les foudres de sa capitaine. Tout du moins, à en juger par le regard courroucé qu'elle jetait à ce dernier. Le regard neutraliste qu'afficha ensuite la femme aurait pu être susceptible de calmer la troisième siège, enfin, si cette dernière n'avait pas dévoilée son panneau de chien qui mord juste avant. Sa ressemblait d'ailleurs un peu trop à l'air de la femme se tenant sur le seuil de la porte pour être sincère. À moins que le miracle de la division neutraliste ne puisse être imaginé, ce qui n'était pas vraiment le cas à en juger par le comportement des subordonnés présents, la chose la plus évidente à présagée fut une comme celle qui allait suivre. Hé oui, malgré ces airs inexpressifs quotidiens, la troisième siège n'en restait pas moins observatrice de son environnement, la dureté du capitaine transparente dans le comportement de ces hommes maintenant que ces yeux y avaient décelés la faille. Donc, l'hypothèse d'une bonne punition était la plus plausible, en supposant que ces calculs étaient bons. Peu de temps après, la femme était disparu, même si en fait, elle ne s'était déplacée qu'à l'arrière de la seule autre femme présente en ces lieux soit, Akane. Peu de temps après, plusieurs coups vinrent heurtés la troisième siège la forçant alors à se plier en courbette grotesque au sol. Quoi que, forcer était un bien grand mot, cette molasse s'étant plutôt laissée guidée et ayant encaissée la douleur des coups sans crier, bien que se ne soit pas des coups spécialement portés pour blessés non plus. Pourquoi si peu de résistance? Réponse simple: Ah quoi bon? Vu la vitesse de déplacement de cette femme, esquiver aurait été de toute manière impossible et, qui plus est, échapper à un châtiment n'était pas dans ces gênes. De toute manière, pour le peu de temps passé ici par jour, ce n'était pas comme si sa allait la tuée.

Heureusement, durant cette petite intervention de force, les épaules de la jeune demoiselle ne furent pas atteintes. Ces dernières portant encore les bandages que la quatrième division lui avait fait appliquée quelque temps au par avant. Les lacérations laissées par le monstre qu'avait combattu par la femme shinigami lors de l'infiltration stipulée dans le rapport étant quelque peu plus importantes que ce qu'elle s'était imaginée. En fait, ces dernières ayant contenue du poison, il lui avait fallut plusieurs allez retour jusque là-bas pour en retirer tout le fléau. D'ailleurs, le liquide infectieux était désormais sous observation pour en savoir plus sur ces effets. De toute façon, plus rien à en craindre désormais, elle n'en avait plus dans le corps. Cependant, le tout tardait à cicatriser et se révélait donc un peu sensible. De plus, elle avait tout le temps Iba sur le dos avec tout sa. Qu'il cesse donc de s'occuper d'elle et ne la laisse respirer un peu... il devait avoir bien mieux à faire. De plus, sa devenait assez gênant que de le voir la traiter comme un bébé, elle savait parfaitement prendre soin d'elle. Bon d'accord, elle aurait probablement sauté plusieurs rendez-vous mais bon... pas de quoi en faire toute une histoire. N'aimant pas qu'on la sur-couvre ou qu'on la privilégie, tout ce que demandait généralement Akane était d'être acceptée avec ces points forts et ces défauts, heureusement qu'elle n'était pas dans la deuxième division pour ces mêmes raisons d'ailleurs. Là où étaient les moutons ne vont pas les ânes. Pour cette fois, elle se plierait au mieux de ces capacités à la deuxième division. N'étant pas ici pour restée, rien ne servait réellement que de s'attirer des problèmes. Une femme avec aussi peu de volonté qu'elle évitant par automatisme de s'attirer inutilement les reproches des autres, si possible. Écouter le sermon fut donc sa première action, sans changer de position d'ailleurs, les position gênante ne changeant strictement rien à sa vie. Lorsque finalement, la femme ne prononça plus un mot, aussi bien envers Akane qu'à tout son entourage, la femme à la longue chevelure mauve se releva doucement, puis, se tint alors, étonnamment, droite pour ensuite se permettre tenir bien face à la direction où se tenait la capitaine des lieux et lui parler de la manière suivante qui lui était peu naturelle:


-Milles excuses, Capitaine Soi Fon! Sa ne se reproduira plus. Pardonnez mon insouciance. J'espère que le rapport aura su vous procurer des informations utiles. Pour en revenir à mon impolitesse, je vais me rattraper de ce pas. Kilakiro Akane, Troisième siège de la Septième Division. Je fut envoyée ici pour vous délivrer se rapport et vus fournir plus d'informations si nécessaires. Dois-je restée ou disposée?

Bon d'accord, ce n'était peut-être pas des plus au point mais, c'était une amélioration non? Déjà qu'il était surprenant de la voir s'exprimer aussi clairement. Bien que son visage ne traduisait toujours pas réellement une véritable émotion, au moins, la posture de son corps devait paraitre plus acceptable. Quoi qu'il en soit, le tout semblait en point d'exploser, sa c'était bien sûr sans mentionner le ventre du gros lard de service. Angoisse au sujet de son capitaine? Indigestion? Incapacité à supportée trop de belles femmes dans une même pièce? Va savoir. Akane se contentant de tenir sa position, le reste l'importait peu... à part peut-être ce que Mido avait à répondre à la femme à la chevelure aux couleurs du plumage des corbeaux. Mais... avait-il réellement à fournir un rapport normalement? Akane savait bien les tâches d'un troisième siège mais, pour les autres rangs, elle était quelque peu ignorante. Si elle n'avait même pas eut la volonté nécessaire pour apprendre les fonctions et particularité des autres divisions, sa ne serait certainement pas les tâches dont elle n'était pas responsable dont se soucierait son esprit. Détail mineur, où avait-elle entendu le nom de Soi Fon? Facile, il était collé à la bouche de tous ici. Le gros boudin en ayant même fait mention durant qu'il servait de paillasson, malgré son souffle coupé. La flemmardise pouvant se révéler être une qualité lorsqu'elle vise à trouver les petits détails permettant d'éviter généralement les plus gros ennuis à long termes. Par contre, Akane ne se souvenait pas avoir fait mention de son nom ou de celui de Mido dans son rapport? Surement quelques précisions ajoutés par un de ces supérieurs. Quoi qu'elle était reconnaissable pour sa mention de son rang dedans. N'aimant pas se jeter des œillets, indiquer son nom lui aurait apportée des petits désagréments. Il ne restait plus qu'à prier pour qu'il ne soit tout simplement pas dans les tâches de Mido, à ce moment là, de produire se rapport. Après tout, sinon, pourquoi Akane aurait-elle était envoyée ici pour transmettre le sien? D'ailleurs, cette affaire touchant la septième division tout particulièrement, peut-être son capitaine avait-il préféré avoir lu le rapport avant de transmettre l'affaire à cette division apparemment spécialisée? Maintenant, plus qu'à prier pour que la vivacité d'esprit de Mido ne le sorte de se pétrin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Mar 24 Nov - 18:52

Souffrir… ? Il souffrait déjà de ne pas être dans son lit en train de roupiller tranquillement. Et lui parler d’une possible souffrance à prendre sur lui des taches difficiles, voire pénibles ? Que croyaient-ils tous .. Que Ban n’était absolument pas préparé à tout ceci ? Il avait connu bien pire, avait frôlé plusieurs fois la mort, et quand semble-t-il y avoir la présence du grand Capitaine au corps plutôt prometteur, et à la mine inflexible, tout le monde grognait comme des chiens pour lui signaler que sa fin était proche. Une fin de belle vie ? En effet, Soi Fon semblait lui préparer tout un emploi du temps très chargé, et des épreuves à démoraliser les plus volontaires. Seulement, un nonchalant tel que lui, un poil je m’en foutiste car surdoué n’y voyait là qu’une simple réprimande, un avertissement certes non négligeable mais loin d’être nuisible pour lui. Ban aussi se connaissait…Soit il faisait guère ce qu’on lui demandait, soit il le faisait avec brio et rapidité…Cela dépendait de ses humeurs.
Il regrettait cependant sa place, même si son Capitaine l’attirait de par son caractère dur et implacable, tout autour grouillait des idiots à ne plus savoir quoi en faire.

Le traitement de faveur qu’avait subi Miss Akane par ailleurs le laissa très.. perplexe. Un traitement assez comique mais à la fois rude. C’est à ce moment là qu’il se demandait si elle était aussi violente au lit. Il commençait tout juste à l’imaginer, nue sous lui, en train de lui tambouriner le corps avant de le piquer de son dard digital dans l’un des nombreux orifices corporels. Non, très sérieusement, toute cette mise en scène l’obligeait à l’admirer, quand bien même Akane n’avait pas à supporter tout ceci. Après tout, elle l’avait aidé…il se rappelait aussi avoir éviter cette division pour aller fumer ailleurs, n’était-ce pas là un bon début de sa part ? En outre, il avait comme qui dirait fait le ménage dans une division autre que la sienne, donc son geste revenait à aider autrui. Et on s’en plaignait. Vraiment, vraiment…Le Rukongai était un endroit si paisible à coté de celui-ci.

Après que Madame ait daigné lire ce rapport dans lequel son nom devait figurer, à n’en point douter, Mido Ban se redressa sans chercher à se tenir droit comme un poteau, sa tenue tendait à respecter son capitaine, plus éloignée de lui qu’auparavant, mais toujours très -trop- présente pour tout le monde. Il voulait son lit ! Omaeda, sale bâtard ! Il fut dix secondes hypnotisé par la beauté de cette femme, par les traits durs qu’il souhaitait ardemment détendre, ce regard de feu et paradoxalement froid qu’il souhaitait un peu plus provoquer, ce petit corps menu que… Il se demanda si cette dernière aimait quelqu’un ? Ce fut difficile à imaginer, mais peut-être avait-elle un cœur derrière ce mur glacial. C’était certain.

- Qu’elle est jolie.. lâcha-t-il involontairement, faisant écarquiller les yeux de surprise du reste de l’équipage. Ban devait vite se rattraper, sinon quoi…

- Je suis désolé, mais je me souviens avoir dit que je ne suis qu’un siège perdu dans votre division, et ce depuis de longs jours. Omaeda a juste daigné aujourd’hui s’intéresser à mon cas, et même si j’avais voulu me renseigner quant à votre position afin de vous remettre ce…rapport, je n’étais pas sûr de devoir le faire. Mais je serai ravi d’apprendre mes erreurs en votre compagnie.

Oui, il souriait intérieurement bien qu’il disait n’importe quoi, des dires qui laissèrent bouche bée les autres. Seulement, quand il voyait une femme faire montre d’autorité, le pauvre en était sous le charme. Il lui tardait déjà le moment d’être sous sa coupe. Évidemment, il ne manquerait pas de recevoir des coups, mais ce n’était pas ça qui le ferait flancher. La seule chose qui le pousserait à suivre Soi Fon ainsi que les règles et son devoir seraient sans doute l’admiration qu’il lui vouait.

Sa dernière heure avait néanmoins sonnée, il se demandait s’il pourrait aller s’habiller et se tenir à ses ordres ou s’il allait pouvoir se recoucher…Il était tôt quand même -enfin pour lui-… Son regard se porta rapidement sur la petite silhouette, celle étalée à terre. Il se promettrait d’aller la voir une autre fois pour excuser le comportement de sa Capitaine. Et ne manquerait pas non plus de lui faire comprendre qu’il valait mieux se taire en de telle circonstances, plutôt que de l’enfoncer lui.. Qui n’était qu’une pauvre âme égarée… Mon dieu, ayez pitié de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Karyudo Hiroki
Shinigami de la 2ème division
Shinigami de la 2ème division
avatar

Nombre de messages : 369
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   Sam 16 Jan - 1:57

HJ Tout d'abord, milles excuses pour cette absence de réponse si longue. J'ai tou bloqué, vraiment désolé. Je vous débloque illico presto.

Hiroki regardait de loin la petite scène. Soi Fon avait l'air de bien assumer et assurer son rôle de dirigeante de la deuxieme. Heuresement pour elle et la division d'ailleurs. C'est alors, qu'en plein sermonage, elle fit une remarque à l'encontre de Hiroki et Mido ban. Hiroki souriait, après tout, il s'autorisait à ne pas obéir, à être dispensé de suivre les ordres de Soi Fon. Il savait penser par lui-même et savait ce qui était juste et ce qui ne l'était pas. C'est pourquoi il resta appuyé contre le mur et adressa un clin d'oeil à Soi Fon, les bras croisés. Suite à quoi il souria. Il savait ce qui lui en coutait, mais le jour de sa mort n'était pas encore venu.

Ce fut très rapide. En un instant Soi Fon se trouva à son niveau, abatant son sabre avec fracas en direction de Hiroki. Ce dernier, ayant tout prévu, s'était laissé tomber accroupi et tenait son sabre dans son fourreau au dessus de sa tête, pour bloquer le coup de Soi Fon. Il releva la tête pour croiser le regard de sa nouvelle capitaine.

Cette dernière fut prise de vision. Elle voyait Hiroki devier son sabre vers sa droite et se redresser soudainement en passant à sa gauche. Elle tourna la tête et vit son flanc saigner, le shinigami avait dégainé son sabre dans le mouvement.

Mais elle revint sur terre et remarqua qu'Hiroki n'avait pas bougé. Pourtant ce dernier souriait comme s'il savait ce qu'il s'était passé dans la tête de Soi Fon. Il profita de ce moment de doute pour se redresser, ranger son sabre dans son dos et se diriger vers le centre de la pièce.

Hiroki: "Il n'est de bonne compagnie qui ne se quitte. Au revoir tout le monde."

Puis il disparut grâce à un shunpo, laissant Soi Fon fulminer.


HJ Ouais, c'est mauvais et ça colle peut-être pas forcément au rp. Je m'en excuse encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La réussite ...ou l'échec [Soi fon, Hiroki, Akane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une pièce d'échec (par lollipop)
» Etrange Manipulation (suite de "L'échec de John le Rouge") ^
» [JEU] AART BIK'S CHESS : Jeu d'échec [Gratuit]
» Désactiver le renvoi automatique SMS aprés un échec ?
» GPSrapide:échec connexion! ( reglé )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Highway :: PREMIERE SAISON-
Sauter vers: